Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 09:00

Chimères, fleurs et passementeries…

 



Les projecteurs viennent de s'éteindre sur la superbe exposition

de  " nos " carrosses français à Arras. Exposition qui leur a redonné l'éclat d'antan, mais surtout offert une seconde vie.
Ce bouquet d'ornements choisis parmi leurs multiples beautés est un hommage à eux destiné.


Traîneau à la sirène. Vers 1740. Trop belle…

Arras-derniers-cliches 3767
  

 

Tête de loup menaçante. Traîneau au léopard. Vers 1740.

Arras-derniers-cliches 3769

 

 

Le léopard en question, prêt à bondir ! Pour personnages désireux d'en imposer…

Arras-derniers-cliches 3771
 

 

Chaise à porteur " Aux armes d'une duchesse ". Bouquet de fleurs blanches et rubans ornant le côté gauche. Vers 1765.

Arras-derniers-cliches 3759

 


Petite calèche fleurie du " futur " Louis XVII… vers 1785.

Arras-derniers-cliches 3785

 

 

Un des putti ornant la frise de ceinture de la berline de baptême du duc de Bordeaux.
Construite en 1821. Bronze doré.

Arras-derniers-cliches 3822

 

 

Autre élément de la frise de ceinture. Berline de baptême du duc de Bordeaux.

Arras-derniers-cliches 3821

 

 

Fleurs du panneau arrière gauche de la berline du baptême du duc de Bordeaux.

 Arras-derniers-cliches 3820

 

Poignée de marchepied. Berline de baptême du duc de Bordeaux.

Arras-derniers-cliches 3902

 


Roue de la berline de baptême du duc de Bordeaux

Arras-derniers-cliches 3814

 

 

Poignée de porte de la " Victoire ", berline du cortège de mariage de Napoléon et Marie-Louise d'Autriche. Vers 1804

Arras-derniers-cliches 3817

  

Extrémité gauche de l'essieu arrière de la " Cornaline ", berline du cortège de mariage de Napoléon et Marie-Louise. Vers 1810.
Arras-derniers-cliches 3807
 

 

Train avant de la Cornaline. Jante de rond fleurie

Arras-derniers-cliches 3810
 

 

Ornement de bricole. Harnais Charles X.


Arras-derniers-cliches 3827
 

 

Passementeries agrémentant la crinière des chevaux.


Arras-derniers-cliches 3851

 

 

Frontal fleuri. Harnais Napoléon III.
Arras-derniers-cliches 3852


Carrosse du sacre de Charles X. Tête de bélier fleuri ornant le crapaud du timon.
Photo prise à Versailles en 2004. Bronze doré.

DSCN0535

 

 

Décoration d'une attache de soupente du carrosse de Charles X.


Arras-derniers-cliches 3845
  

 

Fleur ornant l'un des ressorts en C du carrosse de Charles X.

Arras-derniers-cliches 3850

 

 

Rameau d'olivier. Extrémité de la balance de poste du carrosse de Charles X.

Arras-derniers-cliches 3836
 

 

Fleur et feuille d'acanthe ornant le marchepied des valets à l'arrière du carrosse de Charles X.

Arras-derniers-cliches 3869
 

 

Garniture intérieure d'une portière en velours de soie et fil d'or. 1825.
Accessoire du carrosse du sacre de Charles X.

Arras-derniers-cliches 3868
 

 

Guirlande du bas de caisse du carrosse de Charles X, à la gauche du marche pied.
Bronze doré.

Arras-derniers-cliches 3866
 

 

Pomme de pin décorant l'extrémité d'un ressort en C, train avant du carrosse du sacre de Charles X. Bronze doré.
Arras-derniers-cliches 3873


 

Tête de lion à l'extrémité d'un essieu. Bronze doré. Carrosse du sacre de Charles X.
Arras-derniers-cliches 3847

 

 

Fleurs et balustres de l'une des roues de ce carrosse du sacre de Charles X qui ne fut utilisé que… 3 fois, et qui, à l'heure actuelle, est le seul carrosse conservé en France.

Arras-derniers-cliches 3849

 

 

10 novembre 2013. Sur ce dernier tour de roue, les portes de l'Abbaye Saint Vaast, à Arras, se sont refermées.

Si vous souhaitez vous immerger dans l'histoire et les origines des voitures hippomobiles, le superbe livre " Roulez Carrosses " de l'exposition d'Arras, dont notre grand spécialiste Jean-Louis Libourel est l'un des auteurs, est incontournable.

 

 

Texte et Photos:

  Julie Wasselin

 

2013-11-15_105244.jpg

Roues de transport du carrosse de Charles X

 

Vous trouverez les photos d'ensemble de ces différents véhicules dans l'article que nous avions réalisé à l'ouverture de l'exposition.

"Roulez carrosses" à Arras; Une grande réussite.

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 08:24
PALAIS de VENARIA
Grand défilé de voitures anciennes
 
Pour couronner la magnifique exposition « Carrosses Royales Parades de gala de papes, princes et rois »,   ce dimanche 20 octobre, des atmosphères féériques et évocatrices ont animé les jardins du palais Royal de Venaria, aux portes de Turin.
 gruppo attacchi-69
 Le grand défilé des voitures hippomobiles anciennes, organisé en collaboration avec le Gruppo Italiano Attacchi, est certainement une des initiatives les plus importantes de l’année pour les attelages de tradition en Italie.
0
 

 

Plus de 30 voitures originales, pour la plupart du XIXe siècle, ont défilé. De véritables joyaux des constructeurs les plus prestigieux comme Cesare Sala deMilan, Locati et Torretta de Turin, Flandrau & C. de New York, Macchi de Varèse, Martini de Gênes et Ferrari & Orsaniga de Milan. Ces véhicules, appartenant tous aux membres du Gruppo Italiano Attacchi et venant de diverses provinces du Piémont, de la Lombardie et de la Vénétie ne pouvaient certes manquer à un événement de prestige comme celui-ci.

