Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 09:14

      iPhotoiPhoto-mailtmp-1

 

On achève aussi les Haras…

 

 

 

 iPhotoiPhoto-mailtmp-5

 

 

 

 

Cluny, je l’ai connu hennissant, le sable hersé comme un jardin japonais, martelé des sabots de ses innombrables chevaux, accompagné de cris et de rires joyeux, du crissement des voitures emportées par les attelages à quatre ou les tandems de percherons, d’auxois, de comtois, d’anglos, de pur-sangs, de connemaras… odorant du crottin frais, de la paille, du foin et de la fumée qui jaillissait des fers posés à chaud et du parfum tenace des cuirs soigneusement savonnés, graissés…

 

Vivant !

 

C’était un bonheur que d’y aller, un honneur que d’y travailler.
Que d’admirer les énormes croupes des traits dans leur stalles nattées, et l’œil fiévreux, la robe lustrée, soyeuse, rutilante des étalons de sang, d’y contempler, au printemps, les mères suitées, attendant la saillie nouvelle… les poulains cotonneux et intimidés.

 

Pour eux, pour les Haras, j’étais heureuse de payer des impôts !

 

 

Le Haras de Cluny est vide. Certaines stalles sont cassées… la crasse froide rampe inexorablement et les araignées ont beau jeu que de s’y installer.
Les bâtiments appartiennent aux courants d’air à présent, et s’y balader est aussi gai que d’arpenter les allées d’un cimetière abandonné.
Dévoré par les célèbres restes de l’abbaye, le Haras a déjà vu détruite l’infirmerie des chevaux.
Le bâtiment où s’entassent, en triste état, les voitures, répertoriées, classées, pourtant, " notre "  patrimoine et " notre " passé, sera détruit lui aussi, ainsi que la salle des gardes et la sellerie.

 

L’abbaye n’en sera pas ressuscitée pour autant, mais ça lui donnera un peu d’air, une perspective, puis l’abbaye est tellement touristique, et tellement rentable, elle…

 

On vient d’enterrer le Haras, et tout le monde, ou presque, s’en fout.
Consciente d’avoir remué juste un peu de poussière, moi, je ne m’en fous pas.

 

 

 

Julie Wasselin

 


iPhotoiPhoto-mailtmp-15

Partager cet article

Repost 0

commentaires

julie Wasselin 16/12/2011 12:01

Parmi ceux que la situation ne laissent pas indifférents il existe un groupe de... 10 personnes.
Que ces lignes, si elles vous touchent et si vous en avez la possibilité, vous incitent à aider ce groupe d'irréductibles qui se bat pied à pied, avec seulement... leur cœur et leurs propres
moyens, afin que des représentations de voltige, d'attelage et de garrocha, entre autres, et des expositions d'artistes amoureux des chevaux animent encore la vieille maison...
Venez à la belle saison un jeudi à Cluny.
De plus en plus d'amateurs, chaque année sont séduits, qui, après avoir admiré les ruines de l'abbaye voisine, ou vibré lors d'un CSO, s'en viennent au Haras, évoquer un passé qui remonte à
Napoléon et imaginer le tumulte et l'existence des étalons.
Merci pour eux...

figoli 16/12/2011 13:28



Le blog de Figoli se met à leur disposition pour diffuser les informations sur ces différentes manifestations.



LAURENT Jean-Jacques et Joëlle 17/11/2011 22:06


Vous n'êtes pas seule mais nous avons l'impression d'être d'une autre époque. Pourquoi tant d'acharnement à détruire les belles choses?
Contre nous, Bourguignons qui aimions Cluny et qui vivons en Haute-Savoie, l'acharnement continue avec la fermeture d'Annecy et les menaces pesant sur le Haras National Suisse (nous avons une
jument Franches-Montagnes!)
Continuons à aimer les chevaux, c'est l'essentiel.


rene.geauphre 17/11/2011 18:24


De tout coeur avec vous ! c'est une perte énorme, vous avez les mots justes, et votre douleur et partagée...Je me suis même laissé dire que le musée des voitures hippomobiles de Vonnas est en très
grand danger....Mais n'y a t-il donc qu'une seule branche à notre arbre qui n'est que rentabilité ?