Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 09:40

R001-005

  Historické Kocary-Mylord Muzeum Kocaru

 

Depuis la nuit des temps, les pays tchèques et moraves furent le berceau d’un riche artisanat de charrons et carrossiers. Sous l’empire Austro-hongrois, cet artisanat se développa et certains purent créer leurs propres ateliers et usines de construction de voitures hippomobiles. C’est pour sauvegarder ce savoir faire et le communiquer aux générations futures que Vaclav Obr ouvrit ce musée le 11 juillet 2009.

 PB270162

 Ses motivations sont clairement exprimées dans une lettre écrite en français qu’il vient de me faire parvenir et dont voici un extrait.(Texte volontairement non corrigé  pour ne pas édulcorer sa ferveur et son l'implication dans la défense des savoir faire artisanaux)

«  Je m´appelle Václav Obr et je suis le fondateur et le directeur d´un unique musée de la carrosserie historique en République Tchèque. Je suis un restaurateur, je me force d´être aussi un fervent défenseur  des artisans tchèques  et de Moravie. Nous avons ouvert notre musée en grande pompe le 11 juillet 2009 et ce jour est entré dans l´histoire de la République Tchèque  car depuis la fondation de notre état et l´éclatement de l´Autriche-Hongrois en 1918 personne ne rends hommage aux hommes ordinaires, artisans et maitres des carrosses qui construisaient les carrosses souvent aux conditions simples mais avec l´amour et la croyance.

Le musée de la carrosserie historique est un grand ouvrage qui montre que aujourd´hui mệme a ce temps moderne il existe les artisans vivants et travaillants qui y incluent leur art et coeur. »

C’est donc au départ un engagement personnel qui mobilisa ses finances et son temps. Il fut par la suite aidé par différentes institutions, dont la commune de Kechy, la région d'Olormouc, l’Union Européenne,…Après de nombreuses recherches il réalisa la construction de ce musée sur l’emplacement de l’ancienne usine de pompes d’incendie, fondée en 1820 par Antonin Smekal. C’est à partir du dernier bâtiment restant de cet énorme complexe que fut construit le musée.

P7100259

Ce musée n’est pas qu’un lieu de présentation mais aussi un lieu de restauration qui fait travailler des artisans de tous les corps de métier. Voici différentes photos prises lors d’ateliers et manifestations de promotion.

phoca thumb l p7250035

 phoca thumb l p7250041

Cette collection présente une cinquantaine de voitures et traineaux  restaurés ou conservés dans leur état d’origine.

P7090261

 musee-tcheque 0133phoca thumb l DSC00612

 phoca thumb l Knizeci-kocar-Landauer-2phoca thumb l Mylord-Caleschephoca thumb l Mylord-2phoca thumb l Biskupske-sane

  phoca thumb l Lovecky-kocar-hrabete-Taroucca

Nous noterons qu’elle regroupe la plus grande collection de corbillards de l’Europe centrale

phoca thumb l Smutecni-kocar-2

phoca thumb l Smutecni-kocar-1-copie-1

A noter dans cette collection la présence d’un corbillard considéré comme le plus grand au Monde

 phoca thumb l p7240183

PB270

Le joyau de cette collection est représenté par les carrosses « épiscopaux »

P7100256

  phoca thumb l DSC00614

phoca thumb l DSC00616

La visite de ce musée inclue la projection de films pédagogiques, la visite des ateliers de restauration, de la collection de lanternes et, courant 2011, un centre de documentation..

phoca thumb l img 6600

 Les groupes peuvent bénéficier d’une visite commentée par des professionnels.

Dans une période, où partout en Europe ( France, Italie, Belgique, Allemagne,…) règne une grande inquiétude sur l’avenir des collections publiques de voitures hippomobiles, nous ne pouvons que saluer la réalisation de Mr Vaclac Obr , dont l’exemple sera, du moins nous l’espérons, porteur d’une dynamique au niveau européen.

Vous trouverez d’autres informations sur le site du musée en cliquant sur ce lien (WWW.Historickekocary.cz.)

Texte :Figoli
Photos et informations fournies par Mr  Vaclav Obr

  phoca thumb l R001-023

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 17:28

Vous avez  été nombreux à nous interroger sur l’origine des voitures présentées dans l’articleLa "belle époque" à la Feria cavalli de Vérone . Nos amis Italiens du GRUPPO ITALIANO ATTACHI nous ont fait le plaisir de nous traduire en français un article paru dans le n° de Novembre/Décembre de leur journal Notiziario.

2010 5 notiziario cop

 

Cet article est intéressant car il décrit l’engagement concret d’une association nationale d'attelage de tradition dans la sauvegarde d’une collection. 

  tutti 045

Le Musée des voitures à chevaux du 19° siècle de Vérone.

"Parmi les nombreux  éléments du patrimoine culturel riche et varié de Vérone, il y a aussi le Musée des voitures à  chevaux du 19° siècle de Vérone, en effet peu connu. Un musée dédié aux fiacres est une attraction unique en son genre et on peut dire pour Vérone que c’est un privilège. En Italie, en effet, il y a plus de 1500 musées, galeries, institutions qui tous sont consacrés aux arts décoratifs, à l’archéologie, à la numismatique, armes, l'histoire du Risorgimento et les Sciences Naturelles. Peu de villes peuvent se vanter de posséder des musées consacrés exclusivement aux voitures à cheval (Florence, Naples, Piacenza, Trani, Macerata, Maser et Vérone) et parmi ceux-ci, la collection « Scaligera » n'est certainement  pas la  dernière pour la qualité et pour le nombre des pièces présentées.
Vérone a une précieuse collection composée par 48 pièces, dont 42 de la collection réunie par le Comm. Giorgio, qui avait été chargé de préparer une section des fiacres pour l'exposition à Rome en 1942. Une telle exposition ne put avoir lieu en raison de la guerre. C'est donc quelques années plus tard en 1948, à l'occasion des célébrations des 50 ans de la Fiera di Verona, que la collection a été donnée à la ville de Verona par le fils du fondateur, M. Antonio Giorgio, pour faire un musée. "
(Source: Banca Popolare di Verona Nouvelles n ° 4, 1982).

tutti 054
En effet  le musée n'existe pas en réalité. Il y a seulement une grande collection, « cachée » dans un entrepôt loué à la Foire de Vérone, juste à l'extérieur des limites du champ de foire.

Copia di scheletro 21
Une partie de ce riche patrimoine culturel, est présentée  au public pendant les quatre jours de la foire « Fieracavalli ».
Depuis trois ans, le GRUPPO ITALIANO ATTACCHI, avec l'autorisation  de « Fieracavalli », s’est activé pour montrer aux visiteurs de la foire du cheval ce trésor qui se cache dans le sous-sol. A chaque édition, certaines de ces voitures à chevaux sont de retour à la lumière des projecteurs, nettoyées et décrites  par nos experts.
C’est toutefois un patrimoine qui s'érode rapidement. Il est soumis  à un abandon presque total, à l'exception de la renaissance  annuelle dans les quatre jours de Novembre.

 foto2

Au point où nous en sommes, rien ne peut plus être reporté et il est urgent de lancer des travaux de restauration et de réhabilitation de ces voitures chargées d’histoire.

Il faut commencer par cataloguer l’ensemble des pièces conservées dans les entrepôts, vérifier leur état et commencer la restauration.
Quand la restauration sera terminée, il faudra trouver un endroit adapté pour présenter  la collection et permettre aux générations futures de l’admirer.
Tout le monde est conscient que ce projet doit être financé par les promoteurs publics ou privés: la ville de Verone et/ou la Province, le Commerce équitable et/ou les Organismes Privés et les Institutions comme les Banques ou les Fondations.
Le GRUPPO ITALIANO ATTACCHI est impliqué dans cette opération, qui devient de plus en plus urgente. Il est prêt à fournir aux experts les procédures exactes et les phases opérationnelles du projet de réaménagement, qui ne peut que renforcer encore plus la ville de Vérone.
Le GRUPPO ITALIANO ATTACCHI, conscient de l'urgence, s’est déjà activé à sensibiliser les mass-médias. Il faut amener les autorités à mettre en œuvre le projet de réaménagement. Il faut agir en manière décisive, car la détérioration progresse inexorablement.

tutti 061

Dans cette action de sauvegarde du patrimoine, une association d'attelage de tradition s'engage en mobilisant un nombre important de ses membres.. Elle lie un travail de recherche à une campagne de mobilisation de financeurs potentiels. Pour renforcer cette action, elle mène des actions coordonnées pour mobiliser le public : concours de tradition à Vérone, présentation de la collection accompagnée de différents ateliers pédagogiques, spectacle équestre présentant ces voitures en mouvement (voir article cité plus haut), mobilisation des médias,...

C'est peut être une méthode qui devrait nous inspirer à un moment où nous avons une grande inquiétude sur l'avenir des voitures des haras et du Musée de la voiture de Compiègne.

 

 

Vous trouverez les photos de ces voitures dans l'albumfiera-cavalli fiera-cavalli

tutti 046

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 11:48

amg327

Disons le franchement. En ce début d'année, nous ne savons pas quel est l'avenir de nos collections nationales de voitures hippomobiles. Aprés l'arrêt d'activité de certains établissements, nous n'avons pas de véritable information sur le devenir des voitures des haras nationaux, et de leurs nouveaux lieux de conservation.

Quant au musée de Compiègne, une bonne tempète de neige de 50 cms et la vétuste verrière se fera un plaisir de régler la question de leur conservation en s'écrasant sur la collection. Dans tous les cas, le manque de transparence et les conflits d'intérêt entre les administrations et collectivités, autant que le manque de financement, semblent ralentir la préservation et la mise en sécurité de notre patrimoine (voir articlePlaidoyer pour le musée de la voiture de Compiègne ). Ces collections ont traversé les régimes les plus divers; Royauté, Empires, Républiques. Elles furent correctement entretenues  jusqu'au délaissement de ces dernières décennies.

Cette situation réduit l'accés du public à ces collections; aussi la seule des solutions pour accéder à notre patrimoine national est de retourner aux actions de nos anciens. Ceci semble paradoxal, mais c'est dans les archives que nous pouvons avoir une idée des trésors entassés dans "la réserve" peu accéssible au public qu'est devenu le Musée des voitures.

Un exemple parmi tant d'autres; cet article du "Monde Illustré" du 24 Mars 1866 et signé Léo de Bernard. Il présente la collection de voitures rassemblées au Musée de l'hotel de Cluny en Août 1865. Ces voitures et autres objets ont par la suite été rapatriés en partie sur Compiègne.  amg361

amg328

                                                   Chaises à porteur et traineaux du XVIII° Siècle 

amg331

 

amg327

                                         Grand carrosse de gala du pape Paul V

 

amg332

amg329

                  Traineau Louis XIII, Selle de postillon et voiture italienne du XVII°  

 

Cette volonté de conserver et d'interesser le public à l'histoire de ces oeuvres artisanales s'est bien amenuisée.

