Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 22:49

 

Les Neptunaliæ

 

à déguster avec un verre de Chablis frais.

Les Neptunaliæ,  à déguster avec un verre de Chablis frais.

Tout cela est si vieux, à vrai dire, que l’on n’est sûr de rien et, pour ne rien vous cacher, l’auteure de ces lignes était déjà fort âgée en ces temps-là… il se peut donc qu’elle ait quelque peu oublié ce qui s’est véritablement passé.

Bref, nous nous en tiendrons à la version romaine qui a l’avantage, si elle n’est pas moins horrible, d’être plus simple que la version grecque, surtout que la Grèce n’est pas à la mode en ce moment.

Donc…celui qui, frappant la terre de son grand trident, fit jaillir le premier cheval, Virgile l’a raconté,et ce qui est écrit est toujours vrai… c’est Neptune.

Neptune était le fils de Saturne et de Cybèle, sa propre sœur, tous deux adeptes du mariage pour tous.

Le destin ayant décidé qu’il n’aurait pas de successeur, mais convaincu d’être immortel et décidé à faire un geste pour les allocations familiales, Saturne dévorait ses enfants.

Cybèle cependant réussit à lui en cacher trois : Jupiter, Pluton et Neptune. Les bambins se partagèrent l’univers. Jupiter qui avait de grandes ambitions s’attribua le ciel et la terre, Pluton, sans doute parce qu’il était frileux, opta pour les enfers, et Neptune, poète à ses heures,choisit les rivages, les goélands, les îles et les océans.

Il devint surtout le démiurge des chevaux.

Les jours de tempête, d’ailleurs,  de vieux marins l’ont aperçu à la crête d’une déferlante, menant,tel Achenbach d’une main, un char tiré par des hippocampes soufflant l’écume de mer par les naseaux, et brandissant, de l’autre, son terrible harpon.

 

Plus près de nous, il y a deux mille ans, afin de lui rendre hommage, chaque année, le long du Tibre et durant les insupportables chaleurs de juillet, comme les indiens se livrent à la danse de la pluie, les romains s’adonnaient à des joutes équestres censées amadouer la canicule : les Neptunaliæ.

 

On y venait de partout, peu importaient les efforts et la dépense qu’il en coûtait.

On venait faire la démonstration de son talent, tout comme celui de ses prétentions quand on en était dépourvu.

L’important était de se montrer… participer ?

Un jour, la chaleur fut si forte que l’eau vint à manquer. Les chevaux, qui n’avaient pas vraiment demandé à venir dans cette galère,respiraient les sables brûlants apportés par le Sirocco et fondaient au soleil sans qu’on pût seulement les désaltérer.

Les hommes qui les avaient menés là n’étaient pas à meilleure enseigne, mais ils en tenaient pour se battre, s’affronter, se défier, quitte à laisser morts sur la piste  leurs chevaux bien-aimés… ils n’étaient tout de même pas venus pour rien !

Furieux, Jupiter, s’en mêla et interdit la course.

Ce fut un beau tohu-bohu !

Les auriges, furieux de ne pas rivaliser, les pleureuses couvertes de cendres, le peuple qui veut du pain et des jeux, les organisateurs et les sponsors soucieux de récupérer leurs billes, les vendeurs de glaces italiennes, j’en passe… et même l’empereur, tapèrent du pied et obtinrent d’un Jupiter vieillissant et affaibli que les chevaux disputent les épreuves, sans avoir été forcément détendus et fassent une pause entre deux tours de stade, le tout au ralenti. Pour  vous affoler un cardiaque et faire possiblement péter les plombs à un cheval parce qu’il est retenu tout du long, on avait trouvé la bonne solution.

Alors, pour ne fâcher personne, au lieu de proposer quelque innocent jeu de remplacement, on les autorisa à entrer dans les starting-gates.

On acheva ainsi plus de chevaux qu’à l’accoutumée.

Le public adora.

Il y eut même une standing ovation, pour celui qui en massacra deux d’un coup.

Même modèle, même robe, mêmes allures, vraiment, une paire de toute beauté… joli coup.

 

Julie Wasselin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ensemble des récits de Julie Wasselin édités sur attelage-patrimoine sont rassemblés dans la colonne de droite de la page d'accueil sous le thème: "Vos auteurs préférés"

Vous pouvez également allez directement sur son blog:

 

"Sous le regard des chevaux"

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fauré 06/07/2015 16:10

J'aime bien ta dernière phrase, julie: belle paire , joli coup! vu la tenue du concurrent sur l'image.
Pour Figoli: il faut bien que chacun puisse paraître: comme dit Julie:'mais ils en tenaient pour se battre, s’affronter, se défier, quitte à laisser morts sur la piste leurs chevaux bien-aimés… ils n’étaient tout de même pas venus pour rien ! ... combien de concurrents renoncerons?
La loi a reconnu les chevaux comme des êtres sensibles; elle ne serait pas prête, dit on, à reconnaître cette même sensibilité aux humains.
Il doit bien y en avoir quelques uns, quand même!

Julie Wasselin 07/07/2015 07:22

Eh bien non… et comme ils ont eu de la chance, ils recommenceront.

figoli 06/07/2015 08:10

40° à Chablis ce week end La préfecture envisageait de suspendre le marathon. Organisateurs, compétiteurs, vétérinaires,ont obtenu son maintien. Les animaux viennent d'être reconnu comme des êtres sensibles par la loi...mais apparemment pas à la chaleur pour les "meneurs" de compétition.

JCG 08/07/2015 16:47

J'étais présent à Chablis et je peux témoigner. L'organisateur a mis à disposition des hommes et des chevaux beaucoup de moyens, points d'eau, douches en abondance, brumisateur, les hommes et les chevaux ont également largement profité de baignades dans le Serein ... Les journées les plus chaudes ont été le jeudi et vendredi jour de dressage . Je n'ai pas vu de chevaux exténués ni se "traînant" sur la carrière. L'inquiétude légitime a été pour les responsables, organisateur, jury et Préfet de savoir si l'épreuve de marathon devait être tenue le samedi. Toutes les mesures possibles et assurances ont été prises, vitesse diminué à 12 km/h, suppression de la phase A, contrôle du jury sur tout le parcours, contrôle vétérinaire entre les obstacles 3 et 4 , présence d'un vétérinaire de la préfecture pendant l'épreuve ... si bien que le préfet a donné son accord sous réserve de pouvoir annuler le concours à tout moment. Par chance la température a nettement diminuée le samedi, quelques gouttes de pluie et une petite brise ont été les bienvenues. Les chevaux ont effectué cette épreuve sans problème et dans de bonne conditions, montrant la même vitalité qu'à l'ordinaire sans que les meneurs se montrent plus "insistants " qu'à l'ordinaire.Ici comme ailleurs les jurys internationaux sont vigilants.
Le concours s'est donc déroulé dans des conditions qui n'ont pas entaché le bien être des chevaux plus que d'ordinaire. Mais ce n'est que mon avis...
JCG