Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 08:16
La tribune volante du jury au concours hippique (dessin de Crafty)

La tribune volante du jury au concours hippique (dessin de Crafty)

Politiquement incorrect

 

Parlons un peu de ces sports où le chrono n’est pas le seul déterminant.

Parlons surtout de ces juges qui œuvrent ou qui sévissent dans des domaines où le jugement ne peut être objectif, où le concurrent est à la merci de leur niveau de compétence, de leurs  préférences ou de leurs affinités.

La nature humaine ne se refait pas et des causes identiques produisent toujours les mêmes effets.

Le juge est un vertébré qui fait l’objet de prérogatives auxquelles il s’accoutume aussi aisément que l’on se carre dans un vieux fauteuil, bien qu’il n’ignore pas, mais il l’oublie rapidement, que certaines relèvent de la servilité.

Certains qui sont intellectuellement défavorisés, prennent ce statut pour une promotion sociale, alors que le job, presque toujours bénévole et pratiqué en âme et conscience, a toutes les caractéristiques de l’apostolat.

Certains qui ont une colonne vertébrale se donnent d’ailleurs à leur tâche sans compter avec une intégrité admirable. Mais de temps en temps, leur intransigeance défie le bon sens et provoque la grogne… car il est bon, parfois, pour des raisons qui ne sont pas claires, mais qu’il est préférable de connaître, de ne pas agacer certains concurrents qui ont le bras long.

Ceux-là, se demandent, pour en finir, si leur honnêteté ne leur fait pas du tort… mais bon.

 

A contrario, c’est rare, mais ça existe, dans leur fonction, certains juges somnolent, tandis que d’autres règlent leurs comptes ; il n’est que de jeter un œil sur leurs protocoles pour voir que, pendant des années, ce sont toujours les mêmes concurrents qui se font étriller…

Quand, par hasard, leur tombe une interrogation écrite, parce que, eux aussi, les juges, sont remis en question, certains et pas des moindres, deviennent verdâtres à l’idée qu’on mesure l’étendue de leur incompétence.

On en voit chuchoter afin d’obtenir un avancement dont ils n’ont ni le mérite ni le niveau.

Puis d’autres qui se détestent, et dont certains obscurcissent le même horizon, faire soudain ami-ami pour les dézinguer.

Enfin, parce qu’il faut être reconnu et… accepté, les novices qui pourraient apporter un sang neuf sont trop longtemps traités comme des rivaux.

La liste n’est pas exhaustive.

C’est qu’il est plus confortable d’être colonel que maréchal des logis…

Cependant il arrive un moment où ceux qui ont outrepassé leurs droits se font évacuer lors d’une élection au profit de ceux qu’ils ont malmenés.

La roue tourne.

Puis tout recommence comme avant.

Un jour alors, sorti de la nasse grouillante, agrippé au rebord, respirant enfin l’oxygène, certains sautent en marche avant de se faire manger.

 (Dessin de Crafty)

(Dessin de Crafty)

 

 

Texte:

 Julie Wasselin

Dessins:

extraits de Paris à cheval de Crafty 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traitpluriel 21/08/2014 15:42

ce qui apporterait du crédit à leurs commentaires (parfois illisibles) sur les protocoles, c'est que ceux-ci aient eu des guides entre les mains...Que leur CV "équestre" soit affiché sur l'affichage officiel... Ce jugement sportif est un des plus subjectif; plus vous êtes connu, plus vous leur caressez le dos, meilleur seront vos notes....Ca fait parti du jeu, mais c'est dur et très décourageant...
Traitpluriel

attelage du chêne 20/08/2014 14:46

criant de vérité car écrit par une juge de dressage mais qui, je vois a du recul! C'est pour ça que j'ai arrêté les frais si je puis dire, lassé d'être jugé par des gens qui n'avaient jamais attelé ni même peut être monté un cheval et étaient devenus juge grâce à leur servilité ou leur arrivisme et qui par la suite faisaient obstacle à la promotion d'autres juges pour ne pas perdre leurs prérogatives dans le petit milieu de la compétition, préférant exclure plutôt que rassembler; ce qui explique en partie la grogne à la FFE chez les empêcheurs de tourner en rond. Dommage pour les chevaux et ceux qui les aiment et les écoutent. Cherchant à se valoriser, ils parlent d'élite et de grand prix, ignorant la base ( les débutants) et la simplicité voire l'humilité, oubliant que c'est la condition pour grandir et évoluer.
Les chevaux n'ont jamais jugé les cavaliers à leurs habits! comprenne qui pourra!
Claude

Julie Wasselin 20/08/2014 21:31

Ne généralisons tout de même pas. Comme je le dis également, il y a, dans la plupart des cas des juges qui se veulent honnêtes, qui maîtrisent leur discipline et… qui ont pratiqué. C'est valable dans tous les domaines, et mon article ne concernait pas seulement le monde des chevaux… mais où que ce soit, il suffit de quelques individus généralement inamovibles pour semer la zizanie. Ça tient à la nature humaine, il faut bien faire avec… quand on ne supporte pas, on s'en va, et c'est bien mieux comme ça.

lamadieu 20/08/2014 07:01

Bravo pour ce billet. Il est dommage qu'il ne soit compris que par ceux qui ont subit, Pour quelques bourreaux cela restera un hors sujet.