Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 08:16

 

 

 Bienvenue à Maymont

 

 

La Victoria par Brewster, attelée en paire avec les Clydesdale – Hackneys, Armistead Wellford, le manager de la collection aux guides

La Victoria par Brewster, attelée en paire avec les Clydesdale – Hackneys, Armistead Wellford, le manager de la collection aux guides

 

La période d’après-guerre civile aux Etats-Unis, appelé Gilded Age, Age d’Or, est marqué par une croissance économique explosive, soutenue par le financement privé des chemins de fer, l’immigration d’Europe, de Chine, la création de milliers d’entreprises, le tout accompagné par une expansion agricole sans précédent. Entre 1870 et 1905 le nombre d’exploitations agricoles aux Etats-Unis monte de 2 à 6 millions.

Major James Dooley, le titre Major est auto-attribué bien qu’il ait combattu dans l’armée confédérale. Le Major et sa femme Sallie May sont de fervents cavaliers. En se baladant, à quelques kilomètres du centre-ville de Richmond, capitale de la Virginie, le couple tombe amoureux d’un site en bordure de la rivière James, une ferme laitière. En 1893 ils y construisent une ‘mansion’, grande maison de maître, démonstration de leur fortune et de leurs goûts en matière d’architecture et de décoration. Situé sur une colline, la propriété est nommée du nom de Madame May-mont. 

 

Tout en couleur! Maymont et ses murs à la patine jaune. Son intérieur "Kitsch à Gogo" comme le sucré rose bobon de ce salon.
Tout en couleur! Maymont et ses murs à la patine jaune. Son intérieur "Kitsch à Gogo" comme le sucré rose bobon de ce salon.Tout en couleur! Maymont et ses murs à la patine jaune. Son intérieur "Kitsch à Gogo" comme le sucré rose bobon de ce salon.

Tout en couleur! Maymont et ses murs à la patine jaune. Son intérieur "Kitsch à Gogo" comme le sucré rose bobon de ce salon.

 

Dooley est avocat, membre de l’Assemblée Générale de l’état de Virginie, le plus ancien organe législatif connu dans le nouveau monde. Il investit et siège aux conseils d‘administration des chemins de fer, de sociétés immobilières. Il est très actif dans la société civile, l’orphelinat, l’école de médecine et l’hôpital. A sa mort, le couple est sans enfants, il lègue son domaine de 40 hectares avec le manoir, la remise, le jardin japonais, le jardin italien, la ‘grange en pierre’ servant d’étables, d’écuries, de grenier à foin et de garage, aux habitants de Richmond. La Fondation Maymont gère le domaine, c’est la principale attraction de Richmond avec 530.000 visiteurs par an.

Le fondateur de l’université de Stanford, Leland Stanford, déclarait ‘il faut traiter un cheval comme un gentleman’, son contemporain le Major Dooley l’a bien écouté. En 1904 le cabinet d’architecture Noland & Baskervill reçoit la commande d’une remise avec écuries, bien qu’il s’agisse de la première bâtisse de ce genre qu’ils aient eu à créer, ils respecteront tout le cahier des charges pour la santé des chevaux, l’aération et la luminosité. La remise est dotée d’une cour bien adaptée pour la mise en voiture et l’entretien.  

 

Les remises et écurie de Maymont, en granite de Virginie, deux ailes pour les voitures, l’écurie au fond de la petite cour et la tour d’eau du domaine

Les remises et écurie de Maymont, en granite de Virginie, deux ailes pour les voitures, l’écurie au fond de la petite cour et la tour d’eau du domaine

 

L’inspiration du bâtiment est ‘Normande’. La pierre, un granit de la Virginie avec une patine jaune, que l’on retrouve sur les façades de la remise, a été extraite de la carrière en bas de la colline. Cette extraction a permis la création d’une cascade et un étang. Aujourd’hui les deux ailes de la petite cour servent, telles que conçues par les architectes, d’exposition des voitures d’attelage, les anciennes écuries sont devenues des bureaux. Le premier étage, jadis destiné au personnel de l’écurie et au stockage de graines et de foin est à restaurer. La cour devant le bâtiment était partiellement couvert pour pouvoir atteler et dételer au sec par temps de pluie. Chaque aile, remise pour voitures contient huit voitures, le complément des différents types de voiture nécessaires au bon fonctionnement d’une grande maison pouvait être logé.

Au rez-de-chaussée, les écuries, équipées de stalles, pouvaient accueillir 6 chevaux plus un box de poulinière. Une très belle sellerie équipée de porte harnais en bois de pin sculpté servait également de bureau au chef cocher. L’ensemble de la ferronnerie, les piliers, les séparations des stalles, les râteliers, les mangeoires, les lampes avaient été faites sur mesure et selon le dessin du Major Dooley,par la firme newyorkaise de J.L.Mott, qui avait équipé les écuries du domaine The Breakers de Cornelius Vanderbilt à Newport, Rhode Island. Ce site historique est jusqu’à aujourd’hui le point de rencontre d’un évènement de  coaching trisannuel.

 

 Bienvenue à Maymont.

 

Cette remise et écurie est des plus modernes connues à l’époque, le Major Dooley ne souhaitant que de la technologie efficace et moderne, tout pour le bien-être de ses gentlemen-chevaux. Regardez ce Higbie Oats Cleaner, une machine à nettoyer et grader l’avoine. Les graines stockés à l’étage descendaient par un déversoir dans la machine et parcourent une série de onze filtres bougeant afin d’éliminer poussière, cailloux et impuretés.

 

Le Higbie Oats Cleaner, une machine à nettoyer et grader l’avoine, construite par J.W. Fiske Iron Works de New York

Le Higbie Oats Cleaner, une machine à nettoyer et grader l’avoine, construite par J.W. Fiske Iron Works de New York

 

Aujourd’hui le chef des écuries Armistead Wellford dispose de deux hongres Clydesdale-Hackney,Daniel et Chauncy, attelés à une wagonnette. Les visiteurs sont invités à faire un tour dans le parc. Si vous organisez votre marriage à Maymont, vous serez véhiculé en calèche et vous vous servirez, comme il y a un siècle de la grande porte cochère du manoir.

 

Daniel et Chauncy, devant la Victoria par Brewster en ballade dans le parc

Daniel et Chauncy, devant la Victoria par Brewster en ballade dans le parc

 

La Ville de Richmond était parmi les premières aux Etats Unis à s’équiper de tramways électriques, le Major Dooley envoyait une voiture chercher les invités à l’entrée du parc. Son arrière-grand-mère aimait arriver par tramway et continuer en calèche. Les Dooleys étaient la première famille sur le plan social de Richmond, une des rares grandes familles du sud des Etats-Unissortis financièrement indemnes de la Guerre de Sécession. Maymont a parfois des petits cotés nouveau-riche tout en étant charmant, des parcs et jardins romantiques et un retour pendant quelques heures à une époque de fin de XIXe siècle à jamais révolue.

Les voitures me direz-vous. Très étrangement aucune voiture de la famille Dooley n’a été trouvée. Personne n’a su élucider cette énigme : où sont les voitures originelles ? Le reste des équipements, harnais est toujours présent. Une grande partie des voitures exposées proviennent de la collection d’une autre grande maison de Richmond. Madame Elisabeth Scott Bocock, fille d’un contemporain des Dooleys, Frederic R. Scott a fait don du complément des anciennes remises de sa famille. D’ anciennes photos permettent devoir les Dooleys dans un Park Phaëton, attelé avec une paire de Hackneys, un Donkey Cart, voiture à âne pour faire des tours dans le jardin, une Victoria. La grand-mère menait une voiture complètement ornée de fleurs pendant des parades en ville.

Vous voyez aujourd’hui un ensemble de voitures nécessaires au fonctionnement d’une grande maison américaine en fin de XIXe siècle. Tout est de manufacture et de style américain.En voitures de service vous voyez un Landau par W.Larsons Ikker, au Danemark ; une Victoria, réputée selon Merry Ferell, grande historienne américaine et experte en voitures anciennes, par Brewster ; un élégant Brougham, datant de 1908, par Henry Hooker à New Haven au Vermont. 

 

 Bienvenue à Maymont.
 Bienvenue à Maymont.

 

Pour les ballades dans le parc vous pouvez choisir entre un Ladies Basket Phaeton, par R.H. Bosner and Sons, de Richmond en Virginie ; un Bailey Buggy, rapide et sportif, par Studebaker, toutes les deux provenant du parc de voitures de la famille Bocock. Un exquis Ladies Basket Phaëton à panier, estimé de 1870, de manufacture inconnue et un slat sided Village Poney Cart, d’environ 1900, construit en bois de cerisier.

 

Typiquement américain, ce ravissant Ladies Basket Phaëton est très bien suspendu, un plaisir de l’atteler.

Typiquement américain, ce ravissant Ladies Basket Phaëton est très bien suspendu, un plaisir de l’atteler.

Une petite ballade dans le parc? Un lady baket phaéton carrossé à Richmond par R.H. Bosner § Sons.

Une petite ballade dans le parc? Un lady baket phaéton carrossé à Richmond par R.H. Bosner § Sons.

 

En voitures sportives on remarque un Roof Seat Break, acquis en ventes aux enchères afin de compléter la collection par Madame Elizabeth Scott Bocock, manufacture de George W. Osgood à Amesbury au Massachusetts.

 

 Bienvenue à Maymont.
Quelques voitures commerciales complètent la collection.
 L’ancien grand magasin Thalhimer, fondé en 1842 par un immigrant allemand, 
délivrait les achats en ville avec une voiture très typique. 
Le cocher était bien protégé sur son banc et menait en passant les guides par deux 
trous.
 
La voiture de livraison des grands magasins Thalhimer de Richmond, les deux orifices pour passer les guides
La voiture de livraison des grands magasins Thalhimer de Richmond, les deux orifices pour passer les guidesLa voiture de livraison des grands magasins Thalhimer de Richmond, les deux orifices pour passer les guides
La voiture de livraison des grands magasins Thalhimer de Richmond, les deux orifices pour passer les guides

La voiture de livraison des grands magasins Thalhimer de Richmond, les deux orifices pour passer les guides

En vacances aux Etats-Unis prenez le temps de regarder et analyser une collection
 complète en service dans un grand manoir américain de fin XIXe siècle. La 
‘mansion’ déborde d’objets de grand luxe, de styles hétéroclites, dans l’état où elle
 était habité par la famille. Le parc avec ses petits jardins, d’inspiration japonaise, 
italienne, française ou anglaise est ravissant. En 1900, 22 jardiniers étaient en 
service pour l’entretien des 40 hectares. Laissez-vous bercer au cliquetis des sabots
 de Daniel et Chauncy dans la wagonnette et retournez dans le temps.

 

En costume d’époque, le Roof Seat Break par George W. Osgood à Amesbury au Massachusetts avec ses passagers lors d’une fête sur le domaine de Maymont

En costume d’époque, le Roof Seat Break par George W. Osgood à Amesbury au Massachusetts avec ses passagers lors d’une fête sur le domaine de Maymont

 

 

Texte:

Stephan Broeckx 

Article publié dans Attelage Magazine

 

 

Photos:

Angelique Broeckx-Gormand, Betty Maxey, Jay Paul, Scott Strimple,  § collection personnelle Jack Day 

 

 

Vous trouverez des informations complémentaires sur Maymont en consultant leur site:

 

https://maymont.org/

 

 

 

 

 

 Bienvenue à Maymont.

Partager cet article

Repost 0
Published by figoli
commenter cet article

commentaires