000)
 carrosses-defile 0187
carrosses-defile 2633
 Le public, qui déjà à la fin de la matinée faisait la queue devant les guichets, a pu suivre le défilé partout dans les jardins. Insoucieux de la pluie qui est arrivée vers la fin de la manifestation, il a rempli la terrasse du palais et le parc supérieur pour le spectaculaire déploiement, avec une brève présentation des carrosses et la remise des plaques d’attestation de participation.
DSCN4403-copie-1
Ont défilé des voitures pour le transport de personnes conduits par un cocher, tels que des landau, milord, calèche ; des véhicules hippomobiles destinés à un usage sportif, à la chasse ou à la promenade tels que des breaks, dog carts, phaétons, conduits par leurs propriétaires ; des carrosses utilitaires comme la pistoiese ou la dottorina, jadis utilisés en ville par les personnes qui exerçaient une profession ; des carrosses à deux et à quatre roues et un rarissime sulky.
1382071 716595205035809 515980242 n
 1383401 716595121702484 13243599 n
DSCN4327
1377975 716597108368952 664523142 n
 1375808 716595368369126 1274752611 n
 DSCN4427-copie-1
 
 Un des attelages a été très applaudi : une spectaculaire berline de grand gala attelée à la D'Aumont avec six chevaux, un personnel en livrée originale et cocardes de la famille, précédée d’une amazone particulièrement admirée entre autres pour sa monture fougueuse, dans une belle chorégraphie.
1383912 716597428368920 709851240 n
 
  
 
Texte et traduction:
Emanuela Brumana
Photos :
Gruppo Italiano Attachi
 
1377331 716597158368947 1842230001 n
 testata notiziario
 
 Quelques photos de l'exposition elle même:DSCN3996
DSCN4006
 vous pourrez trouver d'autres photos commentées en Français sur ce lien:

 
 
 

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 11:00

Le ministère de la culture vient d'ouvrir, le 26 Septembre, un site dédié au cheval et à ses patrimoines. Espérons que ce nouveau support, au delà d'être un site élégant et bien construit, soit un moteur pour la recherche sur le patrimoine équestre et, ainsi, participe de façon active à sa préservation !!! 

 

2013-09-29_124203.jpg

 

2013-09-29_120921.jpg

  www.cheval.culture.fr

link

 

 

2013-09-29 124318 

 

Espérons également que cette  intéressante réalisation, s'intègre dans une politique globale de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine équestre,... à commencer par la collection du musée de Compiègne. (où une Nème promesse d'engagement financier, à hauteur de 20 millions d'Euros, vient d'être faite par le même ministère; voir fin de l'article: Musée de la voiture de Compiègne....la mascarade continue.)

et bien sur celle du Musée des carrosses de Versailles. (qui mérite à Versailles un aussi bel écrin qu'elle a eu à Arras.)

 

Figoli

 

 

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 10:51

Nos amis du Gruppo Italiano Attachi nous informent de la tenue qu'un défilé de 40 attelages se déroulera dans les jardins de la "Reggia di Vénaria" à l'occasion de l'inauguration de l'exposition:

 

 "Carrosses royaux; Parade de gala des Papes, Princes et Rois"

qui se déroulera du 28 Septembre 2013 au 02 Février 2014


2013-09-16_233451.jpg

 

2013-09-16_235554.jpg

2013-09-16_235642.jpg

 

Présentation de l'exposition

 

2013-09-16_233009.jpg

2013-09-16_233234.jpg

Contact:link

 

2013-09-17_193840.jpg


Partager cet article

Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 10:44

Les intempéries de l'hiver et du printemps ont, encore une fois, fragilisé la verrière du musée des voitures de Compiègne. Les multiples engagements et projets, tels ceux du ministre de la culture lors de sa visite du musée en 2010, n'ont abouti à rien. Devant l'aggravation de la situation de la verrière, les responsables parlent de travaux à venir à la fin de l'année ou l'hiver prochain, ou...?

En fait, à Pâques ou... à la trinité.

Encore une tempête ou deux et l'ensemble s'écroulera sur les 80 voitures qui déjà, seulement protégées par la poussière, se détériorent progressivement au gré des variations de température et d'hygrométrie.

 

documents-hk500-musee-compiegne-4-img

 

Alors, nous entendrons le coeur de nos élites pleurer sur ce drame NATIONAL que représente la disparition de ce patrimoine industriel et artistique unique en son genre.

Gageons qu'ils investiront des sommes considérables en commissions et expertises diverses pour trouver les responsables de cet "imprévisible accident". 

Pour éviter ces dépenses de deuil, nous invitons les administratifs et politiques nationaux, régionaux et locaux à moins "penser" dans de dispendieuses réunions et à agir au plus vite.

 

Figoli

 

Vous trouverez les dernières nouvelles sur la situation du musée de la voiture de Compiègne dans un article de "promotion" pour le moins embarassé et inquiétant du courrier Picard daté du 19 Aout 2013 et titré:

"Le musée de la voiture ouvert...un peu."

(En cliquant sur ce lien)

link

 

 

 

Voir aussi l'histoire mouvementée du musée de la voiture dans l'article.


Musée National de la voiture et du tourisme de Compiègne

 

16364240 (1)

La verrière dans son état d'origine

 

Voici, en dernières nouvelles, cet article de Fr3 Picardie (link) du 27 Septembre 2013

2013-09-27 174108

2013-09-27 174133

Au moins, ce musée aura fait vivre grassement les bureaux d'études

Partager cet article

Repost0
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 22:45

Un second souffle pour le haras de Cluny !

 

cluny-expo-6731.jpeg

 

Une visite au haras, en ce mois d'août 2013, permet aux touristes venus admirer les chevaux et les artistes qui, tout l'été, animent la veille institution, de découvrir que les stalles de la grande écurie, en partie détruites ont trouvé une nouvelle vocation.
C'est donc une joie de trouver en lieu et place des gravats abandonnés, tout du long de mangeoires rénovées, une aire gravillonnée où sont parfaitement mises en valeur de belles voitures anciennes rescapées de ce musée de Vonnas dont nous avons tous tellement regretté la disparition.
Huit voitures ont déjà retrouvé la vie.
Quatre autres sont en attente.

Bravo à tous ceux qui ont œuvré pour cette réhabilitation et du haras et de ce musée.

 

musee-compiegne-6765.jpeg

      musee-compiegne-6740.jpeg

2013-08-20_121358.jpg

 

cluny-expo-6743.jpeg

2013-08-20_121502.jpg

 

2013-08-20 121537

2013-08-20 121603

 

cluny-expo-6747.jpeg

    2013-08-20 121703

 

Pour la petite histoire, on pourrait traduire "Meadow brook" par :petit ruisseau dans la prairie…  joli, non ?

 

      2013-08-20 121747

2013-08-20_121822.jpg

 

cluny-expo-6754.jpeg

cluny-expo-6756.jpeg

2013-08-20_122100.jpg

 

 

musee-compiegne-6751.jpeg

Drag Peters § sons à Londres

A quatre chevaux. Caisse bateau à deux portes à volet coulissant.L'avant à grand coffre ouvrant sous la coquille formant tablette, surmonté d'une banquette à l'anglaise à jupe en cuir. L'impériale à un coffre ouvrant sur le panneau arrière, contenant un casier à bouteilles. Intérieur garniture de drap bleu clair et de passementerie jaune. Extérieur garnitures et coussins en cuir. 

 

cluny-expo-6772.jpeg

2013-08-20_122349.jpg

 

 

      Pour ceux que certaines couleurs offensent… on se contentera de se féliciter que ces voitures soient encore avec nous !

                                                                                                                                                                §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§ 

 

En attente de valorisation

 

 

2013-08-20 122422

Un demi-tonneau à capote Henri Binder. Brancards montés cab.
Freins à vis. Ressorts droits montage Dennet. 1900
      
cluny-expo-6761.jpeg
   
Une charrette rustique originaire de la haute-Loire.
Brancards - sommiers. Caisse à panneaux en bois ressauté et à la colerette.
Roues à rais à deux cœurs. Frein à vis avec palonnier arrière.
Ressorts droits, montage Dennett. 1905.

P1100827.jpeg
Une charrette anglaise Thomazet - Billom. Caisse à petit bois.
Garde-boue et garde crotte en bois verni.
Brancards-sommiers. Frein à vis. Essieu patent.
Ressorts droits montage Bennett. 1910.
P1100830.jpeg
Et enfin, un demi-tonneau des haras au garde-crotte joliment cintré.
P1100839.jpeg
Dans les coulisses, la voiture qui promène les visiteurs dans les rues de Cluny,
généralement attelée à un magnifique Auxois.
Puis les "engins" modernes qui permettent, en autre, une collecte écologique des poubelles.
P1100840.jpeg
Les haras ont envie de vivre et pour cela se battent avec leur cœur et leur intelligence.
Encourageons ces initiatives en allant vers eux.
C'est un moment de bonheur assuré.

 
Texte:
Julie WASSELIN

Photos:
 Michel DEGRANGE
2013-08-20_123032.jpg

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 15:15

      Harnachements anciens et harnais rares conservés au Musée des Carrosses du Quirinal

 

 

   

di Marco Lattanzi, Segretariato Generale della Presidenza della Repubblica-Ufficio per la Conservazione del Patrimonio Artistico del Quirinale.
 
Foto Segretariato Generale della Presidenza della Repubblica e Soprintendenza Speciale per il Patrimonio Storico, Artistico ed Etnoantropologico e per il Polo Museale della città di Firenze

 

 

Le Musée des Carrosses conserve de rares et inestimables harnais qui rendent unique la collection présidentielle.
Parmi les plus anciens encore présents dans la collection, la série de harnais réalisée par le 'valigiaj' (maroquinier) Busi et Dani de Firenze entre  1818 et  1850 mérite une mention spéciale : elle a été réalisée pour la série de berlines de grand gala commissionnée par le grand-duc Ferdinand de Lorraine. La série, actuellement répartie entre le Musée du Quirinal et le Musée des Voitures de Palazzo Pitti à Firenze est unique, pas seulement pour la beauté et la qualité des objets. 


1-IMG_0002.jpg

 

 

      Déjà à l'occasion de la visite des Princes Umberto et Margherita à Florence en avril  1868 les anciens blasons lorrains furent  remplacés par celui de la Maison de Savoie et ensuite utilisé pour le service de représentation jusqu'en1879. 

 

02

03

 

 

Cette date  coïncide très probablement avec la fourniture des harnais réalisés par les maisons florentines Talamucci et Del Nobolo pour les berlines dorées de gala et de grand gala de Cesare Sala qui devinrent les voitures et les harnais officiels pour les services institutionnels en remplaçant ainsi les anciens attelages lorrains. 

 

IMG

 


Parmi les nombreux harnais Nord africains et du moyens orient conservés dans l'ancien "selleria di lusso" du Quirinal, entre les plus anciens, il y en a deux donné par le Bey de Tunis Ahmad I ibn Mustafa en 1851 à Vittorio Emanuele II. Il s'agit de harnachements de parade comprenant la selle  et tous ses accessoires, de bride avec des rênes, pectoral, couverture pour le harnais et couvre bride. Le premier est orné  de sarments végétaux décorés d’arabesques en soie dorée sur velours écarlate qui caractérise l'ensemble de l'objet, également équipé de deux pistolets à un canon avec chien en bois avec des applications et marqueteries en métal doré représentant des sarments fleuris, des couronnes végétales et croissant que surmonte une étoile. 


5

 particolare fondina


L'autre harnais présent  a un châssis en bois de chêne et est orné lui aussi, avec un racème de chêne avec des décorations en forme de glands en soie dorée sur velours bleu qui caractérise aussi les amples étuis dans lesquelles sont rangés les deux pistolets à un canon qui équipent l'objet; à noter aussi les étriers en arcs et courbes en métal doré avec repose pied percé aux motifs floraux stylisés. 

 

particolare staffe

 

 


Sur l'inventaire de la  Famille de Savoie de 1884 des objets "de propriété spéciale de S. M. le Roi" conservé dans le Cabinet Historique, il est spécifié au sujet du harnais n. 16 de couleur bleue "ce harnais ayant servi au Comte Grimaldi comme objet de peinture a le velours décoloré et est en général un peu défraichi.

