Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 09:24

 

 

Les voitures publiques à La Réole

 

 

 

L'Histoire en général et l'iconographie en particulier ne retiennent des siècles passés que les évènements remarquables. L'histoire de l'attelage évoque , le plus souvent, riches et beaux carrosses, fiacres et élégants coupés, Mais qu'en est-il des voitures que le commun du peuple possédait ou empruntait dans les provinces les plus reculées ?

 

Les statistiques de la Gironde en 1839 font état de185 voitures publiques, dont 35 omnibus, On trouve également 100 fiacres et 35 coupés dits bordelais.

 

amg050

                    Omnibus devant la place de la bourse à Bordeaux

 

F Jouannet remarque que, de 1789 à 1839, les temps de trajet et les prix ont été divisés par trois, Sur un même trajet il y a plus de voyageurs , en une journée, que pendant un mois lors de l'époque révolutionnaire, De là à penser que la guillotine ralentit la circulation c'est un pas que l'on ne saurait franchir,

 

 

1848

Départ de La Réole des voitures publiques

 

amg040

    Reconstitution d'une diligence au musée de la poste de Riquewhir  

 

destination

 

Langon

Une voiture part tous les soirs: 19h30 en été; 16h30 en hiver

Marmande

Une voiture tous les soirs: 19h en été; 16h en hiver

Monségur -Duras

Une voiture tous les jours à 14h

Sauveterre

La voiture des dépêches part tous les jours à 18h

La voiture de Reynaud part le dimanche, lundi, mercredi et vendredi vers 14h

Aillas-Bazas

La voiture du courrier part tous les jours à 2h (du matin)

Bordeaux

La diligence venant de Toulouse passe entre 14h et 15h

Toulouse

La diligence venant de Bordeaux passe à 1h (du matin)

Divers

Chez Ardouin, maître de poste, chez Laffon et chez Latouche, on trouve des voitures qui partent pour toutes les destinations à la volonté des voyageurs

 

Sur le trajet Agen-Bordeaux , les voitures publiques subissaient la concurrence du bateau descendant la Garonne, plus confortable et plus rapide, ainsi que les voitures publiques de Descombes et d'Ollière qui assurent les transports à la demande.

Les temps de repos des courriers semblent parfaitement raisonnables pour la récupération des chevaux et le bien-être des cochers. Il permet de régler quelque affaire et de se restaurer avant de reprendre la route du retour.

 

La Réole

destination

arrivée

départ

Bazas (30 km)

16h30

2h (du matin)

Monségur (10 km)

16h30

18h

Sauveterre (20 km)

16h

18h

Paris-Bordeaux

17h30

12h

 

1895

Départ de La Réole

 amg047

                                    Diligence devant la nouvelle poste de la réole

 

destination

 

Langon

Une voiture part tous les soirs: 19h30 en été; 16h30 en hiver

Marmande

Une voiture tous les soirs: 19h en été; 16h en hiver

Monségur -Duras

Une voiture tous les jours à 9h, 16h , 19h45, 24h

Sauveterre

La voiture des d épêches part tous les jours à 9h, 16h, 24h

La voiture de Reynaud part le dimanche, lundi, mercredi et vendredi vers 14h

Aillas-Bazas

La voiture du courrier part tous les jours à 2h (du matin)

Meilhan

Départs: 9h et 24h

Cocumont

Départ: 9h

Pondaurat:

Départ: 9h

Bordeaux

La diligence venant de Toulouse passe entre 14h et 15h

Toulouse

La diligence venant de Bordeaux passe à 1h (du matin)

Divers

Chez Ardouin, maître de poste, chez Laffon et chez Latouche, on trouve des voitures qui partent pour toutes les destinations à la volonté des voyageurs

 

Trois nouveaux circuits complètent le maillage du réseau.

Les entrepreneurs de voitures publiques devaient déclarer au préfet ou au sous-préfet de l'arrondissement, l'organisation de ces circuits: le nombre de voitures et de places, le prix de ces dernières , les dates, les horaires et les trajets empruntés. L'autorisation n'était accordée et l'estampille délivrée que sur avis favorable à la suite d'un contrôle très strict de l'état des voitures garantissant la sécurité des voyageurs.

Au bout d'un certain nombre d'années (variable suivant les époques), elles étaient retirées de la circulation. Nous n'en avons donc plus que des représentations en tableau ou photographies.

 

Les voitures utilisées étaient diverses comme le montre ce tableau de Van Gogh; "La diligence de Tarascon" 

amg048

 

Les métiers liés à l'attelage hippomobile :

 

 

La fin du XIX° siècle est donc la période la plus florissante pour le développement du transport hippomobile, Si l'almanach de La Réole abritait , dans ses pages, deux timides « réclames » dans celui de 1897 on trouvait cinq publicités: carrossier, carrossier-charron, sellier et peintre spécialisé de voitures hippomobiles,

Les archives font état de 2 carrossiers , 6 carrossiers-charrons, un peintre spécialisé, 7 selliers, 3 voituriers et 5 charretiers ce qui montre l'importance économique de l'attelage hippomobile pour une si petite ville de Province.

Dans les petites villes alentour, à une demi ou une journée de cheval, on pouvait trouver, en cas de nécessité, l'artisan spécialisé pouvant réparer attelage ou harnais.

 

La Réole

1850

1867

1895

1927

carrossiers

 

 

Lacroix

Bourillon

 

carrossiers-charrons

 

 

Barbe

Bocage

Coulon

Couraule

Grabe

Thomas

Barbe

Boisvet

Ducos

Lampure

Orillard

charrons

 

 

 

 

forgerons

 

 

 

 

peintres

 

Papon

Liauzur

Desamericq

 

selliers

 

Ardouin

Bourillon

 

 

 

Lacroix

Ardouin

Bourillon

Dubourdieu

Goutreau

Gouix

Lacroix

Larrey

Dandreau

Dubourdieu

Goutreau

Renelier

voituriers

 

Dartières

Cheyron

Gorin

Ithier

4 taxis

charretiers

 

 

Berthoneau

Bignon

Bourgadieu

Fourcade

Lestieu

Le métier est remplacé par celui de « camionneur »

 

     

La première guerre mondiale marque la fin de cette époque, Les voituriers et charretiers ont disparu, remplacés par les taxis ou les camionneurs; les charrons ne cerclent plus que les roues des charrettes et les carrossiers ne découpent plus que la tôle.

 

 

 

 Yan Perrot

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Julie Wasselin 20/09/2010 10:48


Témoignage très intéressant, avec une pointe d'humour, en plus, ce qui n'est jamais négligeable. Bravo et bienvenue !