Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 07:58

 

 

 

Les Côtes rôties

 

 

 

à Jérôme et Robert

 

 

 

Les Côtes rôties

 

Sous un soleil de plomb, il y a concours d’attelage à Tupin et Semons.

Le vétérinaire et l’un des juges sont plantés là depuis plusieurs heures, en pleine cambrousse, officiant à la halte qui précède le marathon. C’est là que l’on contrôle le cardiaque des chevaux, là qu’ils se reposent un peu, là qu’ils se rafraîchissent.

Nos responsables se déshydratent en silence, n’osant boire l’eau où les chevaux se sont abreuvés.

Le voudraient-ils, d’ailleurs, qu’ils n’ont à leur disposition que des seaux.

Dans un nuage de poussière arrive alors la voiture d’un bénévole :

- Tout va bien ? Vous avez ce qu’il vous faut ?

- Euh… on n’a rien à boire et on crève de soif ! Déjà qu’on n’a rien pour s’asseoir et rien pour se mettre à l’ombre…

- Ah, mince ! Je vais voir si j’ai quelque chose dans le coffre de la bagnole.

Il en ressort tenant victorieusement une bouteille de rouge à la main :

- Tenez, je n’ai que ça, c’est une bouteille de Côtes Rôties… elle est chaude et elle a été bien secouée, mais si vous la voulez, je vous l’offre de bon cœur.

- Splendide !

- Seulement je n’ai pas de verres.

- Pas grave… vous avez un tire-bouchon ?

- Pas de problème.

Là-dessus, il s’en retourne chercher deux sièges et un parasol.

Le journaleux local a raté « la » photo du concours, parce que ce n’est pas fréquent de voir un membre du jury et le véto de service, perdus au milieu des blés, s’enfiler une fiole de Côtes Rôties au goulot.

 

Julie Wasselin

 

Les côtes rôties offrent l’un des plus somptueux vins de France.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires