Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

attelage-patrimoine

Vous trouverez une présentation très accessible des articles en allant dans la catégorie "THEMES FAVORIS". Vous y trouverez: carnet adresse, bibliothèque, vidéos,... auteurs et un classement spécifique à chaque catégorie.

Entre deux barottes de fumier...

Entre deux barottes de fumier...

 

 

Il ne faut pas désespérer de l’existence.

Les choses les plus surprenantes peuvent arriver.

 

Les chevaux sont rentrés, il fait un temps de chien.

Le brouillard a rétréci l’horizon. Un silence aussi mortel que l’ennui s’est abattu sur le pays. Chacun se terre chez soi.

Tout celan’empêche pas qu’il soit l’heure d’aller curer les boxes, d’aller « faire le fumier ».

Dans la vieille écurie, une chaude odeur de crottin chatouille délicieusement mes narines. Un bruit de paille froissée, un clapotis dans l’abreuvoir enchantent mon cœur.La fourche à la main, j’entretiens le cal protecteur qui décore mon pouce de femme de cheval.

Elles sont sacrément lourdes les fourches, mais ça réchauffe !

Patiemment, je monte d’énormes brouettes au carré, puis je les tire de l’autre côté de la ferme, jusqu’à la fosse à fumier.

Je n’ai plus vingt ans, c’est dur, et là, sur le verglas, je dérape. Lachute m’a coupé le souffle mais heureusement, la barotte n’a pas versé.

Comme je me relève, j’entends le téléphone s’agiter.

C’est un concurrent.

Du genre à s’incruster, et d’un lourd…

Les juges de la Fédération Équestre dont je suis ont leur lot de flatteurs et de fâcheux ; lui ne me lâche pas.

Il m’explique qu’il est de passage et qu’il va s’arrêter me saluer.

Chic alors !

- D’accord, mais pas longtemps… je suis en plein fumier, j’ai du monde ce soir, je suis débordée, je vous accorde dix minutes.

À peine ai-je le temps de m’ébrouer qu’il est là.

Il se carre dans un canapé et attaque d’emblée :

- Voilà… je ne peux plus supporter ma femme, je divorce, elle ne manquera de rien… je suis à l’aise, quoi.

S’ensuit l’énumération de ses biens.

- Alors si ça vous tente… je vous le dis tout de suite, moi, à part mes poneys et la télé, y’a rien qui m’intéresse.

Je me suis assise, bouche bée.

Puis il conclut :

- je vous rassure, je ne vous empêcherai pas d’aller en concours.

J’arrive à articuler :

- C’est gentil.

- Bon, je m’en vais. Je vous téléphone, et si c’est d’accord, je viens passer le prochain week-end avec vous.

       Je suis retournée à ma brouette, sidérée.

       Vraiment les hommes ne doutent de rien.

       Il a téléphoné.

       Je vous laisse deviner la réponse que je lui ai donnée.

 

 

 

 

Julie Wasselin

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Julie Wasselin 22/01/2018 22:59

Quand on est juge, on finit par ne plus s'étonner de rien…

midolu 22/01/2018 20:45

Vrai ? ... !!! J'en suis " le cul par terre " ! Et pas à cause du verglas, ou d'une chute de cheval ...
Incroyable !