Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 21:23

Les voitures « Binder » du musée de Bruxelles.

Documentation;  Chantal Baup,HBP
Texte: Figoli

Binder-Bruxelles 0156

Nous avons récemment publié une série d’articles de J.P. Binder  sur les carrossiers de la dynastie Binder. Ils étaient accompagnés de différents albums ; de dessins de catalogues anciens, de photos de voitures actuellement conservées. La constitution d’albums et d’articles nécessite des recherches dont les résultats arrivent quelquefois après la publication de l’article. En général les documents sont intégrés dans les articles déjà édités.

Il est  dommageable d’agir ainsi pour des ensembles de documents, comme ici, la collection de véhicules « Binder » conservée aux « Musées Royaux d’Art et d’Histoire » de Bruxelles.

Ce Mylord, ou Milord, a été construit par « Binder Frères »(voir présentation du carrossier dans : Binder à Paris "Binder Frères" ) et est inscrit au patrimoine du musée sous la référence ; « inv.nr.Tr4.Binder Frères »

Binder Bruxelles 2193

Ce type de voiture fit son apparition en Angleterre dés 1835. Son utilisation  se développa assez rapidement dans l’ensemble de l’Europe. Dés 1850, cette voiture de maître fut également utilisée comme voiture de louage. Elle continua d’être construite par les grands carrossiers mais des fabriques plus industrialisées, comme en France la "carrosserie industrielle",Raffic,... produisirent des voitures à moindre coût pour le marché de la location dont, bien sûr, les fiacres. Cette voiture fut allégée par le remplacement du coffre de bois avant par un siège amovible ce qui donna naissance à deux types de voiture ; la victoria et le duc.


Voici un autre type de voiture, le Hansom cab,  qui eut l’histoire  inverse. De voiture de transport, elle évolua vers la voiture de maitre: Celui-ci a été construit par « Binder ainé » (voir présentation du carrossier dans: Binder à Paris "Binder Ainé" ) et est inscrit au patrimoine du musée sous la référence « inv.nr 54 Binder Ainé ».

Binder Aine Bruxelles 194-copie-1

C’est l’architecte Hansom qui eut en 1834 l’idée de construire une grosse voiture carrée à 2 roues pour le transport public. Le cocher était assis à l’avant du toit et le passager entrait grâce à une portière latérale positionnée à l’avant d’immenses roues. Ce « char d’assaut » fut largement amélioré par Monsieur Chapman, secrétaire de la « Compagnie des cabriolets et des voitures de sécurité à deux roues » de Londres, qui en mit 50 exemplaires en circulation. Cette voiture eut tant de succès comme transport public, qu’elle fut largement copiée pour l’utilisation privée, au grand dam de la compagnie, qui intenta, en vain, des procès contre les possesseurs et fabricants de ces cabs.
Leur utilisation par Lord  Shrewsbury, Lord Lonsdale,… leur donna le statut de voiture de standing.
Les plus grands carrossiers européens les mirent à leur catalogue. Dés 1870, elles étaient devenues des voitures beaucoup plus légères, très élaborées, de grande qualité.


La voiture suivante est un coupé de voyage construit par « Binder Frères ». Elle est inscrite au patrimoine du Musée sous la référence « inv.nr Tr75 Binder Frères »

Binder Bruxelles192


La caractéristique des voitures de voyage construites par les grandes maisons, est que leur luxe ne s’exprime pas par le décorum, mais par le confort du véhicule  et sa capacité à transporter de nombreux bagages. Celle-ci est très grande et profonde, ce qui permet de l’utiliser comme dormeuse pour les longs parcours. A noter sur cette voiture, qui devait être conduite en poste, le frein positionné à l’arrière complété par un sabot d’enraiement.



Les grands carrossiers, même s’ils ne l’inscrivaient pas obligatoirement  dans leur catalogue, construisaient tous des traineaux comme l’indique cet extrait du guide du carrossier : «  Bien qu’il y ait peu de carrossiers appelés à construire ce genre de véhicule, il est utile néanmoins que chacun en possède au moins un  modèle dans sa collection et soit initié, en outre, aux quelques notions relatives à sa construction et à son emploi. »
Mais les grands carrossiers, travaillant pour la majorité à l’exportation dans les pays du nord et de l’est, se devaient d’en présenter plusieurs. Par exemple, à l’exposition internationale d’Amsterdam de 1877, « Binder Frères » présentait plusieurs traineaux correspondant à des styles très différents adaptés aux pays prospectés.

traineaux GDC

Avant de vous proposer des agrandissements de ces traineaux, je ne peux m’empêcher de vous montrer en détail cet étonnant traineau de chasse du carrossier Sheurer de Düsseldorf.

traineau Scheuher 019
Voici maintenant les traineaux présentés par Binder Frères.
En premier, cette "poussette" destinée aux promenades sur lacs et canaux gelés,

Poussettte Binder
 suivie de deux traineaux de style totalement différent.

traineauBinder style allemand
traineauBinder style Louis XVI

Voici un autre exemple de traineau Binder Frères (collection J.P. Binder) datant de 1890. A noter que la maison Binder Frères alors dirigée par Jules Binder a obtenu le grand prix à l'exposition de Bruxelles en 1897. Binder traineau

Le musée de Bruxelles conserve une de ces pièces, « l’élan », référencée sous le N° 54 construite après 1864 par Binder frères. Il est possible qu’elle fut commandée par la cour royale de Belgique.

Binder-Bruxelles 0132


Ce grand traineau est composé d’une caisse, en forme de coquille, de couleur vert foncée, bordée d’une moulure dorée représentant des lauriers et ornée de couronnes royales.La garniture intérieure ainsi que le siège du cocher sont habillés de velours et de soie vert bronze à galons dorés.

Binder-Bruxelles 0131


La dénomination d’ « élan » vient de ce lion sculpté qui semble en mouvement et dont une des pattes s’appuient sur le parre crotte.


Binder-Bruxelles 0133

On peut remarquer l’état de conservation admirable de ce traineau et en particulier les reposes pieds en bois recouverts de fourrure.

Binder-Bruxelles 0129


Nous n’avons pas d’informations sur le sculpteur qui a créé le Lion. Employé de la maison Binder, ou , éventuellement, un intervenant extérieur.



Binder-Bruxelles 0156

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean Pierre Binder 07/02/2010 11:07


Commentaire n°1 suite - Merci d'avoir rendu à Jules ce qui n'était pas à Henry, en réexprimant mes compliments, JP Binder


JP Binder 05/02/2010 07:21


Le dessin de traîneau attelé (environ 1890), n'est pas de Henry Binder, mais de Jules Binder alias "BINDER frères", qui par ailleurs quelques années après a obtenu un grand Prix à Bruxelles en
1897.
Félicitations pour cet excellent article bien illustré,
JP Binder