Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 09:15

 

Coaching: raid Paris Londres et

histoire de R Wanamaker 

 

 1078c

Rodman Wanmaker

Le coaching était un sport ouvert à des personnes hautement fortunées. Cependant, il ne faut pas croire que ces personnes n’étaient que des dilettantes  pratiquant exclusivement cette activité. En fait, ces sportsmen, en particulier les riches américains comme Ridgway, Bennet..., étaient avant tout des businessmen. Nous vous avons précédemment présenté la luxueuse écurie de l’un d’entre eux: R. Wanamaker (voir article; Ecurie de luxe de R Wanamaker ). Nous allons mettre en exergue quelques caractéristiques de son activité. Vous pourrez ainsi vous faire une idée de ce milieu des sportsmen fin 19°, début 20° siècle.

Lewis Rodman Wanamaker est le fils d’un riche propriétaire de magasins et homme politique américain, John Wanamaker. Il est né à Philadelphie, le 13 Février 1863. Après de brillantes études à Princeton, il rejoint en 1886 l’entreprise de son père. Il y est nommé directeur résidant à Paris et joue un grand rôle dans le développement des échanges économiques franco-américains. Voici un article de 1896 présentant sa vie parisienne.

d49bdb7d4ce0e13117ccb94fd1d5130d
Le coaching était pour lui un loisir qu'il pratiquait en compagnie de grands professionnels comme ici Morris Howlett (plus d'informations sur Morris Howlett     à la fin de l’article: Edwin Howlett   ) L’article "De Paris à Londres", du Sport universel illustré d’octobre 1896, nous donne une image assez  complète de cette expédition sportive et mondaine.

« De Paris à Londres »


img014.jpg

« Le 10 Septembre, à 10 heures du matin, M. Rodman Wanamaker partait avec son coach de Paris pour Londres. Voilà un voyage peu banal, et les cavaliers du Bois qui rencontrèrent comme nous, tout prés de la cascade, la voiture élégamment garnie, ne se doutaient guère qu’elle allait dans peu de jours se trouver de l’autre côté de la manche. On eut dit d’une bande de turfistes qui se rendaient gaiement à « La Marche », dont les portes se rouvraient ce jour là. M. Wanamaker qui a tenu les guides jusqu’à Londres est sur le box-seat avec Miss wanamaker ; les autres passagers sont : MM. John Wanamaker, le prince Ali, Mme la baronne Rüxeleben, M. Addicks, Miss A. Ferny, et M. Fischoff. Morris Howlett, l’habituel pilote de ces excursions du four-in-hand, accompagne les voyageurs.

3 Howlett fils

Le départ avait lieu à l’hôtel Liverpool et le coach a passé successivement par Versailles, St Germain, Meulan et Mantes où se terminait, à 6h30, la première journée de marche. Le lendemain, l’itinéraire passait par Bonnières, Pacy sur Eure et aboutissait, à 5 h, à Evreux. Le 12 le mail gagna Pont-Levêque, en traversant la Commanderie, La Rivière, Thibouville et Lieurey. Le 13, après avoir dépassé Pont-Lévêque, Trouville et Villers, M.R. Wanamaker débarquait ses invités au grand hôtel de Cabourg à 6h30. Pendant plusieurs jours, de Cabourg, comme centre, les excursionnistes rayonnèrent dans cette belle partie de la Normandie, qui par un temps magnifique leur paraissait d’autant plus admirable ; ils virent successivement Caen, Varaville, Herouville, Bretteville, Saint-Aubin, Bayeux, etc. Le 22, tout le monde montait à Caen à bord du steamer pour Newhaven. Ce ne fut pas une petite affaire, comme on pense, d’embarquer les douze chevaux qui formaient les trois relais emmenés par M.Wanamaker, mais tout se passa sans accident et la traversée fut splendide. De Newhaven on gagna Leuvis et Brighton le 24 Septembre ; le 26, on atteignait Red-Hill, et M.Wanamaker arrivait à Londres, à l’hôtel Victoria, à 1h30 de l’après midi.

            Enchanté de ce très intéressant voyage M. Wanamaker désirait revenir par le Nord de la France, mais ses compagnons de route laissèrent notre coach-man effectuer seul ce retour. Il conduisit son mail à Folkstone où il s’embarqua avec ses douze chevaux pour Boulogne. Pendant cette traversée comme la première du reste, Morris Howlett, en pilote convaincu, ne quitta pas son siège, même pour dormir.

img015.jpg

Heureusement, le ciel lui fut clément. Le débarquement effectué à Boulogne le 2 Octobre, le coach reprit la route de Paris passant par Abbeville, Breteuil, Beauvais, Pontoise, Saint- Germain pour descendre son driver à l'hôtel Liverpool le 4 à 8h30.

            La distance parcourue pendant les 25 jours du voyage a été de 1150 Kms., soit environ 60 Kms par jour Si l’on fait abstraction des 5 jours de repos, l’étape quotidienne a été de 70 Kilomètres. Pas un accident, pas un incident n’en ont interrompu le cours. Aucun des chevaux composant les 3 teams n’a cessé son service ; il est juste de dire qu'ils avaient été fournis par M.Howlett.

2new1880 Edwin Howlett a l entree de l ecurie rue des Belle

Écuries de location Howlett avec le célèbre Magnet

               Le mail de Guiet s’est aussi admirablement comporté. Il n’en reste pas moins, malgré l’heureuse chance qui a favorisé ce record, qu'il a fallu à M. Wanamaker un véritable amour du coaching et une grande science du menage pour faire, guide en mains, un semblable parcours. Il est vrai que le plaisir procuré au touriste par cette originale façon de voir du pays compense et au-delà le fatigue d’un tel voyage. Espérons que nous aurons souvent encore à enregistrer de semblables performances. » Article du « Sport universel illustré »15 Octobre 1896 signé  A.    Guard. 

 

De fait, ces hommes d'affaire étaient très occupés par leur activité professionnelle ou politique et, malgré les énormes moyens engagés,  le coaching n’était pour eux qu’une activité secondaire. Ainsi R. Wanamaker marquera son époque non pas pour ses qualités équestres mais par ses activités; industrielle, politique et de mécénat.

De retour aux Etats unis, il travaillera aux côtés de son père et prendra la direction de l’entreprise à la mort de John, en 1822.

C17.jpg

Magasins wanamaker "Grand dépôt" à Philadelphie     

Il s’investira également dans d’autres activités:

Industrielles :

Il est considéré comme l'un des fondateurs de l’aviation commerciale car il a soutenu et épaulé de nombreux projets d’avions et hydravions dont ceux de Glen Curtiss pour les vols transatlantiques.

america wanamaker

america4b

 L'américa de Glen Curtiss qui fit  plusieurs lignes commerciales dont celle des Bahamas

Il finança également le dirigeable nommé lui aussi l’américa, piloté par Richard E. Byrd, qui traversa l’Atlantique seulement quelques jours après Lindbergh.

Sportives :

Toujours impliqué dans le monde du coaching, il s’investira dans le  yachting, où un trophée porte encore son nom « Rodman Wanamaker trophy Yatch », et dans le golf en  initiant, en janvier 1916, l'organisation du golf professionnel par la création du GPA « Professional golfers assocation of america ». Il est également le fondateur du tournoi d’athlétisme Mill rose.

Politiques et culturelles :

Il fut mécène de nombreux artistes et créateurs spécialisés dans les arts liturgiques, propriétaire du plus grand orgue du monde et d'une collection d'instruments à cordes dont des violons, altos de guarnerius, stradivarius,...

Mais son nom reste lié à son action pour lutter contre l’extinction des dernières tribus indiennes.

eip5xf

R Wanamaker serrant la main au cheyenne "Two moon"

Il participa à différentes actions d’intégration et parraina le projet de mémorial aux premiers américains (qui ne fut pourtant jamais réalisé). 

    montana 18

 Il finança trois expéditions photographiques en territoire indien ce qui a permis de conserver des images de leur vie entre 1908 et 1913. Nous vous proposons quelques uns de ces superbes clichés dans l'album :

Indiens-et-chevaux-autour-de-Big-horn Indiens-et-chevaux-autour-de-Big-horn     

9.jpg

Nous espérons que ces 2 articles sur R Wanamaker vous auront permis de mieux percevoir la place du coaching dans la vie de leurs très richissimes pratiquants.

Texte: Figoli

Documentation: Hans Paggen, Figoli, musée de Denver.

byts29qk4ckwmc2h7-copie-1.jpg

Rassemblement de coachs

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Julie Wasselin 22/11/2011 17:41

Nous avons encore, à notre époque quelques merveilleux fous volant dans leurs drôles de machines…
Richard Branson par exemple, PDG de Virgin, en digne héritier de Jules Verne avec ses envolées en ballons et autres avions solaires !
Les fortunes consacrées à ces recherches font preuve, outre leur générosité, d'une intelligence visionnaire qui ouvrira, espérons-le, des portes sur le futur.

JPB 20/11/2011 14:09

Cet article illustre bien le passage de l'hippomobile de l'aristocratie au capitalisme à partir des années 1880, chant du cygne avant l'automobile, l'avion et le yachting. Inévitable certes, mais
heureusement qu'il existe encore des passionnés qui font revivre de nos jours le passé. JPB