Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 07:04

 

Chien de juge

à Yalis

 

Chien de juge

Chien de juge…

            Non, ce n’est pas une insolence jetée à la tête d’un juge !

            D’ailleurs je suis une chienne, le genre peluche pour vieille dame en manque d’affection.

Une Lhassa-apso,initialement réservée au manchon des lamas afin de leur tenir les doigts bien au chaud. Un porte-bonheur,uncaillou blanc[1], un petit lion sacré du Tibet d’une sagesse exemplaire durant les cérémonies boudhistes où bourdonnent interminablement les : « oum mani padme hum. »

 

            Zen, ainsi que l’étaient mes ancêtres, je suis zen dans les tribunes.

Couchée à ses pieds,je l’écoute psalmodier :

            - Insuffisant, mal incurvé, part dans l’épaule, attention à l’équilibre, quatre... non ça vaut trois, c’est quand même assez mal.

            - Assez bien, sept.

            - Pas exécuté, zéro… quand même, à ce niveau-là, ne pas obtenir le reculer !

            - Suffisant, cinq, c’est bien payé, ça vaut quatre et demi… ça manque les demi-points, ce n’est pas assez nuancé.

            - Bien… ah, ça fait plaisir, huit !

            - Satisfaisant… c’est un bien grand mot… six.

            - Ne s’engage pas, s’effondre… s’entable.

            - Madame, s’il vous plaît, ça ne s’écrit pas cent tables !

            J’ai oublié de vous dire qu’il y a toujours à ses côtés une secrétaire et qu’elle la fait gratter.

En général elles sont sympas et à moitié gâteuse avec moi.

            Et ça continue :

            - Irrégulier…

            - En pince.

            - Magnifique… neuf !

            Là, je la connais, elle craque. Mais bon, c’est normal, c’est une fana du dressage.

            Le pire, c’est la cloche.

            J’ai l’oreille sensible, voyez-vous.

            Et le pire du pire, c’est la mania.

            Là, il m’arrive de vouloir me réfugier sur ses genoux.

            Entre la cloche, les baffles qui vomissent leurs tubes à la mode, les larsens, atroces… et le micro qui annonce les secondes et les balles tombées, le marchand de barbe à papa, la buvette, les fromages de chèvre du voisin et la remise des prix attelée, je vous assure, c’est dur.

            Mais enfin, en concours, ce n’est pas comme à la maison : à l’hôtel, j’ai le droit de dormir dans sa chambre… et j’aime ça !

 

 

Julie Wasselin

 

 

1] ) Le caillou blanc est le reflet d’une pensée pure, chez les lamas.

 

 

 

Vous pouvez retrouver l'ensemble  de ses textes sur la colonne à droite de cet article et également sur son blog: 

 

"Sous le regard des chevaux"

           

 

 

 

[

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Julie Wasselin 08/06/2015 07:22

Yalis, que nombre d'entre vous ont connue dans les tribunes de concours, nous a quittés le 6 mai 2015.