Le Musée de la voiture de Compiègne regroupe différentes collections comme celle de Cluny (publiques ou privées, crées au XIX° et début XX°). Il abrite, hors les documents graphiques, plus de 4500 objets ayant trait à l'histoire du transport. En 2000, le numéro 11 du journal Coré(édité entre autres avec le concours du ministère de la culture) faisait état de cette estimation en précisant l'état critique de conservation de ces objets. Il s'appuyait sur une étude de 1993 des services de restauration des musées de France.

" - Un mauvais état général des cuirs necéssitant un traitement urgent, du simple nettoyage au doublage total.

  -Une infestation massive des structures bois (trains, caisses) par des insectes xylophages.

  -Des textiles dégradés et infestés.

  -Des polychromies fragilisées et présentant de nombreux soulèvements.

  -L'entassement des collections dans des espaces confinés, l'absence d'entretien et de controle de la collection constituant autant de facteurs aggravants."

 

Depuis, l'état de la structure d'accueil, dont la verrière, s'est détérioré et on peut craindre que, malgré les efforts des conservateurs, des personnels,.. la situation des collections ne se soit pas améliorée.

Alors,18 ans aprés ce constat de1993, quel avenir pour ces voitures, harnais,.. que nos anciens avaient soigneusement entretenus pour nous les transmettre?

Nous gardons l'espoir que l'intérêt porté par l'actuel ministre de la culture puisse permettre d'aboutir à une solution en 2011. 

 

Texte et documentation

Figoli

 

PS

Voici un article sur la question parru dans le Parisien en Septembre 2010 qui esquisse des propositions, bien limitées, mais toujours pas de décisions. 

 

Les carrosses vont sortir de la poussière

 
17.09.2010
Des carrosses historiques à la place des chevaux. Alors que le Haras national de Compiègne, installé dans les anciennes grandes écuries du roi Louis XV en 1876, doit déménager l'année prochaine, Philippe Marini souhaiterait utiliser le bâtiment pour un « musée vivant de l'attelage ». Le site serait partagé entre une activité équestre de présentation d'attelages, tandis que l'aile de l'orangerie servirait de terre d'accueil à une quinzaine d'attelages de la splendide collection de véhicules hippomobiles du musée national de la ancienne et du Tourisme du palais de Compiègne. Un trésor historique qui dort aujourd'hui dans une aile du château, loin des yeux du public. Un allié de poids a œuvré dans l'ombre pour que se concrétise le projet. Lors de sa visite à la clairière de l'Armistice, l'année dernière, le ministre de la Culture, , était tombé en pâmoison devant les carrosses et les véhicules hippomobiles du musée, regrettant qu'ils ne soient pas mieux mis en valeur. Le ministre avait alors promis d'agir pour qu'ils sortent de la verrière où ils sont entreposés, ou plutôt stockés, et surtout inaccessibles au public. « Pour l'instant le musée sert de garage », déplore Philippe Marini. De précieux carrosses sont menacés par l'humidité. Le transfert au haras leur redonnerait une nouvelle vie. « La nouvelle de la fermeture du haras nous est parvenue en septembre 2008 par le ministre de l'Agriculture de l'époque, . Depuis lors, le haras continue à être géré, mais ses activités et son personnel sont en baisse », explique le sénateur-maire de Compiègne. « Les Haras nationaux ont fusionné avec l'Ecole nationale d'équitation de Saumur pour créer l'Institut français du cheval et de l'équitation », précise-t-il. De nombreuses fermetures sont en prévision en France. Compiègne est dans la liste noire, malgré sa tradition équestre. C'est donc pour surveiller de près ce qui se trame que Philippe Marini s'est fait élire au conseil d'administration de l'institut. « La négociation pour garder une activité équestre vivante va se poursuivre. Je vais veiller au grain », promet-il. Et si l'Institut français du cheval et de l'équitation décidait de stopper ses activités, le sénateur-maire a prévu une porte de sortie : « Un professionnel a trouvé une formule convaincante pour animer les lieux, mais il est encore trop tôt pour en parler… »
 

Le Parisien

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 10:10

Attelages à la « Ferme exotique » de Cadaujac.

Dévalant une pente, les chevaux emballés au grand galop, versant dans les fossés dans d’extraordinaires cascades, protégeant des amours interdits derrière leurs jalousies baissées, ...ces voitures font partie de votre quotidien  et pourtant vous ne les connaissez pas.

Elles sont comme les hommes de l’ombre qui les mènent, les cascadeurs, mettant en valeur un film et se retirant ensuite en grande discrétion. Nous allons vous présenter un de ces hommes et sa collection. Si l’amour des animaux de Patrick remonte à sa plus tendre enfance, c’est un évènement exceptionnel qui le fit tomber dans la passion. Adolescent, lors d’une promenade, il chuta dans un lac avec son poney. Il réussit à s’accrocher à la selle et le poney le ramena tranquillement sur la rive, le sauvant ainsi de la noyade. Vivre une telle expérience à 14 ans l’a déterminé à vivre le reste de sa vie au milieu des animaux. C’était une époque où on pouvait également en vivre car animations commerciales, spectacles équestres et films proposaient un marché assez important. Il a côtoyé de grands professionnels ; Debut de Roseville, Desmoulin, Pakomoff, … et, petit à petit, se fit une place dans ce milieu. Progressivement, il se construisit une magnifique collection de voitures, en  majorité conservées dans leur jus, où mail coach, landaux, barouche huit ressorts,… se côtoyaient.