 Le Comte Stanislao Grimaldi del Poggetto fut nommé par Vittorio Emanuele II dessinateur particulier de chevaux, charge que le Comte eut encore sous Umberto I. Dans l'ancien Palais royal de la famille de Savoie, Palazzo Pitti, il y a encore de nombreuses d'aquarelles au sujet hippique, réalisées par le Comte Grimaldi sur lesquelles on notera  un amour particulier pour l'orientalisme.

Dans le Cabinet Historique il y a le portrait du cheval "Favori" du roi Carlo Alberto qui faisait partie de la série florentine des aquarelles.


7

10

 

 

Parmi les nombreux cadeaux de sultans et rois nord-africains et du moyen orient à la Famille de Savoie, il faut noter le harnais complet donné par le sultan de Turquie, Abdul Medijid Khan, à Vittorio Emanuele II en 1856 et les deux harnachements en velours cramoisi et argent, accompagnés de cravaches donnés par le  sultan du Maroc au roi en 1872. 

 

2-IMG_0001-copie-1.jpg

 1-IMG.jpg

 


Les deux harnais de colonel prussien donnés à Umberto I à l'occasion de sa nomination au grade de colonel honoraire du 13° régiment hussard le 8 juin 1882 à la suite de la signature du traité de la Triple alliance, sont très significatifs du point de vue historique. Un des deux harnais fut utilisé par Umberto pendant la parade  militaire donnée en son honneur à Berlin le 22 mai 1889 au cours de la visite d’état faite pour rendre celle de Guglielmo II effectuée l'année précédente.

 

 

11

 

 Copia-di-04-12_-copertina.jpg

Nous remercions chaleureusement M.Marco Lattanzi, du secrétariat de la présidence de la République, de nous avoir autorisé à diffuser ces extraits de son article et bien sur nos amis du Notizario qui nous l'ont procuré et traduit.


 

 


Partager cet article

Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 18:03

      Musée de la voiture de Compiègne

On ne peut présenter l’exceptionnelle collection du musée de Compiègne sans parler du long parcours qui précéda sa création.

compiègne 105

                                                                                                                                                                                        (C.Figoli)

Bref historique :

 Il y a d’abord la prise de conscience, fin XIX°, d’une société et de ses industries du transport, des extrêmes mutations vécues en un seul siècle ; de la lourde diligence à la voiture électrique « La jamais contente » roulant à cent à l’heure.

compiegne-084.JPG

Maquette de diligence, grelots de poste, bottes fouet de postillon      (C.Figoli)

compiegne-066.JPG

Voiture électrique "La Jamais contente" construite par le Belge Camille Zenaty. Elle est la première automobile à avoir dépassé le 100Km/h en 1899.      (C.Figoli)


« Il s’est produit, depuis 1800, un développement et un perfectionnement considérable des malles postes et diligences ; la découverte des applications de la vapeur nous a fait assister à la création des chemins de fer, et nous avons vu naître les omnibus, les tramways. Le carrosse, autrefois possédé par de très rares privilégiés, s’est démocratisé par la voiture de louage et le fiacre. Et voici qu’il nous est donné d’assister à une nouvelle transformation presque aussi considérable, celle de l’utilisation de la carburation  du pétrole et de l’énergie électrique pour substituer la traction mécanique à la traction animale. Nous avons vu l’électricité se substituer à la vapeur pour les chemins de fer, donner un développement fabuleux aux tramways mécaniques successeurs des omnibus à chevaux, et permettre, conjointement avec le pétrole, la modification de nature de traction pour la voiture de luxe, le fiacre lui-même, le transport de marchandises, le matériel de guerre, etc. Nous n’oublions  certes pas, dans cette revue des progrès des transports au XIX° siècle, l’invention du cycle, de la bicyclette et du motocycle, qui ont précédé, accompagné et suivi l’automobilisme »-extrait du rapport sur l’exposition centennale-.

Le constat de l’accélération des avancées technologiques  se doublait d’une inquiétude de voir disparaître les véhicules hippomobiles des  XVII° et XVIII° et même du XIX° siècle, non entretenus, sinon détruits pour donner place aux nouveaux moyens de transport dans les remises.

Cette prise de conscience s’accompagna d’une  volonté de préserver cet extraordinaire patrimoine ce qui se concrétisa par la création de nombreuses collections privées. Ces passionnés rendirent ces collections accessibles à un large public en les mettant à disposition d'expositions rétrospectives nationales et internationales.

Les exposition universelles :

A la fin du XIX° et au début du XX°, les expositions universelles européennes soulignèrent l'importance de l'histoire des techniques dans le développement industriel en introduisant des rétrospectives dans leurs expositions. L’organisation, en 1900, d’une exposition centennale dans le cadre de l’Exposition universelle en est sa plus spectaculaire expression.

normal panorama ns 014 177 09

Exposition centennale de Paris en 1900. Au premier plan, à gauche, la machine N° 131 qui date de 1844 et parcourut 1310000 Km sur la ligne Paris-Rouen ; au milieu, une chaise à porteur Louis XIV, et une berline de demi-gala du train de Napoléon ; à droite, derrière une diligence à vapeur Bollée, les transformations de la bicyclette depuis la draisienne de 1795. Le tricycle à vapeur de Dion-Bouton de 1885 semble déjà dater d’un siècle.

