Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

attelage-patrimoine

Vous trouverez une présentation très accessible des articles en allant dans la catégorie "THEMES FAVORIS". Vous y trouverez: carnet adresse, bibliothèque, vidéos,... auteurs et un classement spécifique à chaque catégorie.

Un remède de cheval

 

Un remède de cheval

À Primo de Solera

Un remède de cheval

 

       Une fièvre de cheval n’est pas une galéjade, c’est même spectaculaire, mais rien ne l’est plus encore que de voir à quelle vitesse le malade s’en remet.

À peine a-t-il cessé d’être mourant qu’il galope déjà !

 

            En ce temps-là, mon vieux pur-sang avait chopé une épouvantable bronchite. Une toux caverneuse ébranlait le voisinage tandis que les énormes expectorations gluantes à souhait qu’il projetait sur les parois de son box, et qui dégoulinaient lentement, me soulevaient le cœur.

Tremblant, fiévreux, le pauvre animal s’arrachait les tripes, et les frictions de térébenthine[1] dont je badigeonnais son encolure lui enflammaient l’épiderme plus qu’elles ne le soulageaient.

Devenant fou, il s’arrachait la peau contre les murs.

 

Je travaillais alors dans l’industrie pharmaceutique et j’avais dans mon arsenal une potion destinée à guérir les sinusites et les bronchites.

Pour avoir joué les cobayes avec succès, je ne doutais ni de son efficacité ni de sa bonne tolérance.

Je ne dirais pas cela de tous les produits qui sont sur le marché… mais celui-là, c’était un « vrai-bon » !

Je me convainquis de lui en donner.

Pour mon gabarit, trois gélules par jour pendant dix jours étaient nécessaires. Pour lui, qui pesait dix fois plus que moi, il fallait donc en donner trente, soit une boite par jour. Ayant beaucoup d’échantillons en réserve, dix boîtes feraient l’affaire sans que je vienne à manquer.

Matin, et soir, puisque j’étais absente le midi, et ce pendant dix jours, je mélangeais quinze gélules dans sa ration de granulés.

Il aurait pu les bouder. Les chevaux, du bout des lèvres, savent très bien faire le tri, mais il me fit la grâce de les avaler.

- Brâaave… gentil cheval.

À    une vitesse impressionnante, mon vieux pur-sang retrouva la santé.

Dix jours plus tard j’étais en selle et nous nous baladions au pas, gentiment, rênes à la couture, loin du monde dans une forêt dont je garde le secret pour qu’on ne vienne pas me l’abîmer.

 

Un an plus tard, sur mon secteur, la vente de ce produit avait explosé. Ça n’avait pas été difficile puisque je racontai notre histoire à tous les médecins que je visitais… ça valait tous les argumentaires et ça les amusait.

Ça les interpellait aussi :

- Pensez-donc, un remède de cheval… ça vous requinque forcément un bonhomme en moins de deux.

 

 

[1] Longtemps, ce révulsif fut le seul traitement.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

midolu 04/12/2017 11:06

S'il est encore sur le marché, ça m'intéresse ! Pour moi, car je souffre fréquemment de sinusite.
Quant à mon brave cheval de bientôt 27 ans, il n'est heureusement pas particulièrement sujet aux rhumes ou bronchites.
Merci à vous et bonne semaine ainsi qu'aux visiteurs.

Julie Wasselin 04/12/2017 12:12

Désolée Midolu, cet excellent produit, malheureusement n'existe plus. Bises au cheval…