P1010444

Tous les grands noms de la carrosserie française, Binder, Muhlbacher, Faurax, Khelner ,…y étaient représentés. 

La vie d’un homme ne se construit pas que sur des passions mais aussi sur des drames. Alors qu’il était à l’étranger, un incendie détruisit une partie de ses installations. Il y perdit une grande partie de sa collection mais surtout certains de ses chers chevaux. Mais notre homme ne pouvait abandonner ses chevaux et les animaux de la ferme exotique qu’il avait également créée. La collection que nous allons  vous présenter est le fruit de ce nouveau combat.

P1010453

Dérrière cette porte s’ouvre un autre monde , celui des films ; Les misérables, Valmont, Le cri de la soie, Les destinées sentimentales, La soule, Le pacte des loups,… et des dizaines d’autres.

amg342.jpg

Derrière cette porte vous vous laisserez également emporter par l’ambiance d’autant de téléfilms ; Rivière espérance, Balzac, Gaston Phoebus,…

Alors laissez vos soucis et venez rêver à de belles aventures en traversant toutes les époques.

P1010346

Thierry-M-ar-10--2-.jpg

 A côté des chars qui, attelés à quatre chevaux, ont enthousiasmé des milliers de spectateurs, vous devez lever la tête devant ces lourds carrosses de toutes les époques reconstitués pour différents tournages.

P1010344

 

P1010350

P1010352

P1010347

Plus loin vous attend toute une collection de voitures de travail ; camions, diligence, omnibus,…

P1010373

P1010371

P1010407

 

P1010408

Bien sûr, les voitures de Maître sont aussi représentées

P1010414

comme ce coupé Mülhbacher déjà détaillé dans l’article Mühlbacher et Fils; pneumatiques et freins à tambour 

P1010390    mais aussi landaux, mylords, phaétons, Omnibus,...

P1010386   P1010402

Les amateurs trouverons également voitures de campagne, vélos, voitures automobiles anciennes, ...

P1010363

 P1010369

 ainsi que de belles lanternes .

 

P1010431

P1010430

 

P1010438

P1010436

La porte se referme mais  le rêve ne se termine pas car vous vous retrouvez au milieu d’un millier d’animaux  de cette « Ferme exotique ». Ballades en attelage, à dos de dromadaire (du plus grand élevage de dromadaire d’Europe) de poney,...

P1010458

  vous permettront de visiter ce parc animalier.

P1010551

 

P1010561

                                   Ci dessus Gnou à queue blanche et Zèbre de Grant 

 

 

 

Texte et photos: Figoli.

 

Vous trouverez plus d'informations en allant sur les sites:

"Ecuries de la ferme exotique"en cliquant sur ce lien:link

 "la ferme exotique" en cliquant sur ce lien: link

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 10:11

 

Musée de la voiture à cheval de Marcigny

Un peu à l’écart du centre de Marcigny se trouve un ancien garage, autrement dit: une "remise". Dans ce modeste abri réside un trésor. Avec l’exceptionnelle autorisation des maîtres des lieux, montez avec moi sur ce  coach...

P1000727

et vous aurez une vue sur ce magnifique ensemble, dont en premier plan ce road coach Guiet.

  P1000732

  hollande-2010-139.JPG

Les voitures présentées ici sont le résultat de décennies de patience de messieurs Lacroix  père et fils. Si, bien sûr, certaines voitures ont été restaurées, la politique menée ici depuis plusieurs années privilégie la conservation et la préservation des véhicules, en limitant le plus possible les interventions.

Ce coupé "Longuet et fils Paris", entièrement dans son jus, en donne une bonne représentation.

 P1000824 

P1000871

                                                  A noter ce petit siège rétractable

Bien mises en valeur et présentées chacune par un explicatif, elles semblent prêtes à partir. Cette impression est renforcée par la présentation de voitures attelées:

P1000782

                                                           Omnibus d'hotel

P1000650 Tonneau en superbe état de conservation signé Henri Binder (rue du colisée Paris)

 

P1000734

                 Mylord époque Napoléon III signé Michalon Paris

Fermez les yeux et imaginez les, circulant dans les rues, comme dans ce film sur la ville de Londres.

 

La caractéristique de cette collection est la diversité des types de véhicules présentés; du rally-car à la voiture de gala. Quelque soit leur utlisation, de nombreuses voitures sont signées par des grands noms de la carrosserie; Binder, Muhlbacher Kellner,..

P1000817

                                                       Mylord rond par Belvalette.

En parlant de rally-car, je ne peux m’empêcher de vous présenter celui-ci (de Windover Londres conservé dans son jus ) que l’on retrouve assez peu dans les collections, de part la fragilité du matériau utilisé. Pourtant, ce modèle en osier, monté sur ressorts de type "Morgan", typiquement "british", était un modèle emblèmatique des carrossiers français de province.

P1000796

Tout particulierement dans notre Sud-ouest, fabriquer cette voiture était une référence de qualité et de bon goût. En effectuant un sondage rapide sur une collection de lettres à en-tête  de carrossier (90 lettres différentes), je me suis aperçu que cette voiture apparaissait sur 50% des en-tête présentant des voitures.

 

amg245.jpg

amg244.jpg

  Nous n’allons pas vous décrire chacune des plus de 80 voitures de ce musée qui forment un ensemble présentant un panel assez exhaustif de toutes les voitures ayant circulé au 19° siècle. Pour que ces lieux trop rares en France puissent toujours exister, il faut aller les visiter.

Vous trouverez sur ce lien les heures d'ouverture et coordonnées de ce musée: link

 Pour vous mettre en appétit et vous encourager à faire le déplacement, voici un petit échantillon en images:  

 

P1000672  Traineau russe de  type Troïka avec ce siège trés particulier. Ainsi placé, le cocher, de toute sa hauteur, protégeait ses passager.

 Rus2.jpg

 

P1000742

                 Voiture de messagerie qui assurait les livraisons à partir des gares.

 

hollande-2010-196.JPG

                                                                   Pompe à incendie

P1000610

                                                               Phaéton "Prince Albert"

P1000780

Tapissière signée "Ojardas Roanne" différente de l'Omnibus par l'absence de vitres. A  noter l'élégance de la caisse.

 

 

P1000767

Omnibus privé signé "Baquet à Toulouse" pouvant être attelé à trois de front avec ce timon double. P1000768

 

 

 

P1000693

  Coupé "Clarence" signée "Mantoux à Lyon" Cette voiture de trés grande qualité a la particularité de ne pas avoir de cheville ouvrière mais d'être doté d'un système de glissière en T que nous vous présenterons dans un prochain article.

 

P1000646

                                                               Voiture de voyage de type Briska.

 

 P1000678

Calèche huit ressorts de type sociable ayant appartenue à Eugène Schneider fondateur des forges du Creusot.

 

 Certaines voitures présentées sont exceptionelles par leur qualité, leur spécificité, ou leurs innovations techniques. Nous vous les présenterons dans de prochains articles.

 

 

P1000626

 

  Texte et photos de Figoli.

  

Partager cet article

Repost0
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 10:22

 

 

 

Vaux le vicomte… 

Le  musée des équipages

(2° Partie)

voyage hollande 09 2009 153

Cet article fait suite à l'article Vaux le vicomte: Le musée des équipages (1) Avant de présenter des voitures plus sportives, nous commencerons cette deuxième partie par des voitures de maitre très courantes à la fin du XIX°

Le Wourch :

voyage hollande 09 2009 126

Cette voiture  est également appelée calèche transformable. Sa création serait due au carrossier parisien Gaillard en 1820. « Le Wourch est une calèche que l’on peut fermer entièrement l’Hiver par un châssis vitré et un toit de cuir établis sur la partie antérieure de la caisse » A. Furger (opus cité en Bibliographie). Celle-ci a été construite par A. F.  Clochez à Paris vers 1840.

 voyage hollande 09 2009 127

 

Le coupé :

voyage hollande 09 2009 144

Ce coupé de grande qualité a été construit par Mulhbacher.

 

Nous allons terminer cet article en vous présentant quelques unes des voitures de loisirs souvent dites sportives .

Petit Mail Phaéton :

voyage hollande 09 2009 145

C’est un phaéton dont la caisse est à fond plat sans passage de roue. C’est une voiture robuste et rapide qui fut créé en 1820 en Angleterre pour transporter le courrier. Celui ci est posé sur des ressorts à pincettes mais il était plus généralement monté  sur des ressorts mail à flèche.

 

Spider phaéton :

Cet autre modèle de phaéton  provient de Hongrie. Il a été construit par Armbrust à Cjör.

voyage hollande 09 2009 161

 Cette voiture est assez basse et assez compacte.Le bois laissé au naturel est une autre caractéristique de ces voitures de l’Europe de l’est. A noter que les carrossiers français ou anglo-saxon présentaient pour l’exportation vers ces pays des voitures en bois naturel vernis.

voyage hollande 09 2009 160   Elle se distingue très nettement des spiders d’origine anglaise ou française, qui sont montés sur des roues très hautes et sont très élancés(en majorité le siège haut perché est monté sur de membrures apparentes non garnies de panneaux). Le musée en présente un exemplaire signé Tricaud.

  Poney chaise :  voyage-hollande-09-2009-156-copie-1.JPG Cette dénomination correspond  à diverses voitures petites voiture attelées à des poneys. Comme ici, le siège de ces voitures est souvent de forme ronde décoré de vanneries et de balustres.

voyage hollande 09 2009 157

  Ducs :

Cette voiture issue de la famille des phaétons, est  assez basse et munie d’un important tablier qui protège le meneur et son passager.

La collection présente différents types de Duc :

Voici un poney petit duc

voyage hollande 09 2009 163

  un petit duc panier

voyage hollande 09 2009 154

  voyage hollande 09 2009 155

Break :

Si tous les experts ne s’accordent pas toujours sur l’origine du break, l’accord semble se faire sur le nom qui signifie casser en anglais et par extension débourrer un cheval. En Angleterre une voiture le skeleton break (squelette) en servit de prototype Mais des voitures destinées à cet effet existaient en France appelées « diable » par Garsault. Ce type de voiture prit différents formes suivant ses utilisations.