Les photos suivantes donnent une idée de la qualité des pièces collectionnées et présentées au public. Elles sont extraites du N° 26 de la revue « Le Panorama »(collection figoli), éditée lors de l’Exposition universelle de 1900, qui fut diffusée sur l’ensemble du territoire. Vous noterez le soin apporté à la présentation; harnais, livrées..., qualité de présentation que nous souhaiterions retrouver dans les collections permanentes de nos musées en 2012. 

img258

img257

img251

img250

img252

img255

Diligence Paris Strasbourg 1830  (C.Figoli)

Dans le premier quart du XX° siècle, d’autres manifestations furent organisées au niveau des régions mais aussi au niveau international comme à Milan (voir article; Le patrimoine de l'attelage français à... Milan en 1906 ). Les pièces présentées lors de ces expositions étaient prêtées par des  collectionneurs privés dont de nombreux carrossiers comme, entre autres, Mühlbacher. Certains objets exposés ont, par la suite, été donnés à différents musées dont celui de Compiègne, comme ce modèle réduit de cabriolet de 1830 présenté à l'exposition centennale. Il fut réalisé, pour cette occasion en 1900, par M Duvillard sur les plans de Louis Dupont.

img259.jpg


compiegne-150.JPG

                                                                                                                                                                                                 (C.Figoli)

 Essais de création d’un « conservatoire » du patrimoine hippomobile.

Conjointement à ces manifestations, les professionnels, carrossiers et selliers  insistaient sur la nécessité de créer un musée qui serait un lieu de référence permettant de sauvegarder et d’étudier voitures et harnais, de préserver ainsi les techniques et savoir-faire du passé.

            -1878 : Léné, un des plus grands selliers parisiens, déplore l’absence d’un tel musée.

            -1896 : La chambre syndicale des carrossiers met en place une commission pour étudier la création d’un musée hippomobile. Elle est composée de grands noms de la carrosserie hippomobile ; Georges Kellner, Bail Ainé, Labourdette. Plusieurs lieux sont envisagés ; les écuries de Chantilly, le château de Fontainebleau, le sous-sol du petit palais. Le projet n’aboutit pas par manque de local et surtout de moyens financiers.

            -1900 : deux des rédacteurs du catalogue de l’exposition centennale (que vous pourrez consulter en ligne dans la bibliographie), Maurice Bixio et Georges Kellner, insistent sur l’urgence de créer un tel musée avant que des pièces maîtresses disparaissent. Ils sont appuyés par des collectionneurs exposants qui proposent de donner certains de leurs objets.

            -1904 : Vallet, organisateur de l’exposition de 1900, tente, sans succès, de regrouper dans les grandes écuries de Versailles les voitures hippomobiles conservées à Trianon (voir description de cette collection dans l'article: La collection du musée des voitures de Versailles en 1851.  …) et au musée de Cluny à Paris.

Vers la création d’un musée sur l’histoire de la locomotion.

Depuis 1907,  Léon Auscher, carrossier parisien et vice président du Touring club de France, s’appliquait à sauver les véhicules datant des débuts de l’automobile qui étaient déjà en voie de disparition. Lors de l’Exposition internationale de Grenoble sur « La houille blanche et le tourisme », il proposa la création d’un musée sur la locomotion des origines de l’attelage jusqu’aux débuts de l’aventure de l’automobile.

Création du musée de Compiègne :

Les Beaux arts mirent, « à titre provisoire »,  quelques pièces des anciennes cuisines du château de Compiègne à la disposition du nouveau musée 

hunolsteinalsacecompieg.jpg

                                                                 (C.Bricole Forum Napoléon)                                                        

C’est un comité exécutif qui va être chargé de la mise en place de ce que l’on va nommer « Le musée de la voiture et du tourisme » qui ouvrira ses portes en 1927. Autour de Léon Auscher on trouve dans ce comité différentes personnalités comme le cinéaste et illustrateur Maurice Leloir, le commandant Lefebvre de Noettes technicien de l’attelage, … et de nombreux professionnels ; Henri Dallemagne, Jacques et Georges Kellner, Belvalette, Wuitton, Hermes,… Ils ont jeté les fondations d’un musée des techniques du transport alliant la sauvegarde des témoignages du passé à une volonté pédagogique d’informer, d’éduquer et de créer un lieu de référence. La collection initiale, constituée de dons, acquisitions et dépôts, comprend, en plus des véhicules, harnachements et accessoires, de nombreux documents et iconographies.

 Les locaux n’étant pas suffisants pour recevoir et présenter les divers objets, il est rapidement envisagé de couvrir d’une verrière une cour intérieure du château.

16364240 (1)

Sa réalisation en 1934 permettra de doubler la surface d’accueil et d’accueillir de nouveaux objets,

sap01 tcf07463 p

      dont, en 1936, un ensemble exceptionnel constitué de chaises à porteur, traineaux et voitures hippomobiles du XVIII° siècle provenant du musée de Cluny.

apparatitaliexviiimecp1-copie-1.jpg                  (C. La Bricole -forum Napoléon-)

Cet ensemble, enrichi au cours des années, constitue une collection unique regroupant, en un seul lieu, les témoins de l’ensemble des modalités de transport terrestre : portage à main d’homme, traction animale, cycles, traction mécanique,vapeur, électricité, pétrole,…

 

Présentation de la collection :

Cette collection représente un ensemble qui a peu d’équivalents en Europe et dans le monde. Elle est constituée d’environ 4500 pièces ; véhicules, harnais, costumes, cycles, accessoires, modèles réduits, gravures,…

Les véhicules présentés sont tous d’un très grand intérêt et mériteraient chacun une monographie. Nous vous proposerons plus modestement un survol en images au travers des différentes sections.

Traineaux et véhicules portés :

Ils constituent à eux seuls un ensemble de 52 pièces.

Véhicules portés :

 Différents types de litières, palanquins, chaises à porteur, brouettes,... sont présentés

 

compiegne-081.JPG

      Palanquin japonais (C.Figoli)

 

compiegne-089.JPG

Chaise à porteur d'origine espagnole   (C.Figoli)


brouette-ou-vinaigrette.jpg

Vinaigrette (C.Figoli)

Traîneaux :

Prestigieuse collection de traineaux datant pour une bonne partie du XIX°.

 compiegne-076.JPG

(C.Figoli)

compiegne-072.JPG

(C.Figoli)

compiegne-080.JPG

 (C.Figoli)

Voitures hippomobiles.

