Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2019 1 04 /03 /mars /2019 08:25

 

 

Les équipages hippomobiles

 

des

 

 

sections de projecteurs

 

 

 

A ma connaissance, la première notification de l'utilisation de projecteurs dans les combats de nuit date de la guerre de 1870. On peut ainsi lire, dans la Revue du génie militaire de 1891, un article nommé; "Perfectionnements apportés aux procédés d'éclairage militaire." Il fait état de la présence de projecteurs au siège de Paris en 1870; "Dès que les Allemands se voyaient éclairés, ils se couchaient et restaient immobiles n'osant pas même souffler".  Ce premier projecteur militaire de type lenticulaire (système Fresnel), inventé par Louis Sautter en 1867, est très fragile et ne peut être  utilisé qu'à une place fixe dans un fort ou sur un navire. Si, au début du XX° siècle, les avancées techniques ont permis d'améliorer nettement les performances de ces projecteurs; puissance, fiabilité et mobilité, l'armée française sous-évalue leur importance et en est chichement équipée au début de la guerre 1914-1918.

En 1914,  la doctrine de l'armée française dite de "l'offensive à outrance", s'appuyant sur une cavalerie obsolète et une artillerie lourde pratiquement inexistante, entraîne des pertes terribles. La guerre de position qui la suit n'est pas plus économe en vies humaines. Progressivement, cette situation modifie les méthodes de combat des corps d'armée; infanterie, cavalerie, artillerie,... Cette nouvelle approche s'accompagne de modifications dans l’utilisation et la conception des armes et moyens techniques; déplacement, transmission,...

 Les commandements avaient largement sous-estimé l'importance que prendraient la guerre nocturne, tout particulièrement dans cette guerre de position qui allait s'instaurer durant les quatre années du conflit.

Le matériel prévu de projecteurs et de fusées éclairantes s'est rapidement montré insuffisant et il a fallu créer un nouveau matériel d'éclairage et de nouvelles stratégies de déploiement des projecteurs tant au niveau des actions d'attaque que de défense..

 

Fusées et projecteurs utilisés à Paris pour la protection des attaques aériennes.

Fusées et projecteurs utilisés à Paris pour la protection des attaques aériennes.

 

Les projecteurs militaires de type lenticulaire, peu puissants, ne sont plus utilisés que pour les petits appareils de transmission. Les projecteurs de combat, pouvant atteindre jusqu'à 2,50 m de diamètre, sont à miroirs paraboliques, en métal argenté ou doré. Bien que certains soient alimentés par système  oxyacétylénique d'une puissance d'éclairage de 300 à 500 mètres, la majorité sont à lampes à incandescence ou à arcs électriques. Alimentés par des générateurs, ils peuvent éclairer, suivant leur puissance, jusqu'à plus de cinq kilomètres.

 

Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.
Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.

Ces projecteurs militaires peuvent être classés en deux catégories;

les projecteur fixes; de fortification, de marine, de défense côtière

les projecteurs mobiles; de montagne de campagne,...

Nous ne parlerons que de ces derniers dont l'efficacité dépend, essentiellement, de leur capacité et rapidité de déplacement.

Ils ont plusieurs destinations:

 

-Les projecteurs de liaison (signalisation, télégraphie optique)

Généralement de petite taille, facilement déplaçables par portage, ils sont alimentés par magnéto dynamo ou accumulateur. Cependant, il en existe de plus puissants, par exemple ceux  permettant la communication entre aéronef et ballons avec le sol.

 

Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.
Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.
Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.

-Les projecteurs de combat proprement dit ou offensifs

Ils éclairent à moyenne et longue distance et peuvent se déplacer de façon rapide d'un point à l'autre du front.

 

-Les projecteurs de tranchée de stationnement ou défensifs. 

Pour ces deux dernières destinations voici, de façon non exhaustive,  quelques détails de leur utilisation:

-actions de protection contre l'aviation sur le champ de bataille mais, également, de l'arrière des lignes comme ici sur la tour Eiffel.

 

Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.

-aveuglement de l'ennemi

-éclairage du terrain pour orienter une colonne

-reconnaissance des mouvements de l'ennemi

-recherche des objectifs pour les tirs de nuit en liaison avec l'infanterie, les sections de mitrailleuse d'artillerie légère et, bien sûr, l'artillerie lourde..

....

Si, à la fin de la guerre, certaines unités, comme celles d'artillerie lourde, possédaient leurs propre sections de projecteurs, cette fonction d'éclairage fut essentiellement confiée aux sections spécialisées du génie. Ces différentes unités utilisaient, suivant les besoins, différents moyens de transport:

- les véhicules automobiles qui ont l'avantage de parcourir rapidement de grandes distances. 

- le bât et les voitures hippomobiles  qui permettent d'accéder aux postes de combat situés dans les terrain les plus accidentés.

 

Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.

 

Nous allons, bien évidemment, nous attarder sur les sections de projecteurs utilisant les deux derniers moyens de transport précités.

 

Le bât

Il est utilisé avec des mulets. L'avantage du projecteur déplacé à dos de mulet est d'être, grâce à la sûreté de pied du mulet, facilement transportable en pays accidenté. Ces projecteurs peuvent être avantageusement combinés avec l'artillerie légère et les mitrailleuses de montagne.

Pour le transport à dos de mulet, on divise l'ensemble de la charge; projecteur, générateur et dynamo en plusieurs parties qui ne doivent pas dépasser le poids de charge réglementaire autorisé pour chaque animal. Pour un projecteur de 40 cm le poids total du matériel avoisine les 500 kg; 82 kg pour le projecteur et le trépied, 60 kg pour le moteur à essence, 86 kg pour la dynamo, auxquels il faut rajouter deux tourets de câble, le matériel de protection et d'entretien.