Voici un grand break.voyage hollande 09 2009 150    voyage hollande 09 2009 151

   Vous trouverez au musée des équipages de nombreuses autres voitures qui vont du char romain en passant par la diligence, l’omnibus,  le sociable,….et bien sur le Drag.

voyage hollande 09 2009 159

 Cette collection brille par la qualité des voitures exposées, leur nombre, leur diversité, les efforts de préservation et de présentation. Je ne peux que vous conseiller de vous rendre à Vaux le vicomte. La visite terminée les jardins vous accueilleront et,  à l’ombre d’un bosquet,  vous pourrez admirer cette magnifique demeure dont l’élégance provoqua la fin du surintendant Fouquet mais qui inspira Versailles à Louis XIV.

fresque-copie-1

Texte  et photos :figoli

Bibliographie :

« Voitures et carrossiers au 18° et 19° » de Catherine Rommelaère

« Voitures hippomobiles : vocabulaire typologique et technique » de Jean Louis Libourel

« Les équipages : Vaux le Vicomte » de patrice Vogüé

« Kutschen Europas » de A.Furger

 

Partager cet article

Repost0
6 août 2010 5 06 /08 /août /2010 23:05

 Plaidoyer-pour-le-musee-de-la-voiture_reference.jpg

Image étonnante  de Stéphane Bern qui, à l’aide d’une lampe électrique, nous montre l’intérieur poussiéreux d’une voiture de Napoléon III. Image fugace d’une pièce d’exception  vue sur France 2 ce 3 Aout 2010 dans le cadre d’une émission sur l’impératrice Eugénie. Dans quelle remise, peu accessible apparemment, est donc cachée cette œuvre d’art me demanderez vous ?

Ne cherchez pas ; cette voiture fait partie d’une des plus belles collections de voitures hippomobiles .

berlinebonapartebologne19juin1796.jpg

Berline utilisée par Napoléon 1° en Pologne.

Eh oui vous l’avez reconnu ; l’animateur nous faisait visiter  le musée de la voiture de Compiègne. D’autres plans nous furent  montrés ; voitures entassées, bâchées,… ou non accessibles  au public. Il en ressortait une impression générale de vétusté des lieux de conservation sinon des véhicules eux-mêmes.

Il semble  que les instances officielles de notre pays, qui fut un des creusets de la carrosserie hippomobile  de qualité, ne prend que peu de soin de ce patrimoine. Les initiatives privées de collectionneurs  ou de mécènes ne peuvent seules répondre à la dégradation de l’état de notre patrimoine (voir par exemple l’article : La vieille dame oubliée  )

Quel est donc l’avenir du musée de la voiture de Compiègne ?

 Même si la situation semble évoluer, la sauvegarde de cette collection ne semble pas définitivement assurée. Vous en saurez autant que moi en lisant cet intéressant article du Courrier Picard du 8 Juillet 2010.

img996.jpg

 img997.jpg

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 18:31

  Le patrimoine hippomobile du Haras de Cluny


        iPhotoiPhoto-mailtmp-1

     

Les bâtiments actuels ont été élevés en 1811, en grande partie
sur les fondations de l’ancienne abbaye bénédictine de Cluny et avec
des matériaux provenant de sa démolition pendant les années qui ont
suivi la révolution de 1789.
Si l’on peut se féliciter de l’existence du Haras, on ne peut que se
désoler de la perte cette abbatiale d’une très grande beauté qui
compta, du dixième au douzième siècle, parmi les lieux saints,
intellectuels et culturels les plus brillants d’occident.
C’est dans l’ombre de ce qu’il en subsiste que le Haras est né,
surveillé par le clocher de l’Eau bénite qui se dresse encore
superbement au dessus de ce qui était le croisillon sud du grand
transept de la basilique.

 

DEKOR%20Rj
Pour la petite histoire, retenons que c’est aux moines de Cluny que
nous devons l‘invention du collier de traction dont nous équipons les
chevaux.

L’attelage, dans les Haras nationaux a toujours été une finalité. Par
la voiture hippomobile passaient et le dressage des chevaux et les
transports de toutes sortes, unique possibilité au service de l’homme
avant que n’apparaissent le rail et le moteur à explosion.
Les voitures que l’on peut voir à présent ne sont pas les voitures
d’origine et sont, pour les plus anciennes, âgées de moins de 150 ans.
De vieilles dames, un peu défraîchies, parfois… les Haras connaissant
actuellement des jours difficiles, au point que l’espoir de les
conserver, dans les deux sens du terme, se tourne vers le mécénat.
Par bonheur, toutes ont été, soit protégées, soit classées, soit
inscrites au titre des monuments historiques, grâce au patient travail
de Jean Louis Libourel, conservateur en chef du patrimoine.
Les voitures sont visibles l’été, lors des “Jeudis du Haras” , en même
temps que des présentations d’étalons, des visites organisées, des
artistes peintres, sculpteurs ou… cavaliers.

Tout d’abord, le chiffre des Haras, rouge, bouclé dans une étrivière,
superbe.


iPhotoiPhoto-mailtmp-2

 

La première voiture est un petit omnibus de famille.
Cette voiture était utilisée pour aller chercher le directeur du Haras
ou sa femme à la gare, par exemple… elle date de 1900.

 

iPhotoiPhoto-mailtmp-3
Celle-ci est un demi-tonneau. Cette voiture a vécu plusieurs
“Inter-Haras” et a connu son heure de gloire à la Roche sur Yon en 1994
quand Gilles Vincent et Yves Baranger, tous deux gardes au Haras de
Cluny, l’ont menée à la victoire, attelée à deux comtois… une voiture
championne de France !

