Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 07:38

Vous pouvez également consulter les plus de 1200 articles et album classés dans thèmes favotis  sur la colonne à droite de cet article.

 

 

Description des écuries de luxe  de la fin du

 

XIX° siècle.

 

3/Fin 

 

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

Cet article fait suite à:

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle. Suite1

 

Nous allons continuer cet article par la description des selleries.

Nous terminerons en donnant quelques éléments sur le fonctionnement et l'organisation de ces écuries, en nous appuyant sur des exemples concrets; les écuries du prince Radziill, du comte d'Harcourt,...

 

 

Aménagements de la sellerie

 

La sellerie est conçue à double fin;

-mettre en valeur et conserver les harnachements. 

-proposer un lieu d'accueil chaleureux pour les visiteurs.

 

 

Lieu d'exposition des harnachements

 

La sellerie est, avant tout, un lieu fonctionnel permettant de conserver les harnachements dans les meilleures conditions. Pour éviter que l'humidité et les trop grandes variations de température altèrent la souplesse des cuirs et provoquent l'oxydation des aciers, le bois est partout; du parquet de chêne aux lambris recouvrant les murs. Complémentairement à la fonction isolante, le bois donne un caractère luxueux à ce local et en fait ainsi un lieu de présentation et de mise en valeur idéal des selles et harnais. 

 

Sellerie du château Lanessan (gironde)

Sellerie du château Lanessan (gironde)

 

En complément des boiseries, un poêle fonctionne tout l'hiver. Il permet de réguler les écarts de température et de contrôler le taux d'hygrométrie.

 

Poêle de la sellerie du château Montgeoffroy

Poêle de la sellerie du château Montgeoffroy

Chauffage de la sellerie du château de Valmirande.

Chauffage de la sellerie du château de Valmirande.

 

Des vitrines protègent les objets les plus fragiles comme, ici, les aciers.

 

Vitrine de la sellerie du prince Radziwill

Vitrine de la sellerie du prince Radziwill

 

La majorité des harnais sont installés sur des porte-harnais et porte-selles fixés directement aux murs ou installés eux-mêmes dans des vitrines.

 

Sellerie du château de Randan
Sellerie du château de RandanSellerie du château de Randan

Sellerie du château de Randan

 

Bien sûr, porte-fouet et porte-acier font partie intégrante de ce lieu d'exposition qu'est la sellerie.

 

Chateau d'Espeyran

Chateau d'Espeyran

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

Tout le travail de lavage et nettoyage des selles et harnais se réalise dans un local jouxtant la sellerie proprement dite. Ce local est équipé également de porte-harnais, porte-brides et porte-acier, mais ceux-ci totalement différents des premiers car conçus, spécifiquement, pour faciliter les différents travaux d'entretien. 

 

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

Lieu d'accueil des visiteurs

 

Comme vous avez pu le constater sur les photos ci-dessus, une sellerie de grande maison est généralement décorée par de nombreux tableaux de chevaux ou d'équipages. Le propriétaire présente ainsi à ses visiteurs ses chevaux favoris, souvent vainqueurs de courses ou de concours; présentation de race, dressage, attelage,... Des sculptures, présentoirs divers ou trophées de chasse complètent cet aménagement.

 

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin
Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

C'est dans ces décors prestigieux, dans la douce chaleur du poêle et l'odeur des cuirs, que se lient les conversations. Les visiteurs peuvent discuter avec leur hôte dans un parfait confort. A cet effet, la sellerie est meublée de banquettes latérales ou centrales, quelquefois de tables basses pour poser les collations. Les selleries des maisons les plus renommées possèdent de véritables salons.

 

Sellerie écurie Wanamaker

Sellerie écurie Wanamaker

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin
Salon de la sellerie du prince Radziwill.

Salon de la sellerie du prince Radziwill.

 

Loin de cette quiétude, toute une ruche s'active dans l'écurie.

La qualité de présentation de l'écurie, des chevaux qui y logent et des magnifiques équipages qui y sont préparés, sont le résultat du travail de toute une équipe dont nous allons vous présenter la composition et l'organisation.

