Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

attelage-patrimoine

Vous trouverez une présentation très accessible des articles en allant dans la catégorie "THEMES FAVORIS". Vous y trouverez: carnet adresse, bibliothèque, vidéos,... auteurs et un classement spécifique à chaque catégorie.

Des gentlemen aux guides. (1° partie) - S. Broecks.

Des communications, un service postal fiable et rapide sont les objectifs de tout souverain d’un large empire depuis tous les temps. L’administration et les militaires sont les premiers utilisateurs. La transmission est tout d’abord orale, devient rapidement écrite, ce qui permet des messages plus longs, plus détaillés, plus précis. En 4.000 av. J.-C l’écriture est inventé en Sumeria, aujourd’hui l’Iraq. Le message oral le plus connu est celui d’un messager professionnel Athénien, Phidippidès, son message contenait un seul mot νενικεκαμεν Nenikekamen !Nous avons gagné !Il avait parcouru 42,195 kilomètres, du champ de bataille de Marathon jusqu’à Athènes. D’autres messagers à pied, bien connus, sont les Chasqui, qui assurent un service postal à travers l’empire Inca. Ils portent des messages « écrits »en Quipu, un mot qui signifie nœuden Quetchua. Une cordelette de laine de lama avec nœuds constituant le message royal voyage à une vitesse de 400 kilomètres par jour.

Il y a 500 ans, le courrier expédié en voiture ou en coach apparait en Europe. La famille princière von Thurn und Taxis organise le système postal des Habsbourg à partir de 1443 entre Bruxelles et Vienne. Ils sont à l’origine du Kaiserliche Reichspost allemand en 1806. 

 

Des gentlemen aux guides.  (1° partie) - S. Broecks.

Le postiglione est apparu pour la première fois en Italie en 1540 comme guide et protecteur des voyageurs louant des chevaux du système postal. A l’arrivée des voitures, le postiglione mène en poste.

"Postigliones" au départ

"Postigliones" au départ

 

John Palmer, un propriétaire de théâtre à Bath en Angleterre, est considéré comme le « père » du coaching. Au Royaume Uni le courrier se transportait par des cavaliers allant de "Post to Post" depuis 1635. Le 2 août 1784 Palmer fait un essai avec un coach, transportant du courrier et des passagers, entre Bristol et Londres. Le Chancelier de l’Échiquier, William Pitt, autorise la création d’un réseau d’itinéraire, à partir de 1785 les Mail Coaches parcourent toute l’Angleterre, l’Ecosse, l’Irlande et le Pays de Galles. Le coach original est amélioré par John Besant, qui dépose un design breveté obtenant le monopole.

 

Mail coach sur la route Louth-Londres.

Mail coach sur la route Louth-Londres.

Des gentlemen aux guides.  (1° partie) - S. Broecks.
Les coaches au départ  devant les white house celllars par James Pollard

Les coaches au départ devant les white house celllars par James Pollard

La naissance du coaching

 

L’introduction du train, dans les années 1840, a mis fin aux coaches sur les grandes lignes, plus tard, en 1860, sur les lignes locales. Pour les jeunes gentlemen anglais mener un coach a une teinte romantique et aventureuse. Les premiers clubs de coaching le Bensinton Driving Club (1807) et le Four Horse Club (1808) voient le jour. Ces Messieurs s’entrainent, perfectionnent leurs compétences. Mener deux tonnes de coach lourdement chargé, attelé à quatre chevaux vigoureux constitue un défi à ne pas refuser pour un « Corinthien » enthousiaste, le sobriquet d’un gentleman sportif de l’époque.

Pendant la Régence (1810-20) les gentlemen n’attèlent pas encore de coach. Une exception, le Marquis de Worcester, héritier du Duc de Beaufort, mène des coachs en tant qu’amateur. Dans les années 1830, il devient propriétaire d’un coach desservant la route glamoureuse Londres-Brighton.

En 1841 la ligne de chemin de fer Londres – Brighton est inaugurée, mettant fin au service de coach sur la route. Pendant 25 ans, jusqu’en 1866, les coachs se font très rares. Le coach "Age" est le dernier sur la route directe pour Londres. Pendant les années 1880, le 8ième Duc de Beaufort n’écrit pas moins de 23 livres sur le sport. Le plus connu, DRIVING décrit quelques exploits de son père et les 'gentlemen coachmen'.

 

Arrivée du coach d'Alfred G Vanderbilt à Brighton par James Lynwood Palmer

Arrivée du coach d'Alfred G Vanderbilt à Brighton par James Lynwood Palmer

 

Dès leur fondation, les coaching clubs obtiennent des privilèges, des stands ou des enceintes privées aux courses telles Ascot, Sandown Park, Kempton Park ou le Lord’s Cricket Ground.

 

Pique-nique au champ de course de Jérome Park.

Pique-nique au champ de course de Jérome Park.

 

En 1856, le Four-in-hand Driving Club est fondé après la Guerre de Crimée par le Marquis de Stafford, le Duc de Beaufort accepte d’être son premier Président. Pas plus de 30 membres, tous meneurs passionnés. La liste d’attente contient quelques centaines de candidats lorsqu’en 1883 le nombre de membres est augmenté à cinquante.

 

Bon nombre de ces candidats membres trouvent refuge au Coaching Club, fondé par le Lieutenant-Colonel H. Armytage en 1870. Cinquante nouveaux membres fêtent son inauguration. Le premier ‘meet’ est organisé à Hyde Park le 27juin 1871. L’assemblée Générale fondatrice se tient le 12 juillet 1871, le Duc de Beaufort est invité à être son premier Président. Très flatté, Sa Grâce autorise le club d’utiliser les couleurs de sa maison, bleu et fauve. Chaque année, le ‘meet’ du Coaching Club au Ladies' Mile à Hyde Park était un point fort de la "season" londonienne. Trente voire quarante coachs réunis offrent un spectacle unique à l’immense foule de gens lancés! Leur rassemblement se fait devant le Powder Magazine, ensuite on part par le Ladies' Mile à Hurlingham, à Hurst Park, ou autre coin champêtre.

Le Club est toujours en bonne santé, Bill Ginns a récemment quitté la présidence en faveur de Mark Broadbent.

 

La « fièvre » du coaching passe outre-Atlantique.

 

 

En 1875 neuf membres donnent le coup d’envoi au New York Coaching Club.

New-york coaching club 1885

New-york coaching club 1885

Départ du New-York coaching club aprés le déjeuner à Claremont

Départ du New-York coaching club aprés le déjeuner à Claremont

 

 

En 1875 neuf membres donnent le coup d’envoi au New York Coaching Club. Le Four in Hand Club de Philadelphie est fondé en 1890, un petit club démarre à Boston, un autre en Virginie à Richmond pendant que cinq membres fondent leur club à St. Louis, Missouri. En 1901 on assiste à la création du Ladies Four in Hand Coaching Club à New York, ces dames sortent le coach de leur club “The Arrow”. Aujourd’hui les dames, uniquement, sont invitées comme membres du World Coaching Club, fondé en 1983 avec son siège au Kentucky Horse Park.

Le3 décembre 1875, sur convocation par les Colonels DeLancey Kane et William Jay, le Coaching Club of New York également appelé New York Coaching Club ou Coaching Club of America tient sa première assemblée officielle au Knickerbocker Club sur la Cinquième Avenue. Ce quartier de Madison Square est alors le centre de la vie mondaine newyorkaise, outre son intérêt pour l’élevage de chevaux d’attelage, le club organise des parades au Madison Square Park. Les coachs suivent la Cinquième Avenue, les allées de Central Park, leur passage étant annoncé par le traditionnel cor de coach ouvrant la voie.

A partir de 1876, le club organise des parades biannuelles qui montent jusqu’ à Pelham dans le Bronx, à New Rochelle pour bifurquer sur la côte est de Long Island. A leur retour en ville, les membres dînent à leur siège, le Brunswick Hotel.

La Première guerre Mondiale et l’arrivée de l’automobile amènent une interruption des activités du New York Coaching Club. Ce club est toujours actif, il organise tous les trois ans un ‘meet’ à The Breakers, ancienne demeure de la famille Vanderbilt à Newport, Rhode Island. Son Président est S. Tucker Johnson.

 

Départ d'une sortie du New york coaching club.

Départ d'une sortie du New york coaching club.

Les clubs de dames.

 

 

Des dames de la haute société s’intéressent au menage et fondent en 1901 leLadies' Four-in-Hand Driving Club, homologue du Coaching Club masculin, qui réunit beaucoup de membres, maris, pères ou frères des membres du club féminin. Un clubhouse réservé aux dames, The Colony, sert à partir de 1903, comme siège non-officiel du Ladies’ Four-in-Hand Club. Cet endroit est bien connu des suffragettes.

L’idéal d’un Ladies Club ne se perd pas, les dames n’étant pas invitées comme membres des clubs de coaching, Gay Robinson et Anne Wakefield-Leck décident de fonder leur propre club réservé aux dames en 1983. Des dames mènent des coachs depuis les années 1880. Le très fameux mentor de coaching parisien, Edwin Howlett, enseigne de nombreux élèves féminins. Parmi les premiers membres duWorld Coaching Clubnotons : Jean Lisiter Dupont, Margaret Ferguson Savilonis “Meg”, Cynthia Haydon, Deirdre Pirie, Cordelia “Gay” Robinson, Sidney Lenier Smith “Syd”. Le règlement du club tient sur une seule page : pour être proposée comme membre la dame, ou sa famille, doit être propriétaire d’un Park Drag ou d’un Road Coach, elle doit mener à quatre, chevaux ou poneys, se montrant meneuse accomplie. Misdee Wrigley Miller, est laprésidente, quelques-unes des 22 membres : Danny Van der Wiel, Gloria Austin, Pebs Brown, Barbara Stockton, Joanne Hartland. Jill Ryder, secrétaire générale du club officie au siège du club dans les bureaux de la Carriage Association of America au Kentucky Horse Park à Lexington, Kentucky. 

