Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 06:33
 
 
C’était hier … « Au feu les pompiers » !
 
 
 
Aux famines et épidémies, grands fléaux qui émaillaient l’histoire de notre société,
s’ajoutaient les incendies ravageurs qui marquèrent à jamais les consciences populaires. Au mois de janvier 1608, Jamestown en Virginie était complètement détruite. Le 1er février 1620, pour combattre le feu de la cathédrale Saint-Corentin de Quimper, 400 hommes déversaient 150 barriques d’eau et une cinquantaine de charretées de fumier… sans y parvenir à bout. Le grand incendie de Londres en 1666 consuma 5 km2 faisant 10 000 sans-abris. En 1672, le Néerlandais Jan Van der Heiden mettait au point les 1ers tuyaux d’incendie. La pompe à bras hippo-attelée ou tirée par des hommes naissait à la fin du XVIIe siècle, une chaîne humaine devant alimenter la pompe depuis une rivière, une fontaine ou un puits. En 1725, l’Anglais Richard Newsham développait la pompe à incendie manuelle montée sur chariot : des équipes de plusieurs hommes apportaient l’eau qu’elle délivrait à raison de 12 l/s jusqu’à 40 m de haut. Les principales villes se dotèrent de 2 ou 3 pompes et de 300 seaux, parfois en cuir (plus résistants) aux armes de la ville. Pas de chevaux, pas d’écuries : on réquisitionnait les chevaux du voisinage, quand on le pouvait…
 
C’était hier … « Au feu les pompiers » !

 

La 1ère compagnie de volontaires fut créée en 1736 à Philadelphie. Édimbourg organisa sa 1ère Compagnie de soldats du feu en 1824, Londres en 1832 et Berlin en 1854. Constantinople, en 1870, organisa son armée de pompiers : dès que le sinistre était signalé par les veilleurs, ils partaient comme la foudre, par bandes de 20, 30 ou 40. « Deux ou trois portent sur leurs épaules les pompes qui sont petites mais d’un jeu puissant. Ils passent dans les rues comme de véritables trombes et malheur aux piétons qui se trouvent sur leur passage ! Arrivés sur place, ils commencent par demander au propriétaire le prix de leur service, la négociation laissant parfois la partie belle au sinistre. » En 1875, avec l’aide de pompiers envoyés de Russie par le tsar, une grande réorganisation et formation des services y furent entamées.

 

C’était hier … « Au feu les pompiers » !
C’était hier … « Au feu les pompiers » !
C’était hier … « Au feu les pompiers » !
C’était hier … « Au feu les pompiers » !

 

« A Paris, ce fut par une ordonnance royale signée de Louis XIV en octobre 1699 que Dumouriez des Perriers, commissaire ordonnateur des guerres, fut autorisé à vendre et faire fonctionner dans la capitale des pompes à incendie. Le 12 janvier 1705, une grande loterie permit l’achat de 12 pompes entreposées dans des couvents. A la 1ère alerte, les moines sortaient, traînant eux-mêmes le matériel. Ce ne fut qu’en 1722, que le Corps des pompiers passa des religieux aux laïques. En 1763, on décida de créer un poste permanant de jour et un de nuit. En 1792, on militarisa les pompiers qui furent armés du sabre. Le 6 juillet 1801, ils furent placés sous les ordres du Préfet de Police. » A la suite de l’incendie de l’ambassade d’Autriche en 1810 (où périt Pauline von Schwarzenberg, belle-sœur de l’ambassadeur), Napoléon 1er créa le 1er Corps professionnel de sapeurs-pompiers et l’organisa en un corps militaire par décret du 18 septembre 1811 : les 563 hommes furent casernés et armés de fusils. Ce fut depuis ce décret que le terme sapeur-pompier fut utilisé officiellement. (Le terme pompier désignait initialement la personne spécialisée dans le fonctionnement des pompes et le terme sapeur viendrait vraisemblablement du Moyen-Âge où, pour combattre le feu et pour sauver un quartier, on commençait par saper, c’est-à-dire abattre, tout ce qui devait faire la part du feu).

