Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 22:27

 

Garrocha

 

  1-P1080058.jpeg

 

 

pour Emeline

 

 

 

Un ciel anthracite plombe les eaux de la baie, mariant son encre délavée aux oyats et au sable où j’imprime des pas.

 

Je l’attends.

 

Á cru, vêtue seulement de cheveux d’ébène que prolongent les crins de son andalou, d’un air farouche elle s’avance, pointant la garrocha vers l’océan.

 

 

Dans le silence et la lenteur, sans un regard, elle célèbre une messe baroque née de la nuit des temps, enlacée dans les fils invisibles de la vara tourbillonnant au dessus de sa tête… lance fichée au sol comme la pointe sèche d’un compas… véroniques éblouissantes que le cheval enroule et déroule, et dessus et dessous.

 

- Toro, toro !

 

 

Soudain l’apparition s’immobilise et déshabille la monture de son filet.

 

 - Tu es libre, va…

 

 

Sans plus rien, elles dansent alors comme, dans un paso doble, ces cavalières au masque tragique avancent et virevoltent et de gauche et de droite en cinglant leurs jupons.

 

 

Abandonnant alors la garrocha, elle agenouille l’animal, l’allonge dans le sable, coule son corps le long de son flanc et, de ses lèvres, dans le tracé de la jugulaire, se repaît de son sang.
 
 
 
 
Julie Wasselin
 
   
Pour ne pas quitter de façon trop brutale le moment magique que vient de nous faire vivre Julie, voici quelques pas de Garrocha.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

JPB 23/06/2011 23:43


terrible esta garrocha (de los picadores), sobre todo por los caballos sin caparazon, olé!