Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 19:33

Et si vous écoutiez ce chat ....

Il est en Saintonge un musée où s’éteint sans même un soupir une de ces beautés fanées, séchées, déflétries,
que l’on regarde d’un air navré, puis que l’on abandonne à son sort, comme une femme vieille,
dont on se dit, ma foi, qu’elle n’a plus grand chose à donner.
Comme toutes les vieilles, elle vit avec un chat.

Vous devriez écouter ce chat, mais… seuls ceux qui ont gardé leur âme d’enfant
sont capables d’entendre encore ce qu’il dit.

“ Il y a fort longtemps, un mien aïeul, avait reçu de son maître, quoique fort démuni,
une paire de vaillantes bottes lui permettant d’aller chasser dans les taillis.
De ces ronciers, il rapportait de beaux lapins ou de grasses perdrix qu’il s’en allait offrir au roi
de la part de son maître, prétendument marquis de Carabas.

Cet aïeul fit tant et tant pour établir son maître, qu’à la fin, ébloui, le roi souhaita lui marier sa fille,
une incomparable beauté.
Ce que l’histoire ne dit pas, c’est que la demoiselle et son gentil marquis, après la noce,
s’éclipsèrent à bord d’une voiture si belle que nul n’en avait jamais vue de telle en ce temps là…

Il semble certain que c’est à l’intérieur de cette vieille dame oubliée
que vous n’avez pas regardée ou si peu… qu’ils s’éloignèrent, main dans la main.

Pour moi, ça ne fait aucun doute : voyez ces velours à ramages couleur du ciel quand il fait beau,
ces cuirs finement rebrodés et ces boiseries ciselées, l’élégance sportive de cette berline coupée
afin d’y être seulement deux… et le confort inusité de ses suspensions.
Ils allèrent si loin qu’on ne les revit pas…, ni les chevaux, ni le cocher non plus.
Seule la voiture fut retrouvée avec un chat de ma famille endormi sur le pavillon.

Depuis, de génération en génération, nous veillons, car une légende veut que l’un de nous
soit un jour reçu chez une reine… il en existe encore…
et que cette reine, émue par le sort de cette belle qui a résisté au temps et aux révolutions,
mais qui ne résistera plus longtemps aux insectes qui la grignotent, dans un élan de générosité,
ordonne qu’on lui rende et sa jeunesse et sa beauté.

Dans Sainte en fête, sous les acclamations, ne serait-ce pas admirable de voir,
un jour prochain, qui sait… cette reine généreuse agiter une main de dentelle
à la porte de “ ma ” berline coupée, brillamment emmenée par quatre gris empanachés “?

Julie Wasselin

Je remercie julie pour ce bel hommage à cette vielle dame et que je vous invite à découvrir au musée de Saintes ou sur ce blog lien La vieille dame oubliée .


                  Ce tableau pour vous la laisser imaginer, au temps de sa splendeur


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires