Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 22:03

 

De nombreux créateurs de modèles réduits s’intéressent au sujet de la voiture hippomobile et sont de fervents lecteurs de nos sites d'attelage. Nous laissons la parole à l’un d’entre eux qui, expert en l’art du travail du bois et de la marqueterie, nous présente ses oeuvres et ses motivations.

Je lui laisse la parole.

Diapositive20

Le fil conducteur : mon ami le cheval !

Je réalise des modèles réduits de voitures hippomobiles du XVII à fin XVIII. J’ai eu l’an passé, l’occasion d’exposer mes créations à une manifestation des « talents cachés » dans mon village, je garde un excellent souvenir du contact avec les visiteurs. Mon objectif principal est de susciter des passions, faire découvrir la conduite d’un projet, et aussi rappeler le temps ou le cheval avait sa place dans la société. C’est l’origine de ma motivation pour cette présentation.

Nous vivons, aujourd’hui encore, une  fulgurante évolution du moyen de transport. La période qui retient mon attention est jusqu’au début du XIX, avant le bandage des roues. Force est de constater la qualité du savoir-faire,  le niveau de précision,  la recherche du confort , de la sécurité.

Je fais référence, plus précisément, aux lanternes, décorations, que je considère comme de l’orfèvrerie. Le remarquable talent du travail du cuir, la complexité des suspensions et ses variantes. C’est aussi à la répartition des charges, l’ingéniosité des trains, du palonnier, brancards... La technique en conception des roues du charron (rais, enrayage, embattage…) L’art du carrossier qui conjugue le tout en harmonie (Binder, Kellner, Brice Thomas…)

Diapositive22

Diapositive25

Il faut noter que bien des activités étaient dépendantes du cheval. Celui-ci avait un impact sur l’économie,  14000 chevaux à Paris en 1890 (article : la vie d’un cheval à Paris en 1890, blog FIGOLI). Il ne faut pas non plus négliger les métiers avec des conditions « pénibles ». Pour toutes ces raisons j’ai un profond respect.

Et aujourd’hui, la présentation des attelages durant un concours, ou un défilé, reste impressionnant, les équipages avec les distinctions vestimentaires, la beauté des voitures, l’élégance des chevaux (attelage simple, double, tandem…) J’ai de l’admiration.

Le coup de cœur : l’histoire !

Après avoir ciblé le type de voiture que  je vais travailler, qui dépend en grande partie de son histoire. Pour exemple : La « brouette », ou « vinaigrette » est une chaise à porteurs montée sur deux roues et munie de suspensions (ressorts). Un seul homme placé entre les brancards pour la tirer. En fait, bien souvent  femme et enfants devaient aider  à pousser la chaise.

 

Diapositive18 Diapositive19

  Il est important de réunir une documentation complète.  Internet reste la source principale, mais je préfère, lorsque cela est possible, une visite bien réelle, afin d’apprécier le relief, le toucher…c’est autre chose. Cela me permet  de compléter mon dossier par des photographies des vues détaillées.

Mon constat est sans équivoque, à toutes les voitures hippomobiles que j’ai  admirées, rien n’est fait par hasard. Il n’y a pas de gadget, la plus petite pièce à une véritable raison d’être, tout est pensé, dûment réfléchi.

Je regroupe ces données, je réalise mes croquis, la mise à l’échelle au 1/10.

Rien n’est trop beau !

Chaque sous-ensemble (porte, châssis, casse, trains, lanternes…) est constitué de plusieurs éléments. Après fabrication, je réalise un montage à « blanc » du sous-ensemble, contrôle la symétrie. Quelques ajustements précèdent l’assemblage définitif des composants, puis c’est l’opération du ponçage de finition.

Je réalise chaque création  à la main, je n’ai pas de tour. C’est toujours un véritable challenge personnel pour la fabrication les pièces circulaires, heureusement j’ai une machine à chantourner, et du papier émeri. Toutes mes maquettes sont en bois uniquement, il n’y a pas de fer. Je ne me considère pas comme un maquettiste, je n’ai pas la prétention de tout connaître, c’est seulement par mon expérience, que j’enrichis mes connaissances. Ce ne sont pas des  reproductions fidèles  je laisse libre cours à ma créativité afin d’intégrer de la marqueterie.  Il me faut entre 8 et 12 mois pour une réalisation. Je réalise également un diorama pour chaque modèle. Les différents bois que j’utilise sont des essences courantes : pin, hêtre, samba, bois rouge…

Diapositive12

Diapositive13

Il n’est pas rare, après avoir passé 15 ou 20 heures sur une pièce, au moment de l’intégrer dans son environnement, j’éprouve cette sensation du « mauvais gout ». La vue d’ensemble doit être parfaite, il m’est arrivé de refaire un élément plusieurs fois… Le temps ne compte pas, ce qui est important, c’est l’harmonie, l’accord entre chaque sous-ensemble, je donne le temps au temps, nécessaire à ma conviction personnelle.

Et pour que cela tourne rond :

Voici une présentation très succincte de la réalisation d’une jante : Le nombre de rais, l’intervalle, le diamètre intérieur et extérieur sont définis. Les segments de la jante sont débités, ajustés à blanc, c’est une étape de contrôle indispensable. Je trace les intervalles, puis par rapport au moyeu et à la largeur de la jante, je perce les orifices qui vont accepter les rais par emboîtement (pas de colle).

La roue, doit être de qualité, elle ne doit pas être excentrée par rapport au moyeu, ou vrillée. Elle ne sera acceptée seulement au moment de son adaptation avec le train, les freins, et son aspect avec l’ensemble (volume…).

Diapositive27

 Diapositive28

 

Il faudra bien décider, et n’en choisir qu’un… :

Projet 2011 : Deux modèles retiennent mon attention : Le coucou, véhicule de transport périphérique de Paris, et la « chaise de poste ». Similitude : Accès par l’avant.

Et tout cela grâce à :

 Je souhaite profiter de l’occasion pour remercier Mr Lacroix, directeur du musée de la voiture à cheval de Marcigny,  et aussi toutes ces personnes passionnées qui perpétuent la mémoire des métiers d’autrefois, et le patrimoine hippomobile.  Et également mon épouse, pour sa patience, sa dextérité à la confection des capotes…

Encouragements et respects aux sites FIGOLI, J&B Whips Fouets Attelage et Tradition.

Merci…

Réalisations, textes et photos de:  R.G.

 Diapositive6

Diapositive7

Vous trouverez de nombreuses autres réalisations dans l'album:

 Modèles réduits en marquetterie Modèles réduits en marquetterie

 

 

Diapositive8

Partager cet article

Repost 0

commentaires

rene.geauphre 18/11/2011 18:20

je vous remercie pour vos encouragements et vos félicitations, je suis fier et honoré de vos compliments....J'avais également réalisé un second article sur un autre véhicule la voiture de poste, Je
vous invite à lire cet article et découvrir ma dernière création...Je souhaite vous faire partager l'histoire qui me semble remarquable.(Page 3 Chaise de poste : maquette en marqueterie).Je vais
vous avouer, au risque de vous étonner, je n'ai pas de gabarit, la création de la berline, était un travail de mémoire suite à une visite d'un musée en Belgique ! J'étais à mes débuts...Mais je
vous encourage, osez ! Que risquez-vous ?Rien, seulement de vivre une aventure pleine de surprise, plaisir de créer, plaisir de faire quelque chose d'unique, et pourquoi pas, une passion...Et là,
si vous avez le virus, vous verrez c'est formidable, cela aide à bien veillir, à franchir les difficultés de la vie, il faut bien commencer, il faut bien un début, on n'a pas appris à marcher en
une journée. Je pense que vous avez une excellente idée pour la prévision à cette journée merveilleuse...C'est un bon projet, je tiens à vous remercier de nouveau, et vous fait part de tous mes
encouragements....

fragility77 17/11/2011 04:14


chapeau bas l A R T I S TE comme j adorerais avoir le gabarit pour en creer une en cartonnage pour le mariage de ma meilleure amie ;;;;elle serait comblee pour le style carosse je suis
epoustoufflee vous etes un MAGICIEN DU BOIS...MILLE BRAVO


rene.geauphre 02/03/2011 20:49


Merci, pour ces compliments.Je suis heureux que vous partagiez ma passion, et que mes créations ont suscitées votre intérêt. Nous connaissons ce musée, qui est dans ce quartier au pied de la
Basilique. Vous avez raison, cela mérite le détour.c'est formidable, étonnant,la qualité du travail,du minuscule est à la limite du concevable. Merci pour vos encouragements !


Julie Wasselin 28/02/2011 14:34


Bravo ! Quelle patience, quelle dextérité et quelle passion !
Au cas où vous ne connaîtriez pas le musée de la miniature qui se trouve dans le vieux quartier Saint Jean à Lyon, je vous engage à vous y rendre et à rencontrer celui qui en est l'âme.
Sans doute un bel échange en prévision !