 

iPhotoiPhoto-mailtmp-4
La voici, attelée, en route vers le public  “ des Jeudis “… avec en
arrière-plan le magnifique tilleul bicentenaire du Haras.

 

iPhotoiPhoto-mailtmp-7
Á présent, le tandem-cart qui est la copie d’une voiture ancienne
momentanément prêtée au Haras, commandée par Christian Depuille
directeur des lieux dans les années 90 et qui, nous ne l’en
remercierons jamais assez, a beaucoup fait pour favoriser l’attelage en
Bourgogne
.

 

iPhotoiPhoto-mailtmp-6
Ce tandem-cart fut notamment présenté, attelé à un tridem de 3 étalons
trotteurs menés par Yves Baranger en 1990 à la coupe Alpes-Danube

 à Cluny.

Ensuite, voici la grande wagonnette ou break d’écurie, type de voiture
qui servait au dressage et à l’exercice des chevaux, mais aussi aux
promenades, aux domestiques ou bien à la chasse et dans laquelle on
ramenait le gibier.

 

iPhotoiPhoto-mailtmp-13

   

Voici enfin le grand beak de chasse de Cluny dont les attributions
étaient à peu près semblables et qui, selon Jean Louis Libourel,
mériterait d’être classé. Il date de la fin du dix neuvième siècle et a
été offert au Haras par le marquis de Noblet, de La Clayette ( Sâone et
Loire ).
Lors de la coupe Alpes-Danube qui eut lieu à Cluny, le grand break,
mené par Yves Baranger et attelé à 4 percherons, servit à transporter
les officiels de la manifestation.

 

iPhotoiPhoto-mailtmp-11
Nous le retrouvons, ici, avec Yves aux guides de 4 auxois, lors d’une
démonstration dans les ruelles moyenâgeuses de Chalon sur Sâone.

 

iPhotoiPhoto-mailtmp-12

   

    Ici, le petit break, construit spécialement pour le Haras à la fin du dix neuvième.

 

iPhotoiPhoto-mailtmp-14

 

  Le deuxième break d’écurie du Haras.

  

iPhotoiPhoto-mailtmp-9    iPhotoiPhoto-mailtmp-10  

Les bouchons de toutes ces voitures sont illisibles ou bien lisses
après avoir été changés. Impossible, donc, d’en préciser l’origine et
de quelles mains elles sont nées.

Pour terminer enfin, le squelette, si cher au cœur de tout ceux qui ont
appris l’attelage au Haras de Cluny et qu’il est tellement triste de
voir ainsi… et, mais nous ne les verrons pas, dans les greniers, hélas,
une dizaine d’autres voitures qui sont à l’abandon.

 

iPhotoiPhoto-mailtmp-15
Ce patrimoine hippomobile des Haras est vivant… mais pas toujours en
bonne santé.

Alors venez aux “Jeudis du Haras”.
Des expositions de peintures et de bronzes équestres vous attendent

 et, du 9 au 12 septembre 2010, un spectacle : “ Le cheval et l’abbaye “
drivé par Mario Luraschi espère vous voir venir et… craquer.

Et… si vous vous sentez le cœur à vouloir sauvegarder ces voitures

 qui, dans tous les Haras, ont besoin qu’on les aide à “bien” vieillir, vous
pouvez faire un geste :

       societedesharasnationaux@haras-nationaux.fr

Ce sont vos voitures, celles de votre passé, votre histoire…
Merci.


Texte et photos de Julie Wasselin, juge d’attelage N1 de la FFE,
avec le concours de Yves Baranger, ancien garde au Haras de Cluny

et, à présent, heureux formateur et juge régional pour l’attelage

 bourguignon.

                                                                       
                              Juin 2010

 

Voici le lien direct avec le site de la société des amis des haras nationaux: link

Partager cet article

Repost0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 21:35

Vaux le vicomte: 

Le  musée des équipages

  voyage-hollande-09-2009-204.JPG

« Le 17 Aout à 6 heures du soir, Fouquet était le Roi de France : à 2 h du matin, il n’était plus rien ». Cette phrase de Voltaire décrit  en quelques  mots l’histoire de la puissance d’un homme et de sa brutale déchéance. En corollaire, elle nous permet de mieux comprendre pourquoi ce « palais », dont Louis XIV s’inspira beaucoup dans la construction de Versailles, ne garde, hormis ses murs, peu de traces de son faste d’origine.

En achetant en 1646 cette seigneurie, Fouquet, jeune parlementaire, ne se doutait pas,  qu’en avoir fait une demeure plus belle que celle du Roi, participerait à sa déchéance et à son emprisonnement à vie,  lors de son inauguration en  1661.

  fresque-copie-1

Mis sous scellé et vidé d’une partie de son mobilier, de ses tapisseries et de ses superbes orangés, par Louis XIV, la propriété fut vendue plus tard par Madame Fouquet. Elle passa, au cours des siècles, du Maréchal de Villars au  duc de Praslin et finit abandonnée. C’est un château vide, ayant perdu son célèbre jardin, aux dépendances  en ruines, qui fut achetée par Alfred Sommier en 1875. Celui-ci entamait alors un énorme travail de restauration et de conservation, continué encore aujourd’hui par ses descendants directs, Patrice et Christina de Vogüé.