 

 

 

Fonctionnement de l'écurie

 

Composition et compétences du personnel

 

Le nombre et la qualité des intervenants dépendent, bien entendu, de l'importance de l'écurie. Prenons, par exemple, l'une des plus luxueuses; celle du comte Potocki qui accueille une trentaine de chevaux et dix-huit voitures.

 

Attelage en poste allemande d'un char à banc du comte Potocki.

Attelage en poste allemande d'un char à banc du comte Potocki.

 

Le personnel se compose d'un premier écuyer, de quatre cochers, de deux grooms, d'un brigadier d'écurie, d'un brigadier de sellerie, d'un préparateur pour les mâches et les médicaments et de douze palefreniers. 

De telles écuries sont exceptionnelles car il n'est pas donné à tout le monde de pouvoir entretenir, uniquement pour son luxe et ses plaisirs, de telles cavaleries et équipements. 

 

Personnel du Comte de Chambord au château de Frostorf ("Illustration")

Personnel du Comte de Chambord au château de Frostorf ("Illustration")

 

Dans la majorité des écuries, au train de vie plus "modeste", ces différentes fonctions sont regroupées dans les mains des cochers, grooms et palefreniers. La direction de l'ensemble y est assurée par le premier cocher. Bien que mieux payés et logés que la moyenne des travailleurs des classes populaires, les salariés des écuries de luxe ont de dures conditions de travail qui les amènent, par tous temps, à réaliser des journées de 10 à 14 heures.

 

Le premier cocher 

 

C'est le maître de l'écurie qui, à partir des consignes du propriétaire, redistribue les tâches de chacun. Il gère la totalité des achats extérieurs; foin, grains,..., les gages du personnel, le suivi vétérinaire des chevaux,... Tout est soigneusement noté dans un grand livre, symbole de son pouvoir.

 

Le cocher

 

 

Le bon cocher est difficile à trouver car il doit allier à une connaissance approfondie des soins aux chevaux une profonde qualité de menage et une honnêteté infaillible.  "Il faut donc que le cocher mène bien, qu'il soit sobre, habile aux soins d'écurie, industrieux et pas trafiquant, comme il arrive souvent, au grand détriment de la ration quotidienne des chevaux, vendue au lieu d'être consommée" -H V Loncey-

Il doit connaître les traitements des petites indispositions du cheval, savoir soigner ses blessures légères, calculer préparer et administer les rations alimentaires. 

De plus, il doit avoir une tenue et un comportement irréprochable, comme le groom ou le valet de pied qui le secondent dans les sorties. Nous notons que les valets de pied*, précédemment installés, debout, sur une planche à l'arrière de la voiture, vont, en cette fin du XIX°, prendre place aux côtés du cocher pour un attelage en paire ou seront assis à l'arrière de la voiture, en compagnie du groom, pour un attelage à quatre.

 

 

*Les valets de pied sont des gens de maison n'ayant aucune fonction dans la gestion de l'équipage. Historiquement leur fonction sur une voiture réside dans le déploiement des marchepieds et l'ouverture des portes. A la fin du XIX°, l'amélioration des véhicules ne nécessitant plus leur présence, ils sont devenus uniquement un symbole de la richesse de leur employeur.

 

 

 

 (Delton "Equipages à Paris")
 (Delton "Equipages à Paris")

(Delton "Equipages à Paris")

 

Le groom

 

En plus de la fonction de représentation, c'est un homme de cheval qui doit savoir mener et monter correctement.

Il seconde donc le cocher dans un attelage à 4.

Il accompagne également le maître quand il mène mais, surtout, lui prépare l'équipage et le sort pour des promenades de détente. 

"Le groom est l'homme qui se charge de soigner et de monter, pour la promenade, les chevaux de selle et d'attelage que le maître conduit lui-même et qu'il n'est appelé à mener que quand on lui prescrit ou quand il doit les amener devant la porte."

Il doit donc savoir, comme le cocher, soigner les chevaux et, s'il n'en a pas le niveau de compétence, pouvoir tenir les guides en l'absence du maître.

 

Delton (Le monde du cheval)

Delton (Le monde du cheval)

 

Le palefrenier

 

Il est chargé de l'entretien de l'écurie et du nettoyage des voitures de la remise. Les hippiatres conseillent la présence d'un palefrenier pour un piquet de quatre chevaux.

