Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2018 2 17 /04 /avril /2018 08:20

 

 

Le grelot

 

 

Le grelot

 

 

 Il dindreline allègrement.

Sa ritournelle cadencée n’obéit qu’au pas, au trot, au galop, au galop, au galop… puis elle s’agite encore à l’arrêt lorsque les chevaux s’ébrouent.

Suivant ses origines, il grelle, il grill, il grôll, il grüll, le grelot… il est joyeux, il rouspète, il se fâche… puis, comme un pigeon amoureux, il groulle et vous assoupit lors que la diligence vous berce, sotto voce, après les côtes, quand les chevaux sont fatigués.

Je l’ai trouvé dans le grenier.

Le temps lui a dérobé ses couleurs ; il est devenu noir comme un charbonnier, mais il n’est pas fêlé.

C’est un énorme grelot en bronze décoré d’un cheval marin, un de ces grelots comme on en accrochait à l’extrémité des timons. De sa voix de basse rocaille, il accompagnait le tintement fringant des grelottières, il prévenait les relais de son arrivée prochaine tandis que le cor du postillon racontait qu’il y avait à bord de riches commerçants qu’il faudrait bien soigner et plumer un peu… ou bien quelques voyageurs pingres ou fauchés dont il n’y aurait rien à attendre et qu’il ne serait pas nécessaire de dorloter.

Je l’ai accroché à une poutre au-dessus d’un canapé où j’aime à somnoler quand j’ai trop bien déjeuné. De là, je ne vois que sa fente rigolarde où patiente la balle de fer qui le faisait résonner.

Elle me raconte sa folle existence si doucement que je m’endors en rêvant que la diligence est arrêtée.

 

§§§

 

Julie Wasselin

 

Grelots de timon
Grelots de timonGrelots de timon
Grelots de timonGrelots de timon

Grelots de timon

Partager cet article

Repost0

commentaires

JPLY 16/11/2018 22:09

i connasso 1 m'so, i su en morvan mais i connasso ben la bretagne, surtout les côtes du nord. merci