 

C’était hier … « Au feu les pompiers » !
C’était hier … « Au feu les pompiers » !
 
Avec le décret du 5 décembre 1866, l’effectif passa à 1 572 hommes. En 1900, les pompiers de Paris étaient 1 753 dont 52 officiers et 15 chevaux, répartis en 6 postes. « Le matériel se composait de 22 fourgons, 24 pompes à vapeur, 22 échelles de sauvetage, 88 dévidoirs à bobine, 82 dévidoirs à caisse, 61 casques compresseurs, 76 lampes électriques diverses…»
 
C’était hier … « Au feu les pompiers » !
C’était hier … « Au feu les pompiers » !
 
En 1908, le Petit Journal Illustré, évoquait « la fête de la Sainte-Barbe des mineurs, artilleurs, pompiers et en général toutes les corporations qui manipulent des explosifs ou combattent le feu. Dans nos petites villes ou villages, les pompiers sont, en général, des gens de métier, des ouvriers du bâtiment, des couvreurs, maçons, zingueurs, charpentiers, tous familiarisés avec le péril… »
 
 
 
C’était hier … « Au feu les pompiers » !

 

Quant aux femmes, on relève qu’elles étaient obligées, à l’égal des hommes, de participer à la lutte contre le feu en formant la chaîne des seaux sous peine d’amende et même de prison. A Lille, en 1383, un ban stipulait : « quand la cloche sonnera, ceux et celles, tant hommes que femmes, iront pour aider au feu. » Dans les années 1960, il n’était pas rare de trouver des épouses de pompiers aidant leur mari dans les petits corps ruraux. Depuis 1976, les femmes françaises peuvent entrer sous certaines conditions comme professionnelles ou volontaires dans les corps de sapeurs-pompiers civils.

 

C’était hier … « Au feu les pompiers » !
C’était hier … « Au feu les pompiers » !
C’était hier … « Au feu les pompiers » !

 

Le 1er camion à vapeur hippomobile pourtant inventé en 1829, ne fut autorisé de combattre les incendies qu’à partir de 1860 avant de retomber dans l’oubli pendant 2 autres années. Les pompes attelées étaient installées dans des locaux conçus en pente. On mettait des cales sous les roues et, lorsque les chevaux étaient attelés, il suffisait d’enlever les cales pour que les convois aient un peu d’élan. Les harnais étaient suspendus juste au-dessus des chevaux qui partaient à bride abattue dans les embouteillages. Ils devaient être à la fois robustes, souples de caractère, rapides et endurants, tenant le galop jusqu’au feu. Ils devaient supporter le bruit et l’agitation, la vue des flammes, les longues stations immobiles sans broncher…(ci-dessous : grâce à un nouvel appareil, les pompiers s’entraînent à relever un cheval tombé sur les pavés glissants)

 

C’était hier … « Au feu les pompiers » !
 
« En 1900, le fourgon électrique devait remplacer les chevaux et les écuries entraînant une économie jugée notable par la Ville de Paris. » En 1915, quelques chevaux cohabitaient encore avec les véhicules automobiles qui allaient rapidement les remplacer. (ci-dessous, en 1921 à Londres : « ce que l’on ne verra plus » : dernier départ d’un convoi hippo-mobile !)
 
C’était hier … « Au feu les pompiers » !
 
En 1930, le n°18 est attribué aux pompiers pour les joindre à tout moment et partout par téléphone.
 
 
Texte et documents
Rosine Lagier
 
Sources : mes collections et ma bibliothèque dont le Magasin Pittoresque, La Nature, Le Soleil du Dimanche, L’Illustration, Le Monde Illustré, le Petit Journal Illustré...
 
 
Vous pouvez aussi consulter sur ce site l' article
 
 
et surtout visionner la dizaine de films d'époque regroupés dans l'article ci dessous
 
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

eva 24/05/2016 17:34

un grand respect à tout les pompiers