Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 12:17

 riding-in-rotten-row

   

De l’Amazone,… les  dessous.

En ces moments de fêtes, je vous propose de revisiter un des maîtres de l’équitation  sous un angle, je dois l’avouer, quelque peu facétieux. Il est de mode en ce monde d’incertitude de dire qu’en équitation tout avait été dit et qu’il ne s’agissait que de savoir lire les grands maitres. Je ne suis pas loin de penser la même chose mais avaient ils raison en tout? Je vous propose de faire la part des choses et de visiter les dessous……. de l’affaire. Elevons le débat en nous  appuyant sur un docte ouvrage.  « Principes de dressage et d’équitation » de James Fillis en 1892, tout particulièrement sur le paragraphe dédié à la:

                                            « Position de l’amazone »

Riding Habit Fashion Plate c1847

A la première page, un juste propos nous explique la nécessité pour une femme de ne point monter à califourchon mais uniquement en amazone.

«Depuis quelque temps, il est question de dames qui montent à califourchon. Outre que l’amazone perd ainsi toute grâce féminine, il n’y a rien de moins pratique. Que manque t il en général aux cavaliers ? L’assiette c'est-à-dire la solidité. L’assiette manquera bien plus encore aux femmes qui ont la cuisse ronde et beaucoup moins énergique que l’homme. Il est bien inutile de discuter plus longuement là-dessus. »

Les choses étant dites, Mr Fillis explique de très belle façon la technique de la monte en Amazone et en vient à expliquer ces petits détails qui peuvent compromettre  l’aisance de l’amazone et en particulier les détails de toilette.

« Souvent aussi, l’aisance de l’amazone est compromise par de très petits détails de toilette pour lesquels de bons conseils lui ont fait défaut, c’est pourquoi je m’y arrête un instant. »

 Avant de vous laisser entre les mains de ce maître en l’art d’« équiter », je voudrais vous plonger dans l’ambiance en vous présentant cette collection des tenues d’amazone à travers les âges.

Riding habit 2

 

  1720

1690 

               1690                                                                                                     1720

 

1795

                                                                     1795

1816.

1799

                1799                                                                                              1816

1830                                                                   1830

1850 

 

1842- 

                             1842                                                                           1850

1860

                                                              1860

1915

1880 english riding habit 

                     1880                                                                                           1915

  Revenons à notre écrit

« la femme se blesse très facilement. Le moindre pli dans ses vêtements détermine une écorchure. Pour une longue promenade, et à plus forte raison pour la chasse, il est préférable qu’elle ne mette pas de chemise, mais une chemisette, en étoffe très mince, fixée à la taille. …Je conseille de ne pas mettre de bas car la jarretière est une gène toujours, souvent une cause de véritable souffrance, et peut déterminer des blessures étendues et douloureuses. La chaussette est préférable à tous égards. Elle est complétée par une culotte collante faite d’une étoffe souple et élastique…

amg360-copie-1

 Le pantalon qui est mis par-dessus est à sous-pieds en caoutchouc, peu large pour qu’il ne fasse pas de pli

amg359

Le corset doit être très court et bas ; un busc long est non seulement gênant, mais réellement dangeureux.

amg358

Je serai tenté de m’excuser d’entrer dans ces détails intimes et pour lesquels ma compétence pourrait  être justement mise en doute s’il ne s’agissait que d’une question d’élégance ; mais ce qui touche à la toilette de l’amazone concerne sa solidité et son aisance à cheval »

(Les gravures de cet extrait ont été rajouiées par mes soins et ne font bien évidamment pas partie du texte original)

 Mesdames, faites attention, votre futilité vous fait courir les plus grands dangers.

« Enfin je ne crois pas m’égarer dans les détails inutiles en recommandant de fixer la coiffure très solidement. La femme qui est préocccupée de maintenir ou de replacer son chapeau ou son voile pense trop peu à son cheval, et on peut dire que si elle perd son chapeau, elle est bien prés de perdre la tête. »

Mais votre beauté et votre élégance dans les fourches ne sont pas sans nous poser problème à nous pauvres hommes : 

Eh oui comment vous mettre en selle?  j-20096

« Quelques mots maintenant sur la façon de mettre une femme en selle. Je pense que cela peut être utile non seulement aux amazones mais aussi, surtout,  aux hommes qui ont l’honneur, un peu redouté, parfois, de leur prendre le pied »    

Il s’en suit deux pages d’explications techniques et nous arrivons au point final, de loin le plus délicat, aider l’amazone à descendre de son piédestal.

VKA3D00Z

« Je répète que la femme doit donner ses poignets et qu’elle ne doit pas sauter, mais se laisser glisser. Voyez ce qui arrive le plus souvent ; la femme s’élance de la selle, le cavalier la reçoit en la prenant par la taille, et, ne pouvant la porter à bras tendus, il la laisse glisser le long de son corps. C’est désagréable, disgracieux et peu convenable »

J’espère que ces petits extraits vous auront amusé, mais allons plus loin dans l’intimité de ces dames. Devant le carcan moral imposé par ces messieurs à leurs épouses, celles-ci savaient, avec l'aide de maîtres selliers, cacher leur coquetterie. Sous leurs jupes élégantes, on pouvait découvrir de superbes œuvres d’art ; les selles de dame et bien sur les selles d’amazone.

P1010729

J’en avais vu un certain nombre en général très sobres simplement décorées  d'élégante piqures.

P1010728

Je dois avouer avoir été assez étonné par la fantaisie que recherchaient ces cavalières en feuilletant ce catalogue de la sellerie Camille et fils.

  P1010726

 P1010727

Heureusement mesdames que nos meneurs de tradition n'ont pas les mêmes apprioris à votre égard, la preuve d’ailleurs; vous avez souvent à leur coté la noble place de ….houps !!! Groom.

Texte :  Figoli

Documentation : Chantal Baup, R. Fabre, Figoli 

Remerciement tout particulier à Adrienne Hopf, lectrice Suisse, de nous avoir procuré le texte de James Fillis

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Julie Wasselin 01/01/2011 15:15


Œil de lynx a frappé ! Eh oui…
Que ces propos légers accompagnent une année plus légère encore… en soucis, je le précise, pour ceux qui voudraient détourner mes propos !


Chantal 01/01/2011 14:15


Au fait qui est James Willis ? Je ne connais que James Phillis, cavalier de dressage français.


figoli 01/01/2011 17:21



Il s'agit de James Fillis qu'une faute de frappe dans la dernière phrase avait transformé en Willis et je m'en excuse. "Bauchériste" il fut un temps écuyer à la cour de Russie.



Chantal 01/01/2011 14:04


Attention aux chiennes de garde pour le dernier commentaite . Elles risquent de montrer leurs crocs !