"C'est ordinairement un bon travailleur ou un garçon de dix-huit ans sachant bien garnir un cheval et faire le gros ouvrage de l'écurie, mais incapable de diriger et d'extérieur trop rustique pour qu'on lui donne la livrée." -H V Loncey-

Comme pour tous les domestiques, il lui est demandé d'être "honnête, poli et industrieux"

 

 

Le quotidien du cocher

 

Les bons cochers sont très recherchés. "Avoir un bon cocher était plus important qu'un bon cuisinier, "-Comtesse de Manges." Il est recruté, soit par connaissances, soit par des agences de placement plus ou moins spécialisées. Celle de Madame Marin, rue du Colisée, est réputée pour ne cautionner "que les gens voulant servir dans les grandes maisons". Le cocher a le statut de domestique et, comme tel, est vêtu, logé et nourri à demeure. Il ne disposera que, très tardivement, d'une demi- journée ou, mieux, d'une journée de repos par semaine..

 

Habillement

Le propriétaire lui fait réaliser deux tenues à ses couleurs; une tenue d'écurie et une tenue de présentation.

 

Extrait du nouveau manuel du cocher du comte de Montigny

Extrait du nouveau manuel du cocher du comte de Montigny

 

Cette dernière est une livrée composée; d'une veste, d'un pantalon ou culotte, d'un chapeau haut de forme et de souliers vernis ou bottes. Bien que cette livrée soit plus sobre que sous l'Empire, elle est, avant tout, un identifiant de la place sociale de l'employeur. Elle se différencie donc des autres par de multiples petits détails qui, à l'époque, sont reconnaissables par tout membre de la "bonne société"; coupe, couleur des gilets, couleur et formes des rebords de col et des poches,...

Les boutons sont gravés aux initiales ou monogramme de l'employeur. Une cocarde à ses couleurs ornemente le haut-de-forme.

 

Descente de voiture avec le cocher saluant et le valet de pied en culotte et bottes, et un haut-de-forme avec sa cocarde
Descente de voiture avec le cocher saluant et le valet de pied en culotte et bottes, et un haut-de-forme avec sa cocarde

Descente de voiture avec le cocher saluant et le valet de pied en culotte et bottes, et un haut-de-forme avec sa cocarde

Cocher portant pantalon et chaussures vernies ( Delton "Les équipages à Paris")

Cocher portant pantalon et chaussures vernies ( Delton "Les équipages à Paris")

 

L'hiver, les cochers portent des manteaux souvent très coûteux; un manteau à col d'astrakan coûte l'équivalent de six mois de salaire du cocher. Comme pour les livrées, les modèles sont spécifiques à chaque maison. 

 

Différents types de manteaux proposés par La belle jardinière.
Différents types de manteaux proposés par La belle jardinière.

Différents types de manteaux proposés par La belle jardinière.

 

Ces vêtements sont taillés sur mesure dans des grands magasins, comme La belle jardinière, ou dans des magasins spécialisés; de Baecker, Esder(rue de Rivoli),...

Les boutons sont créés par des maisons dédiées à ce travail; Agry, rue de Castiglione,...

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/FinDescription des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

Les journées d'un cocher

 

Nous allons vous présenter ce que pouvait être le quotidien d'un cocher, en prenant exemple sur les écuries du Comte d'Harcourt qui menait grand train, bien que moins conséquent que celui de certains sportsmen que nous citerons à la fin de l'article.

 

 

L'emploi du temps d'un cocher est totalement lié aux activités de la famille qu'il sert. Il a donc une vie itinérante et "mondaine" qui s'arrête, bien sûr, à la porte cochère des hôtels particuliers.

La vie des familles fortunées se structure autour de deux périodes distinctes; de janvier à juin, la haute société réside en ville et, à partir de juillet, la vie sociale se déplace autour des résidences balnéaires ou de campagne. 

A Paris, les d'Harcourt possèdent 8 chevaux, plus un poney pour les enfants, ainsi que 4 voitures: landau et milord pour les promenades au bois et sorties mondaines et 2 coupés, utilisés au quotidien. A cela s'ajoutent un omnibus et une wagonnette, réservés à la résidence de campagne.

 

 

Leur personnel d'écurie se compose d'un premier cocher, de deux cochers et de deux palefreniers. 