Suite à la dégradation de la verrière, les visiteurs n'ont accés qu'à une infime partie de cette importante collection de 75 véhicules. Bien que limitées en nombre, les pièces accessibles au public méritent le déplacement ; comme ce hamson cab, des regroupements voitures par thèmes, voitures d'enfants, voitures "régionales",...

compiegne-104.JPG

      Hamson Cab   (C.Figoli)


compiegne-099.JPG

      Vis à vis d'enfant fin XVII° (C. Figoli)


compiegne-091.JPG

Sédiole et cabriolet du XVIII° d'origine italienne. (C.Figoli)


Malheureusement, les nombreux véhicules  stockés sous la verrière ne sont plus accessibles aux visiteurs qui ne peuvent que les entrevoir de la porte.

hp1

 

Ce local devenu réserve, conserve en son sein des pièces d'une rare qualité dont:

-Un grand nombre de voitures de maître du XIX°; berlines de voyage ou de gala, calèches de ville ou de cérémonie, calèches, coupés de gala ou de voyage,...

compiègne 005

Coupé de poste attribué à la comtesse Tyszkiewiez comtesse Potocka qui l'aurait utilisé, en 1810, entre Varsovie Vienne et Paris. Cette voiture aurait été mise à la disposition de Napoléon 1° à son retour de l'île d'Elbe, en 1815 (entre Grenoble et Auxerre).   (C.Figoli) 

Ces voitures sont signées des plus grands noms de la carrosserie française: Mühlbacher, Binder, Ehrler, Kellner, Rotschild, Bail, Million Guiet,...Elles sont le témoin de l'excellence de la carrosserie française au XIX° siècle.

-Un groupe exceptionnel d'une dizaine de voitures du XVIII°, berlines, coupés de voyage ou d'apparat,...dont  deux berlines italiennes ornées de peintures du maître Mauro Gandolfi.

 hp4

Berline Anglaise fin XVIII°

-une berline et 3 coupés représentatifs  de la carrosserie la plus innovante du premier empire; le style "Boule".

compiègne 031

Berline bleue turquoise avec frise de couronnes de fleurs sur fond ivoire..Elle aurait figuré, en 1804, dans le cortège de Napoléon à Milan et aux fêtes commémoratives de Marengo, en 1805. (C.Durand- N° spécial attelage magazine) 

 -d'autres voitures exceptionnelles comme cette lourde berline de voyage espagnole,

 

compiegne-036.JPG

Datée des années 1750, ce trés rare et imposant modèle a fait partie des équipages du prince d'Asturie (futur roi d'Espagne) lorsqu'il fut assigné à résidence à Valançay par Napoléon 1°.   (C.Figoli)

ou cette voiture commerciale.

compiègne 049

Voiture du dentiste Sorino inventeur de l'eau "galvanique". Elle a été construite par Bellion de Libourne et a servi d'ambulance à Belfort, en 1870. (C.Durand -Attelage Magazine-)

La seule possibilité d'admirer ces voitures reste virtuelle en allant sur le site de la Réunion des musées nationaux. (En cliquant un nom de voiture; carrosse, landau,....sur le moteur de recherche; accès direct par ce lien: link).

 

Cycles

 La collection de cycles est vraiment surprenante car, en quelques salles, elle permet de retracer toute l'histoire du vélo: draisiennes, velocifères, grand Bi,  tricycles,...

 compiegne-062.JPG

  (C.Figoli)

compiegne-061.JPG

(C.Figoli)

compiegne-064.JPG

(C.Figoli)

Traction mécanique

 Elle est composée d'un ensemble de 32 voitures représentant toutes les modalités de propulsion. Nous vous avons présenté précédemment une des voitures électriques "La jamais contente". Vous trouverez également:

des voitures à vapeur

compiegne-135-copie-1.JPG

     Dog cart à vapeur de Dion-Bouton et Trépardioux à direction par barre franche. Sa chaudière fonctionnait au coke ; années 1890 (C.Figoli)

 

des automobiles.

compiegne-137.JPG

      Double phaéton automobile Godron-Brillé   (C. Figoli)

 

Malheureusement, cette collection sur la locomotion, unique au monde, n’est,  comme nous l'avons précisé, que très partiellement ouverte au public. L’accueil « provisoire » dans ces lieux depuis 1927 est plus que jamais inadapté à la mise en valeur des collections présentées. Nous reviendrons en fin d’article sur l’avenir du musée et la nécessité de remettre en valeur la fonction pédagogique mise en avant par ses initiateurs. Mais la vie d’un musée est plus complexe et riche qu'il n’y paraît. La situation actuelle ne doit pas nous faire négliger toute la richesse et l'importance de son activité.

Fonctionnement du musée :

Politique de conservation :

Entreposés depuis des dizaines d’années dans des locaux peu adaptés, soumis à des variations de l’hygrométrie et de la température, les différents objets furent victimes de plusieurs atteintes ; infestation des structures bois par les insectes, fragilisation des polychromies, dégradation et infestation des textiles, fragilisation des cuirs, oxydation des parties métalliques…En plus de ce constat, l’examen général des collections, en 1992-1993, par les services de restauration des musées de France faisait apparaître des facteurs aggravants comme l’entassement des collections dans des espaces confinés, l’insuffisance d’entretien et de contrôle.

Depuis cette mise à plat, le musée construit progressivement, en fonction des moyens financiers, une véritable politique de conservation. Elle implique la mise en place d’une base de données permettant le suivi de l’état des objets conservés, une réorganisation des modalités de stockage privilégiant des mesures adaptées à chaque type d’objet ; harnais, maquettes, costumes,… Cette réorganisation s’accompagne d’une modification de la politique de restauration. 

Conservation restauration :

Le protocole d’intervention a totalement été modifié.

Au niveau de la méthode : Le traitement ponctuel a été abandonné au profit d’une démarche globale permettant une programmation et un suivi des interventions.

Au niveau de l’approche de la restauration:

Les restaurations radicales, impliquant par exemple la réfection complète des peintures et sellerie par une équipe de techniciens du musée formés sur "le tas", n'ont plus cours et sont remplacées par une approche différente de conservation restauration. Il s’agit avant tout de préserver l’intégrité de l’objet et de n’effectuer essentiellement que des travaux de consolidation. Les véhicules, harnais,… sont composés de diverses matières ; bois, cuir, tissu peinture,… Chaque partie est donc traitée par un intervenant spécialisé provenant de l'extérieur.

