Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 08:35

    med-olives-sauvages-visoflora-7105.jpg

 

 

        Les olives

 

 

Á Edith

 

 

 

 

 

Agglutinés, bringuebalés, agrippés comme ils le peuvent aux ridelles du plateau  ou aux basques de leurs voisins, les concurrents du championnat reconnaissent leur marathon à grand renfort de rires gras comme des crottins frais moulés.

 

Le tracteur qui mène le chahut est poursuivi par un essaim de quads, de motos, de vélos qui fouissent le pied des yeuses, des oliviers plus verts que gris, des arbousiers et des pins que le mistral plie vers le sud.

 

Soleil et poussière sur Castries.

 

 

Quelques-uns restent attentifs et prennent des notes… ont envie de gagner.

 

- Kilomètre 6… faudra faire gaffe, hein, le virage est pourri.

 

- Pas possible, quand même, tous ces galets ! Les chevaux vont se tordre les pieds !

 

- Mais non, ça passe nickel… nous, on l’a déjà fait, puis y’en a que vers l’aqueduc. Dans l’oliveraie, c’est tout bon.

 

- Au fait, c’est quoi, les oliviers, là ?

 

- Ben… des oliviers !

 

- Non, mais, les olives, c’est des vertes ou des noires ?

 

 

Eclat de rire général.

 

     

Peuchère, c'est les mêmes ! Les noires sont mûres, té...et les vertes, elles sont vertes, pas mangeables quoi !

 

Pour qu’elles le soient, les vertes, faut qu’elles aient passé quelques semaines en saumure.

 

Si ça te tente pas, mon gars, faut manger que des noires.

 

Reviens donc en novembre, si ça te dit, quand on les cueillera.
 
 
Julie Wasselin

Partager cet article

Repost 0

commentaires