 

-La journée des cochers pour la période parisienne

 

Voici l'emploi du temps des cochers quand la famille réside à Paris.

Au petit matin, les palefreniers nettoient les écuries et donnent le foin. Ils portent les fumiers à l'extérieur, où ils sont enlevés par les tombereaux des services de nettoyage de la ville. Leur journée continue par les différents services d'écurie; abreuvement des chevaux, nettoiement des voitures, de la sellerie,..

Arrivant un peu plus tard, les cochers s'occupent des soins à donner à leur cavalerie; détente des chevaux, soins vétérinaires, préparation des mâches et autres rations et, bien sûr, pansage. Celui-ci, lent et méticuleux, est réalisé uniquement à la brosse et au bouchon. L'étrille n'a pas sa place dans les écuries de luxe.

 

 

Aprés avoir pris les ordres auprés du premier cocher, ils préparent leurs équipages. Leur journée va suivre les activités de chaque membre de la famille. Hormis pour des situations particulières comme les mariages ou enterrements, les voitures ne sortent qu'à partir de la fin de matinée et peuvent être utilisées très tard dans la nuit, pour les sorties au théâtre au bal,... Voici quelques éléments du quotidien des cochers de la maison d'Harcourt, une fois le travail d'écurie terminé.

 

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

Sortie des enfants

 

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

En fin de matinée ou début d'aprés midi, un cocher sort le landau ou le milord pour amener les enfants, accompagnés de leur nurse ou gouvernante, retrouver d'autres enfants de bonne famille; dans des parcs d'amis ou au bois de Boulogne. Au bois, un des lieux de rencontre les plus prisés pour les ébats de cette enfance aristocratique se situe au carrefour de l'avenue Reine-Marguerite et de l'allée du Pré-Catelan.

"Lors de ces haltes, les gouvernantes, souvent anglaises ou allemandes, sortaient leurs enfants des belles voitures et s'asseyaient sur des pliants ou s'emparaient de bancs afin d'installer les paniers de goûter"-De Panges- 

Les enfants profitent également d'une voiture pour être accompagnés aux cours privés qui complètent l'enseignement de leur gouvernante

 

 

Dans les deux situations, le cocher, quant à lui, assis sur son siège avec la raideur de circonstance, attend avec le valet de pied. Bien sûr, cela va de soi, il a, comme à chaque arrêt, nettoyé les sabots de ses chevaux, effacé d'un coup de chiffon les éventuelles traces de sueur et, si nécessaire, épousseté voiture et harnais. A tout moment, le cocher doit mener avec élégance un équipage d'une propreté irréprochable..

Cette alternance de nettoyage et de longues attentes scande, quelque soit le temps, la longue journée du cocher.

 

La sortie au cercle de Monsieur.

 

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

Le matin ou en début d'après-midi, le coupé de Monsieur est de sortie pour l' amener à son cercle du Jockey-club, fief de la famille d'Harcourt, ou à d'autres cercles; l'Union artistique, Automobile club,... Ces cercles sont des lieux de loisir strictement réservés aux hommes. Ainsi, le comte d'Harcourt s'adonne-t-il au tir au pigeon, au cercle de l'Union. Cependant, leur fonction principale est de permettre aux membres de la haute société "d'aller aux nouvelles" politiques, financières sinon  affairistes,...

Le cocher pouvait attendre son employeur mais, le plus souvent, celui-ci lui indiquait une heure pour revenir le chercher.

 

La "tournée des cartes" de Madame.

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

"Dans ce milieu oisif, les civilités deviennent vite un mode d'existence"  Madame, à partir de 14h, fait atteler son coupé pour rendre visite à ses amies; quatre ou cinq par aprés-midi. En cas d'absence, le valet de pied dépose une carte de visite pour bien montrer que l'on est passé.

Quelque soit le temps; pluie, froid..., le cocher et le valet de pied attendent, sans bouger, le retour de Madame avant de partir vers une nouvelle rencontre. L'hiver, le cocher n'a comme seule protection que son manteau et la chancelière en peau de mouton où il enfouie ses souliers vernis. Les chevaux, animaux sensibles au refroidissement, vivent la même rude épreuve. Mettre ou ajuster leur couverture, sont les seules justifications qui autorisent le cocher à descendre de son siège. 