Voici un exemple de ces travaux de conservation avec cette chaise de poste de la fin du XVIII° siècle, signée du charron « Treche » sur le moyeu et du carrossier « Hitier » sur le montant ?.

 Ces travaux ont été effectués en 1997.

Les bois ont été désinsectisés, fentes et atteintes ont été traitées par consolidation et collage.

Les aciers (ressorts, crics, crochets,…)ont été traités avec un inhibiteur de corrosion puis recouverts par une cire de protection.

Les cuirs ont été nettoyés et les différentes déchirures ont été réparées ; collage, remise en forme,…

Les tissus ont simplement été dépoussiérés sans reprise des déchirures.

Les peintures : après dépoussiérage, les peintures ont été fixées, nettoyées, puis protégées par une cire de protection.

 

img268-001-copie-2.jpg

 img269-001.jpg

Photos avant et aprés la restauration (C.CORE n°11)

Les plans de restauration peuvent aller plus loin comme pour ce jouet mécanique, fidèle reproduction d'un fiacre de la compagnie parisienne, "l'urbaine",

      img275-001

                                                                                                   (C. La Berline)

où le refixage des polychromies a été précédé d'une réintégration chromatique modérée.

img276-001

 Écusson de l'urbaine aux armes de la ville de Paris surmontées d'un buste de cheval et encadrées d'un ceinturon portant l'inscription "Compagnie Parisienne de voiture l'urbaine", avant et aprés restauration. (C. La Berline)

 

Politique d’acquisition

Malgré l’insuffisance des surfaces d’exposition et de réserve, qui limite une politique d’acquisition, le musée accroît sa collection. Aux achats de livres iconographies et modèles réduits se rajoutent des pièces plus importantes ; ex en 2006: l'achat d'une chaise de poste à cul de singe datant des années 1760.

img274-001

(C.La Berline)

Recherche formation et exposition

 Régulièrement, le musée de la voiture, épaulé par l'association de "La société des amis du musée de la voiture et du tourisme", organise des colloques, ouvre ses portes à des chercheurs ou a des intervenants en formation.

compiegne-069.JPG

Traîneau hollandais restauré lors d'un stage pratique (C.Figoli)

Depuis son ouverture, le musée organise des expositions temporaires couvrant différents thèmes ; "La voiture d'autrefois" en 1930,  "De Bonaparte à Napoléon" en 2005, "De la Draisienne à la petite reine" en 2007, ...

Il participe à des actions éducatives comme l'accueil de scolaires, l'opération "un moteur pour démarer",...

Il prête des pièces à des exposition extérieures. 

img272-001.jpg

La "Mancelle" d'A. Bollée présentée à l'espace Paul Courboulay du Mans lors de l'exposition "Les Bollée, une dynastie d'industriels manceaux"      (C. La Berline)

 

Conclusion : L’avenir du musée

Malgré ces différentes actions, l’avenir de la collection et son accessibilité au public restent problématiques. Les facteurs d’environnement ; hygrométrique, thermique… , dans les locaux actuels, ne permettent pas une conservation appopriée aux objets conservés, tout particulièrement aux voitures hippomobiles. La fonction pédagogique et éducative du musée est limitée par le peu d’accessibilité des collections et une muséographie datée.

documents-hk500-musee-compiegne-4-img

Vue de l'entassement des voitures sous la verrière.(C.Forum auto)

"Un garage dans lequel sont empilées des voitures qui ne sont pas mises en valeur", déplorait le prefet ...,"il faudrait créer un vrai musée" -Extrait du courrier Picard du 08 Juillet 2010. 

Cette collection est pourtant un témoin unique de l’histoire industrielle et artistique des transports en Europe. L’industrie des moyens de transport est un fleuron de notre économie et cette collection est la représentation de ses racines ; sa mémoire. Se donner les moyens de la protéger et de la remettre en valeur serait un symbole fort pour un pays qui, tous bords confondus, aspire à sa ré-industrialisation. Par sa qualité artistique, historique et technologique, et pour le respect des efforts de tout ceux qui ont œuvré et œuvrent aujourd’hui à sa sauvegarde, ce tresor national mérite un lieu véritablement adapté tant au niveau de sa préservation que de sa présentation. Confrontés à une situation similaire, nos voisins portugais sont en train, certes  non sans difficultés, de construire une structure moderne pour recevoir la collection du musée des carrosses de Lisbonne. La collection de Compiègne mériterait le même type d'investissement.

 Différentes contraintes, entre autres financières, ont maintenu depuis sa création la solution de l’installation « provisoire » dans les anciennes cuisines du château de Compiègne. Un projet  semble actuellement avoir l’approbation des différentes autorités de tutelle au niveau local, régional et national. Il ne s’agit pas de la construction d’un nouveau lieu mais d’une solution partielle. Il préconise l’utilisation d’une section  des anciennes écuries du château (actuellement occupées par le haras) pour accueillir une partie de la collection. (voir fiche d'étude sur le site de la DA § DU. link)

Malgré les engagements pris en 2010 par Frédéric Mittérand, alors ministre de la culture, ce projet  n'a toujours pas trouvé son financement. Espérons que, sous l'impulsion de la nouvelle équipe ministérielle, une solution soit rapidement trouvée.

Alors pour inciter les différents acteurs à se bouger, voici un film de 1932 assez extraordinaire qui montre l'investissement des créateurs de ce musée. Vous pourrez y voir ces voitures attelées provenant en partie de cette collection, en cliquant sur ce lien:

link

2013-12-17_111624.jpg

Texte: Figoli

 

 

Bibliographie:

Isabelle Duvergne,"Traitement et conservation d'une chaise de poste de la fin du XVIII°",CORE n°11, 2001. 

Jean Denis Devauges,"La politique de conservation du musée de Compiègne",CORE n° 11,2001.

Jean Louis Libourel,"Les collections hippomobiles des musées français et Européens",annales du colloque"le cheval et la ville Compiègne et le cheval"-société historique Compiègne.