 

Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.
Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.

 

En comptant le poids du bât; 37 kg, la charge par mulet avoisine les 170 voir 180 kg.

 

Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.

 

Pour évaluer l'importance de la logistique nécessaire à une action de combat de nuit en montagne, il faut rajouter les mulets dédiés au transport des équipements d'hébergement et d'approvisionnement des personnels et ceux des équipages de l'unité de mitrailleuse ou d'artillerie légère à laquelle la section de projecteur est adjointe.

 

Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.

 

Matériel hippomobile

 

Le transport par voiture exige, également, une forte logistique. Ainsi, par exemple, une section de projecteurs de campagne rattachée à la 52 DI, gérant 4 petits projecteurs de 35 mm, mobilise, sous la direction d'un officier, pas moins de 42 hommes divisés en deux équipes:

 

-personnel chargé de la mise en action des projecteurs;

3 sergents, 1 caporal, deux maîtres ouvriers et 16 sapeurs projecteurs.

 

-personnel chargé du transport;

1 maréchal des logis, deux brigadiers et 17 sapeurs conducteurs. Ils ont la responsabilité de 5 véhicules, 1 cheval de selle et 25 chevaux de trait.

Nous voyons, donc, que le seul transport mobilise plus de 50% du personnel.

 Bien que le transport par automobile soit plus économe en personnel (un chauffeur et un mécanicien par voiture suffisent à gérer le transport et la production d'électricité), la peu rapide voiture  hippomobile est encore utilisée jusqu'à la fin de la guerre car elle donne accés aux terrains les plus inaccessibles.

"1,La voiture hippomobile peut aller à travers champs comme l'artillerie de campagne.

 2 on peut toujours ramener le projecteur, si le moteur est incapable de fonctionner ce qui n'est pas toujours aisé avec les automobiles." -Breton-

 

Déploement d'une unité allemande de projecteurs
Déploement d'une unité allemande de projecteurs

Déploement d'une unité allemande de projecteurs

 

Dans l'armée française, le personnel est acheminé par fourgon alors que le matériel est porté par des voitures spécifiques à deux ou quatre roues.

 

Les voitures à deux roues:

Elles sont généralement employées pour le transport de projecteurs d'offensive de 60 cm qui doivent s'adapter à tous les terrains. Ces véhicules de combat sont accompagnés par un fourgon destiné au personnel. La voiture transporte tout le matériel, y compris les rouleaux de câbles d'alimentation. Elle est attelée, en harnais d'artillerie,  à deux chevaux au timon complétés par deux chevaux de volée. Je n'ai pas retrouvé de représentation du type de harnais utilisé au timon de la deux roues.

En voici deux modèles

-Projecteur de 60 cm avec projecteur et groupe électrogène amovible du commandant Rochet

L'ensemble, en ordre de marche, pèse 1400 kg. Tout l'équipement, dont le groupe électrogène de 580 kg, peut être descendu de la voiture. Le projecteur peut également fonctionner grâce à une série de batteries transportées dans un fourgon d'approvisionnement.

 

Equipage en ordre de marche

Equipage en ordre de marche

Matériels déployés au sol.

Matériels déployés au sol.

Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.

 

-Projecteur de 60 cm à mise en place rapide

D'un poids en charge de 1300 kg, ce modèle de projecteur peut être directement utilisé à partir de la voiture et est donc d'une mise en action très rapide. Cependant, si le générateur est solidaire de la voiture, le projecteur en lui même peut en être séparé et éloigné si nécessaire.

Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.
Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.
Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.

Les voitures à quatre roues

Elles sont composées, à l'avant, d'un train d'artillerie transportant le personnel et, à l'arrière, d'un arrière train destiné au matériel du projecteur.

Modèle datant du début de la guerre
Modèle datant du début de la guerre
Modèle datant du début de la guerre
Modèle datant du début de la guerre

Modèle datant du début de la guerre

Modèle de 1917

Modèle de 1917

 

L'installation du projecteur sur la ligne de front nécessite la mise en place de tout un système de protection comprenant, en plus de l'abri du projecteur, d'autres abris destinés au groupe électrogène, et aux personnels; télégraphistes, manipulateurs,....  . 

(Source; "Le parcours du combattant de la guerre 14-18
(Source; "Le parcours du combattant de la guerre 14-18
(Source; "Le parcours du combattant de la guerre 14-18

(Source; "Le parcours du combattant de la guerre 14-18

 

L'abri peut, comme ici, disposer d'un système permettant de descendre le projecteur afin de le dissimuler à la vue de l'ennemi.

Des glissières peuvent être construites sur place mais il existe des systèmes plus sophistiqués demandant l'utilisation de deux voitures; une transportant le générateur et le matériel, la deuxième transportant le projecteur avec sa plate-forme d'élévation et le personnel.

 

Les équipages hippomobiles des sections de projecteurs.
Voiture allemande à quatre roues, transportant un projecteur avec sa plate-forme
Voiture allemande à quatre roues, transportant un projecteur avec sa plate-forme

Voiture allemande à quatre roues, transportant un projecteur avec sa plate-forme

 

Devant l'amélioration de la fiabilité et de la mobilité des véhicules motorisés, les sections de projecteurs vont, progressivement, abandonner le transport hippomobile.

 

Texte: 

Patrick Magnaudeix

 

Documentation: 

"Service des projecteurs de Campagne"

Gaston Breton "Les projecteurs de campagne"

"Le parcours des combattants de la guerre 14-18"

....

Partager cet article

Repost0

commentaires