Le retour, parfois tardif, ne signifie pas pour autant la fin de la journée du personnel.

 

Les soirées mondaines

 

 

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

Après avoir soigné ses chevaux et s'être restauré, le cocher doit, certains soirs, amener le couple au bal, au théatre ou autres receptions mondaines.

Suivant les circonstances, on lui donne une heure pour revenir chercher le couple ou il attend, en pleine nuit, leur sortie.

Bien sûr, la journée, le cocher conduit la famille aux courses, au bois de Boulogne et à diverses autres manifestations.

 

-La journée des cochers, à la résidence de campagne

 

La nature "bucolique" de la maison de campagne n'assouplit, en rien, la vie du personnel et, même pour les cochers, la rend plus contraignante.

Résidence estivale; le château d'Harcourt et parisienne; "Le mur d'Harcourt", le long de la Place des invalides.
Résidence estivale; le château d'Harcourt et parisienne; "Le mur d'Harcourt", le long de la Place des invalides.

Résidence estivale; le château d'Harcourt et parisienne; "Le mur d'Harcourt", le long de la Place des invalides.

 

Le départ vers la campagne

 

Il n'est pas question, pour ce milieu social, de vivre de façon plus modeste dans leur villégiature estivale qu'à Paris. Le cadre de la maison parisienne se déplace donc à celui de la campagne. On ne déménage pas seulement les vêtements de chacun mais, également, une partie de la vaisselle, du mobilier,..., jusqu'au piano à queue. Quatre jours avant le départ, tout ce materiel part dans une voiture d'une société de déménagement, attelée à quatre chevaux. Les services d'écurie se dirigent, deux jours avant le départ, avec le landau, le milord et le coupé trois quart, vers le nouveau lieu de résidence. Ils transportent avec eux une grande partie du personnel venu préparer le nouveau logis.

Tout doit être prêt pour l'arrivée des d'Harcourt qui, eux, se déplacent par le train. Le jour dit, les voitures, fraîchement astiquées, les attendent devant la gare pour les mener à leur résidence d'été. Le même cérémonial se réalise, 6 mois après, pour le retour à Paris.

 

Les occupations de Madame et de Monsieur

 

 

La première activité de Monsieur est de faire atteler une voiture pour faire la visite de ses métayers afin de percevoir ses fermages.

Madame, quant à elle, se renseigne auprès du curé de village du nom des personnes "honnêtes" le plus dans le besoin, de la commune. Dans sa fonction de dame patronnesse, elle se fait conduire au village pour rendre ses visites de charité auprès des pauvres et des femmes qui ont enfanté. C'est la "Tournée des berceaux".

 

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

Ces tâches accomplies, le couple reprend sa vie mondaine, alternant réceptions au château et déplacements vers celles de leurs amis.

 

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

 Pour les cochers, les différents transports; reception des invités à la gare ou conduite des d'Harcourt aux receptions, coexistent avec d'autres services comme l'enseignement de l'équitation aux enfants du couple.

Mais, surtout, ils participent à la principale distraction de cette vie campagnarde; la chasse. Le personnel d'écurie est accaparé par cette activité. Certes, la chasse à tir ne demande qu'à convoyer les chasseurs au lieu où les rabatteurs ont entraîné le gibier.

 

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin
Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

Par contre, à partir de septembre-octobre, la chasse à courre les mobilisent deux à trois fois par semaine ; "la chasse accapare la vie des cochers dont le train train quotidien était bouleversé" .   Pendant que certains attellent les voitures pour transporter les participants au lieu de rendez-vous, d'autres, montés et portant alors chapeaux melon, y amènent, en enfilade, les chevaux par deux ou trois.

 

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin
Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin
Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

Dans cette période de chasse, le cocher se lève à quatre heure et, à la fin de la chasse, continue à assumer ses diverses autres obligations.

Ainsi, alternant ville et campagne, va la vie de la haute société, de sa domesticité et de ses écuries.

Le comte d'Harcourt mène grand train, certes, mais il n'est pas un passionné d'attelage. Il ne mène pas ses chevaux qui sont attelés uniquement par ses domestiques. Son écurie illustre donc la réalité du minimum de standing que doit avoir un membre éminent de la haute société.

