Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 15:59

Un petit ‘Coucou’ de René Geauphre !

 

Bonjour à tous, c’est avec un immense plaisir, que je vous invite à découvrir ma toute dernière création en « Modèles réduits et marqueterie », de la catégorie Histoire des voitures à cheval : Le coucou…ou patache.

Permettez-moi, tout d’abord, de vous raconter la naissance de ce projet. Cela débute tout simplement en activant le lien au blog Figoli avec le site J&B Whips – Fouets, Attelage et tradition, et par la lecture de l’article du lundi 25 mai 2009 rubrique « Les voitures hippomobiles  Histoire du coucou, les transports publics parisiens » (link). Et je tiens à saluer très respectueusement « Arba » pour son article qui a suscité, en moi, un intérêt tout particulier pour cette voiture, par son histoire, ses usages …

La principale difficulté :

Je dois admettre, en plus d’un an d'investigation pour la recherche de documentation, le coucou reste un véritable  mystère 'technique' par sa conception. Aucune photo, mon unique point de référence sont les gravures de l’article.

L'originalité de cette voiture présente néanmoins quelques points communs avec la chaise de poste (voir article du 04 Juillet 2011 Catégorie Histoire des voitures à cheval, site FIGOLI).

Diapositive2 -2- Route de Saint Germain Aubry 1825

  

Diapositive1 -3-

Route de Saint Cloud C Vernet 1820

   

Comment résoudre ce manque d’information ?

Face à cette principale contrainte j'ai adapté une méthode de travail spécifique de type 'enquêteur'.

Ma devise : mettre en doute la moindre évidence, avoir une réflexion critique ! Je vous en livre quelques secrets : est-ce la seule solution ? Y a-t-il d'autres alternatives ? Pourquoi retenir cette possibilité plus qu'une autre ? Est-ce que le coût de réalisation à l'époque était accessible ?...

Afin de répondre aux incertitudes, après analyses des hypothèses, j'ai fait un choix, en respectant une logique, et le contexte : rudesse du métier, population transportée, état des routes, rentabilité du transport, soins des chevaux… Cette création n’est pas un modèle réduit mais une maquette !

Mon point de départ : L’article du coucou

Afin de respecter l'auteur, et l’essence de cet article, je vous invite à en prendre connaissance. En faire un résumé serait une grave erreur, je ne veux pas vous gâcher le plaisir de lecture, et en aucune façon je ne veux dénaturer le sens d’un seul mot. Cependant, pour comprendre ma progression, je pense qu’il est judicieux de vous en livrer quelques extraits :

« Ce sera l’histoire d’une voiture de place, apparue en 1780 et qui 75 ans durant, effectua le service des transports de passagers dans la grande banlieue parisienne. »

« Aux cotés, un ou deux carreaux pour donner du jour et de l’air. Le tout monté sur des soupentes primitives munies de crics et attachées à un brancard fixé à l’essieu autour duquel tournaient deux grandes et fortes roues. Quand l’intérieur était complet, on rabattait le tablier fait d’une charpente recouverte de tôle et deux autres voyageurs prenaient place avec le cocher sur une troisième banquette assujettie à ce tablier. Le cocher était protégé par un prolongement du pavillon au dessus de sa tête. » 

Diapositive1 -4-

 

Les données maîtres :

Je sais que la caisse est étroite, exiguë, l’accès se réalise par l'avant, deux rangées sièges, rabat du tablier, soupentes munies de crics, prolongation de l'avancée du toit. C’est un très bon début !

 Mes interrogations :

Les sièges sont ils installés de façon latérale ou transversale ? Comment rabattre le tablier sans trop fermer l’habitacle ?

Pour répondre à cette première question, les gravures ont permis de définir l'emplacement de chaque passager. La disposition des banquettes est transversale et non latérale !

 La première banquette est stratégique car elle ne doit pas bloquer le passage de l'accès au siège du fond. De plus, par logique elle doit être occupée seulement si celle du fond est complète. Et j’ajoute que les chemins et routes, devaient être un véritable calvaire pour les usagers. L’adaptation d’un dossier à cette assise, devient obligatoire, afin d’éviter le basculement des passagers du premier rang sur les genoux des occupants du fond !

Diapositive2-copie-2

J'ai réalisé deux strapontins, avec un dossier escamotable, laissant libre passage jusqu'à l'arrière de la voiture…

Diapositive1 -2-

La troisième banquette :

Le tablier qui se rabat et qui devient une troisième banquette est  très astucieux ! Non seulement cela libère un plus large passage aux sièges, mais aussi, permet un apport d’air non négligeable aux usagers en attente du départ à ‘plein’.

Cette transformation donne place au cocher, et la prise de deux passagers supplémentaires. Position très inconfortable, certes, puisque les pieds de ces infortunés n'ont pas vraiment d'appui…

Diapositive1-copie-2

 

Conclusion :

 Cette maquette à l’échelle 1/10, ne m’a demandé que 420 heures, pour 310 pièces seulement ! Sans compter le temps de recherche de la documentation, et du diorama…Au niveau technique, le coucou m’a fait vivre une aventure formidable, la réalisation des crics, le toit convexe, les banquettes amovibles….Mais, figurez-vous, que cette création ne m’a pas empêché de conduire un second projet en parallèle… Dans quelques mois, je serais heureux de vous le présenter !

Et je tiens à vous présenter à la veille de cette nouvelle année, tous mes meilleurs vœux pour 2012,  je vous souhaite beaucoup de plaisir, de bonheur, et la réalisation de tous vos projets !

 

 

MERCI et à BIENTOT !

‘rene.geauphre@dbmail.com’

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

rene.geauphre 18/12/2011 08:00

Merci ! Merci, je suis très honoré, et heureux que vous appréciez ma modeste contribution au blog 'Figoli'. Je vous dois beaucoup, vos encouragements est la plus belle des récompenses...Merci pour
ce magnifique cadeau !

Julie Wasselin 17/12/2011 22:24

Votre enthousiasme est une bouffée d'air pur en ce moment... Merci et joyeux Noël à vous aussi.