Monika Neuner,"Restauration du fiacre 117",La Berline,

Rapport exposition centennale des transports 1900 (accés direct Gallica sur ce lien:link)

Collectif sous la direction de F.Durand, les plus belles voitures de France,Attelage magazine.

...

Crédits photos:

 Figoli et courtoisie; la Berline, attelage magazine,Core n°11,forum Napoléon 1°.org(link),...

 compiègne 102

                                                                                                                                          

Partager cet article

Repost0
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 09:40

 

Alles-Cabrio Infotext-9Cabriolet à la Daumont des princes Thurn und Taxis   

(Frères Kolber Budapest 1889)

 

 

 Allez Cabriolet

Véhicules d'été de la noblesse

 

Sortir à cheval ou mener une voiture découverte sur le Prater était à Vienne le loisir d'excellence de la noblesse.

 

Alles-Cabrio Infotext-1

 

 

Les élégants équipages permettaient aux femmes de montrer leur dernière toilette. La splendeur des chevaux, des voitures, des tenues, permettaient aux hommes d'affirmer leur qualité. C'est ce monde que nous fait découvrir l'exposition

"Go Cabrio- Summerausstellung".

Elle se déroule, du 5 mai au 30 septembre 2012, au Musée des carrosses de Schönbrunn. Vous trouverez plus d'informations en anglais et en allemand sur le site du musée (voir lien: link ) et en allemand, dans un article de Monica Kurzel-Runtscheiner, sur le site de "Tradition Fahrkunst" (voir lien: link)

Cette exposition présente des voitures et pièces exceptionnelles dont certaines ont été spécialement restaurées pour l'occasion.

En voici quelques éléments;

 

Voitures:

 

Alles-Cabrio Infotext-4Calèche de la Princesse Eléonore de Schwarzenberg (Carl Marius 1860)

 

 

Alles-Cabrio Infotext-6

Victoria à la Daumont de la Princesse Hèlène Thurn und Taxis

(Joseph Neuss Berlin vers 1858) 

 

Différents accessoires:

Alles-Cabrio Infotext-3 Panier de pique nique, avec ses accessoires datant de 1900

 

Des livrées:

Alles-Cabrio Infotext-10

Livrées de laquais et de cocher de la famille des Princes Thurn und Taxis

 

et différents autres objets ...

  © Fotos: Kunsthistorisches Museum, Wien Museum, Museen des Mobiliendepots
(alle Wien), Sammlungen des Fürsten Thurn und Taxis (Regensburg)

 

 

Partager cet article

Repost0
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 12:12

 

 

Note de Figoli: Voici un article qui nous est communiqué par nos amis italiens du journal "Notizario"

 

 

 

DSC01520


Le Musée Historique du Trot de Civitanova Marche 

 (NOTIZIARIO 2-2012)

 

Traduction Monique Badiou

DSC01514


Compte tenu de la crise que traverse le secteur des courses de trot et les hippodromes, il est possible de se faire une idée des fortunes qui se sont faites sur le champ de courses, en visitant le Musée Historique du Trot de Civitanova Marche ; Fondé par le Capitaine Ermanno Mori et situé à côté de L’élevage de chevaux trotteurs de San Marone, le musée est bien sûr limitrophe à l’Hippodrome de Civitanova Marche. Les membres du Gruppo Italiano Attacchi lors de la visite, ont pu admirer des voitures très spéciales ; la plus exceptionnelle est sûrement la Padovanella, de la fin du XVIII siècle, parfaitement conservée et utilisée dans les premières compétitions de trot à Padova.

 

foto6

En fait, une des premières courses de padovanelle fut effectuée en Italie en 1808 à Padova, dans le Prato della Valle et ce fut la première course de trot dont le musée conserve copie de l’Affiche avec laquelle la course fut annoncée.

 

P1080404-001 

 

Les courses de « sedioli » ou padovanelle devinrent à la mode dans toute l’Italie au XIX° siècle et des exemplaires de « sedioli » de cette époque sont conservés dans les salles du musée.


DSC01545-copie-1.JPG

DSC01541

 

Le Musée Historique du Trot est actif depuis plusieurs années,  il recueille  et conserve du matériel en tout genre ayant un rapport avec l’histoire des courses de trot. Il y a de nombreuses salles à visiter dans lesquelles il est possible d’admirer les affiches d’époque, des véhicules, plusieurs collections de maillots, bérets, fouets, mors, coupes. de personnages connus dans le monde hippique ; tout ce matériel a été divisé par zone géographique, ainsi il est possible de revivre le développement dans le temps des courses de trot à travers tout le territoire italien… un vrai itinéraire dans l’histoire de nos coutumes.


DSC01530

DSC01528

 

Le musée conserve une riche bibliothèque hippique qui en plus des publications officielles (annuaires, bulletins de courses etc.) recueille des volumes de toutes les nations de 1500 à aujourd’hui, sur le monde du cheval, passant des soins vétérinaires, à la maréchalerie, du trot au galop, du roman à l’histoire de l’art ; une photothèque  qui contient plus de 30.000 photos originales des plus grand champions du trot et du galop ; une hémérothèque avec un recueil de revues sportives et hippiques spécialisées des années 1800 et 1900, en Italie mais pas seulement. Il y a aussi un grand espace destiné aux œuvres de peintures et de dessins dédiés au cheval : de splendides gravures raffinées des Etats Unis et d’Angleterre s’alternent avec d’autres plus populaires et curieuses.


DSC01533

 

La documentation relative au « cheval d’attelage » mérite une citation particulière : les protagonistes sont d’anciennes diligences et le service postal passé ; il est possible de reconstruire ce monde à travers l’examen des règlements, des avis, des livrets de voyage des postillons, des passeports, des billets, des réservations, des cartes routières, des horaires, des livres de voyage.

 

 

DSC01544.JPG

 

 

Pour les passionnés de carrosses spéciales, enfin, à l’extérieur une voiture de la Croix Rouge, qui sûrement était en service durant les courses de trot.

 

1

  

 

testata notiziario

Partager cet article

Repost0