Les amateurs d'attelage sont des sportifs qui mènent leurs équipages. Leurs écuries répondent aux mêmes services que celle du comte d'Harcourt en y ajoutant les caractéristiques d'une écurie sportive.

 

Ecuries de sportsmen

 

Les activités des sportsmen liées à la pratique de l'attelage sont largement traitées dans différents articles de ce site. Aussi, nous signalons, simplement, qu'elles pouvaient être multiples, allant du concours hippique au coaching de loisir ou du revival, en passant par toutes les autres formes d'attelage; tandem, four in hand,....

Le comte d'Yanville, président de la commission hippique du Touring club de France, vainqueur de nombreux concours hippiques, vice président de la "Société des guides", est un exemple type de sportsman. Le voilà dans ses différentes activités. 

 

Les activités sportives du comte d'Yanville; Tandem, rallye Paris Deauville, à l'arrivée et au départ du concours hippique de Paris, au rallye des guides ou on voit son attelage complété dans une côte par un cheval de renfort monté par un piqueur.
Les activités sportives du comte d'Yanville; Tandem, rallye Paris Deauville, à l'arrivée et au départ du concours hippique de Paris, au rallye des guides ou on voit son attelage complété dans une côte par un cheval de renfort monté par un piqueur.Les activités sportives du comte d'Yanville; Tandem, rallye Paris Deauville, à l'arrivée et au départ du concours hippique de Paris, au rallye des guides ou on voit son attelage complété dans une côte par un cheval de renfort monté par un piqueur.
Les activités sportives du comte d'Yanville; Tandem, rallye Paris Deauville, à l'arrivée et au départ du concours hippique de Paris, au rallye des guides ou on voit son attelage complété dans une côte par un cheval de renfort monté par un piqueur.Les activités sportives du comte d'Yanville; Tandem, rallye Paris Deauville, à l'arrivée et au départ du concours hippique de Paris, au rallye des guides ou on voit son attelage complété dans une côte par un cheval de renfort monté par un piqueur.

Les activités sportives du comte d'Yanville; Tandem, rallye Paris Deauville, à l'arrivée et au départ du concours hippique de Paris, au rallye des guides ou on voit son attelage complété dans une côte par un cheval de renfort monté par un piqueur.

 

Cette vie de sportsman amène des obligations supplémentaires à la vie sociale classique que nous avons vue précédemment. Il est de bon ton qu'un propriétaire de coach invite ses amis pour de bucoliques promenades, agrémentées de fastueux pique-niques. Invités par une carte dédiée à cette effet, les participants sont placés en fonction du niveau de considération dont les honore le meneur.

 

Carton d'invitation et sortie du coach du comte d'Yanville
Carton d'invitation et sortie du coach du comte d'Yanville

Carton d'invitation et sortie du coach du comte d'Yanville

 

L'organisation des services d'une telle écurie demande, en plus des personnels, des chevaux et des voitures dédiés au service quotidien d'une grande maison, une équipe (hommes, chevaux, voitures) dédiée aux sports. De telles écuries se caractérisent par la présence de coachs et autres voitures de sport; phaéton, tandem-cart,.. , de chevaux dédiés à leur utilisation et d'un personnel spécifique: grooms, piqueurs.

Certaines de ces écuries sont assez extraordinaires. Elles appartiennent à des sportsmen qui, de plus, ont une passion démesurée pour le faste et toutes les formes d'attelage.

 

Ecuries exceptionnelles

 

La somptuosité du patrimoine hippique du baron Zuylen de Nievelt en est un bel exemple, aussi bien pour la qualité des cavaleries et des équipages, que pour l'aspect intérieur et extérieur des bâtiments.

 

Extérieur (avec statue équestre) et intérieur de l'écurie de Zuylen de Nievelt von de Baar, à Neuilly.
Extérieur (avec statue équestre) et intérieur de l'écurie de Zuylen de Nievelt von de Baar, à Neuilly.
Extérieur (avec statue équestre) et intérieur de l'écurie de Zuylen de Nievelt von de Baar, à Neuilly.
Extérieur (avec statue équestre) et intérieur de l'écurie de Zuylen de Nievelt von de Baar, à Neuilly.

Extérieur (avec statue équestre) et intérieur de l'écurie de Zuylen de Nievelt von de Baar, à Neuilly.