Hastings devant le colony club à New york. Coach de madame Thos mené par madame A. Iselin.

Hastings devant le colony club à New york. Coach de madame Thos mené par madame A. Iselin.

En Europe

 

 

En Allemagne et Autriche, il ne se crée pas de clubs de coaching, bien que les meneurs y soient très anglophiles. Les carrossiers allemands et autrichiens sortent très rapidement leurs modèles de Coach ou Park Drag. Les membres des clubs de courses hippiques, quelques Royals, utilisent leurs coachs pour se rendre au champ de course. Ces évènements créent une sensation de ‘club’. Le collectionneur allemand très réputé, Heinz Scheidel, inaugure en 2018 et récidive en 2019, une nouvelle tradition de visite au champ de courses de Baden-Baden lors de la “Grande Semaine”, fin août.

 

Le comte von Alvensleben se rendant au champ de course de Baden Baden 1905

Le comte von Alvensleben se rendant au champ de course de Baden Baden 1905

 

Trois clubs de coaching entrent en scène à Paris, en 1882 un Riding and Coaching Club ne connait qu’une vie très courte. Le Cercle des Guides, fondé en 1886, organise un évènement annuel, la Journée des Drags, début juin coachs et voitures se réunissent Place de la Concorde, montent les Champs Elysés, arrivent au champ de courses d’Auteuil. Le Road Coaching Club est baptisé en 1883 avec une présence américaine très forte. Henry Ridgway et son ami Morgan, démarrent des lignes desservies en coach dans le Sud-Ouest reliant Oléron, Biarritz et Pau. L’ancienne demeure, Villa Ridgway, est aujourd’hui ouvert au public. De nombreuses lignes voient le jour en région parisienne. 

La journée des drags en route vers Auteuil

La journée des drags en route vers Auteuil

Eugène Higgins se prépare à partir pour Trouville devant les bureaux du nEW York Herald, avenue de l'opéra à Paris.

Eugène Higgins se prépare à partir pour Trouville devant les bureaux du nEW York Herald, avenue de l'opéra à Paris.

 

Enfin en 1893 la Reunion Road Club est fondé par Morgan, Ridgway sans oublier James Gordon Bennett. Leurs coachs Comet, Meteor, Crescent circulent aux alentours de Paris, le Telegraph et l’Evening Star véhiculent leurs passagers de nuit de Paris à St Germain.

 

Au Royaume-Uni, le Road Club se lance en 1874 à l’initiative du Major Furnival avec un siège près de Piccadilly. Le relais de poste le White Horse Cellars est à proximité, il devient le point de départ pour de nombreux coachs londoniens. Le club "The Badminton" offre tout confort aux membres et à leurs équipages avec plus de cinquante de places en écurie. Pendant la saison, le Road Club y installe un coach à disposition de ses membres, le Badminton dispose de deux équipages à quatre à louer. Le Duc de Beaufort est président de ces deux clubs ainsi que du Four-in-hand et du Coaching Clubs. En 1875, par exemple, onze coachs quittent le "White Horse Cellars," à Piccadilly, menés par les membres aristocrates du Club pour véhiculer leurs passagers payants à la campagne où un stop de deux heures permet de savourer un déjeuner pique-nique.

 

En 1995, un nouveau club, baptisé du même nom The Road Club tient sa première assemblée annuelle dans le dernier relais de poste à galléries, le George Inn à Southwark, un clin d’œil à l’histoire du coaching. La fondation officielle du club a lieu en 1998. Leurs événements annuels font la promotion du coaching avec une attention particulière aux meneurs débutant dans ce sport. Un déjeuner d’exception marque le récent vingtième anniversaire du Club. Cent trente et un convives s’installent à table au Guards and Cavalry Club. Quatre fondateurs du Club s’y retrouvent : Kevin Stillwell, Colin Henderson, Bob Elliott et Frank Warrender.

Le plus jeune sur la liste des clubs, très actif, le Private Driving Club, organise depuis 2006 une réunion de coachs biannuelle. Il ya exactement trente membres, Européens, Britanniques, Américains. Fondé en 1999, suite à une première sortie pique-nique en 1997 dans la Drève de Lorraine, qui donnera son nom au club. Sa mission est de “Préserver la culture de l’attelage et particulièrement les voitures sportives de fin XIXe de style anglais ». Trois sorties annuelles avec les années paires la mythique « Route de Lorraine » et les années impaires un Coaching meet.

Texte

Stephan Broecks

 

Photos

 François Durand, Carriage Association of America, Library of Congress, Figoli, Wikimedia, Courtoisie.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article