Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2018 1 10 /09 /septembre /2018 08:41
Ah le bel accord !

 

 

Dans la tribune du manège est assise une maman. Dans le civil, elle est prof de français, une prof très à cheval sur la syntaxe, de surcroît.

On l’en félicite, c’est devenu rare à présent.

Mais ça n’a rien à voir avec l’équitation, discipline où l’on peut se contenter de s’asseoir sur un roussin[1] sans lui demander grand chose qui le fâche… mais qui reste plus périlleux, tout de même, que l’écriture, car il est rare de se faire prendre la main par un crayon, quoique, encore que… lui aussi soit capable de se fâcher !

Bref, la dame est pointilleuse.

Donc… nous sommes au manège, et, sur la piste, la fille de cette respectable lettrée, apprend le B.A.-BA d’un sport qui est aussi une discipline et un art… un art autrement plus pointu, mais moins définitif que l’orthographe et la grammaire.

Laissant courir un regard le long des murs, elle remarque des lettres affichées à intervalle régulier. Des lettres qui ne lui évoquent rien :

CMRBPFAKVESH.

Intriguée, à la fin de la reprise, elle se rapproche de l’instructeur et lui demande :

- Je ne comprends pas…je vois quantité de lettres sur les murs, mais jamais l’accord des Z[2] dont vous avez parlé ?

 

§§§

 

 

Texte: 

Julie Wasselin

 

 


[1]Cheval entier de forte taille.

[2] « L’accord des aides »… ou comment synchroniser jambes, mains et assiette de façon à ce qu’un message clair passe entre le cheval et le cavalier. On sait qu’en cas de brouillage sur la ligne, le message ne passe pas.

Partager cet article

Repost0

commentaires