 

Une autre écurie des plus renommées est celle du prince Radziwyl, qui présente, lors de la saison de courses à Longchamps, "un attelage à la Daumont comparable à celui du roi d'Angleterre" -Illustration-

 

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

Lors de ses sorties de prestige, il dispose d'équipages attelés de façon spécifique à chaque activité et à chaque voiture; à la Daumont, certes, mais aussi en poste française, allemande,... Mais c'est, avant tout, un sportsman qui mène lui-même ses voitures de sport, dont ce coach.

 

Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin
Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin
Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin
Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin
Description des écuries de luxe  de la fin du XIX° siècle.3/Fin

 

Ses voitures de gala sont précédées d'un piqueur en culotte de peau blanche, bottes vernies et dolman bleu, à passepoil et revers amarante. Les postillons portent une livrée rouge et bleue, soutachée d'or. Nous n'avons pas trouvé de photos en couleur de ces tenues mais les exemples suivants vous donneront une idée du rendu de ces attelages avec leurs postillons en grande tenue.

 

Livrées de postillon russes (Tzar), autrichiennes, anglaises, inconnues.   Livrées de postillon russes (Tzar), autrichiennes, anglaises, inconnues.
Livrées de postillon russes (Tzar), autrichiennes, anglaises, inconnues.   Livrées de postillon russes (Tzar), autrichiennes, anglaises, inconnues.

Livrées de postillon russes (Tzar), autrichiennes, anglaises, inconnues.

 

L'origine européenne de ces tenues de postillon nous rappelle qu'en France la vie mondaine était internationale. On y retrouve, aussi bien, des princes russes, des nobles français que de riches entrepreneurs; le baron Empain, l'industriel américain Wanamaker,... 

 

 

Dans cette société de l'argent-roi, la tenue d'une écurie, tant dispendieuse qu'elle fut, est avant tout un outil de reconnaissance sociale, donc de pouvoir. Elle permet d'établir un réseau de relations aussi intéressant sur le plan économique que politique. Cette société et son faste vont évoluer dans le premier quart du XX° siècle. 

Progressivement, la voiture supplante les équipages, un seul chauffeur remplace tout un personnel d'écurie. La place centrale du cheval va doucement se restreindre et fortement chuter après la guerre de 1914-18, pour quasiment disparaître,  à la veille de 1940. 

 

Texte:

Patrick Magnaudeix

 

 

Photos:

Patrick Magnaudeix(collection de l'auteur), Tradition Fharkrunst, courtoisie,...

Documentation : (Collection de l'auteur)

 

Paul Chabot "Jean et Yvonne domestiques en 1900"

Comtesse de Pange "Comment j'ai vu 1900/2"

Gérard Rousset Charny "Les écuries de palais de la belle époque"  dans "Le cheval à Paris"

Gyslaine Bouchet "La vie d'un cheval à Paris"

Comte A de Comminges "Le cheval Soins pratiques 1894"

H V de Loncey "Le cheval du bourgeois et du sportsman"

Délégation de la ville de Paris "Rue du faubourg St Honoré".

Laloy, Jardiller, Rabourdin,Rabot, entreprise générale d'installation, " 5 catalogues de 1884 à 1903"

Delton "Le monde du cheval"

Delton "Les équipages à Paris"

Comtesse Jean de Panges "Comment j'ai vu 1900/ 1

Comtesse Jean de Panges "Comment j'ai vu 1900/ 2

....

Autres documents à consulter

 

Livres

Pascal Liévaux et Patrice Franchet "Architecture équestre"

Pascal Liévaux "Les écuries des châteaux français"

 

 

Articles d'attelage-patrimoine.com

Patrick Magnaudeix

(Cliquer sur les liens ci dessous)

Ecuries du prince Radziwill

Ecuries de luxe de R Wanamaker

Ecuries du baron Von Zuylen de Haar

L'écurie du baron Empain

L'attelage à travers l'oeuvre des Delton 1

L'attelage à travers l'oeuvre des Delton 2

Le comte d'Yanville à l'excursion Paris Deauville.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by figoli
commenter cet article

commentaires

Julie Wasselin 30/01/2017 13:29

Magnifique et époustouflant ! Merci Patrick…