A la mort d’Alfred de Sommier, en 1908, le jardin avait retrouvé son aspect d’origine.

chateau jardins

Pour l’entretenir on utilisait des outils spécifiques  comme ce fardier pour déplacer  les arbres et, bien sûr, les caisses d’oranger. La traverse arrière est amovible et permet, en reculant le fardier, de le placer de chaque côté de l’arbre puis, grâce à un solide treuil, de monter la plante ou la caisse.

voyage hollande 09 2009 187

Cette voiture est conservée au musée des équipages  créé à l’intérieur des écuries et dépendances de la propriété. Présentée à coté de la reconstitution d’une forge, elle y côtoie  d’autres voitures de service, pompe à incendie, voiture à gibier.

 Ce type de matériel était souvent présent dans les grandes propriétés. Vous en trouverez la description  et l'évolution dans l’article Véhicules de lutte contre le feu.

voyage hollande 09 2009 186

Une des activités courantes de la noblesse était  la chasse. Pour ramener les proies, des voitures à gibier étaient utilisées.

  voyage hollande 09 2009 148

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 voyage hollande 09 2009 149

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Cette voiture en osier est équipée de nombreux crochets permettant de suspendre les gibiers abattus.

Mais ce musée des équipages  (constitué de voitures acquises ou mises en dépôt par leur propriétaire) nous présente une collection beaucoup plus large qui nous donne un panorama de l’ histoire, de l’évolution et de l’utilisation des voitures  hippomobiles. Avant d’en présenter quelques unes,  voici un véhicule issu d’une famille de moyens de transport, connue depuis l’antiquité  et utilisée durant le moyen âge; la litière. Le musée nous en présente un des rares exemplaires subsistant en France. Cette chaise à mules servait  aux  déplacements  en ville et était menée par des valets à pied.

voyage hollande 09 2009 138

 Cette voiture, qui aurait été construite en France, est tapissée à l’intérieur de damas cramoisi et décorée par des dorures et des peintures de paysage.

voyage hollande 09 2009 133-copie-1

 

Je vous propose, dans une première partie, de partir en voyage.

Au XVII°,  apparait  une voiture  rapide ; la chaise de poste. Si Garsault date sa création de 1664, Bastard la positionne un peu plus tardivement : « En 1679, les premières chaises de poste sont inventées par un certain de la Gruyère. Le privilège exclusif en est accordé au marquis de Créan. »

voyage hollande 09 2009 132-copie-1 voyage hollande 09 2009 131

Suspendue à des ressorts à la Dalesme et des soupentes de cuir, sa caisse, supportée par deux grandes roues, ne peut être accessible que par une portière sur le devant. Le postillon était monté à gauche sur cet attelage à deux ou trois chevaux.

voyage hollande 09 2009 190 voyage hollande 09 2009 191

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’autres voitures étaient couramment utilisées pour les longs voyages :

La Briska :

Ce type de voiture est d’origine russe. La caisse, à fond plat, peut se transformer en couchette. La capote, en se baissant, permet de protéger, dans une certaine mesure, les voyageurs de la pluie et du vent.

voyage hollande 09 2009 142

 voyage hollande 09 2009 141

Cette voiture de voyage, attelée à 2,4, ou 6 chevaux, était menée par un cocher ou un postillon. Celle-ci a été fabriquée par Fuller  en Angleterre.

voyage hollande 09 2009 199

 

La dormeuse :

Ce n’est pas un type de voiture proprement dit mais l’adaptation de berlines ou de coupés pour de longs voyages. Les  panneaux avant et arrière, équipés de soufflets en cuir, permettaient une parfaite étanchéité. Suivant la grandeur des voitures, le confort pouvait être limité, le couchage ressemblant plus à une chaise longue qu’à un véritable lit.

voyage hollande 09 2009 129

 voyage hollande 09 2009 128

Ces voitures étaient souvent utilisées par les militaires. Tout le monde a, par exemple, entendu parler de la dormeuse de Napoléon. C’était la voiture de prédilection des généraux et maréchaux d’empire. Cette voiture, équipée à l’arrière d’une boite à sabre, a appartenu au général Le Grand de Mercey. Elle a été construite en 1805 à Beyreuth.

voyage hollande 09 2009 130

Si ces deux voitures s’adaptaient bien aux voyages de nuit, il faut noter que beaucoup de  grandes voitures étaient utilisées pour  les voyages. Elles étaient alors construites de façon plus solide et donc souvent moins élégantes que les voitures de ville et de promenade. Voici justement quelques voitures dédiées à la ville ou aux petits voyages.

La Berline :

Cette voiture a été construite par Kings § Cie à Londres et a appartenue au Roi de Hanovre. voyage hollande 09 2009 170

 Comme la voiture précédente, elle est dotée d’une boite à sabres. voyage hollande 09 2009 171

voyage hollande 09 2009 172

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Coureuse :

Cette splendide voiture à 8 ressorts a été construite par A.Getting à Paris en 1840 et a appartenue à Lord Lonsdale.

voyage hollande 09 2009 134

 voyage hollande 09 2009 135 

Le grand coupé ou coupé de gala :

Cette voiture est une déclinaison de la berline, dont ou aurait supprimé le devant. Ce modèle a été construit par Erlher.

 voyage hollande 09 2009 177

 Elle appartenait à la famille de Noailles et aurait servi à Charles X pour fuir Paris lors de la révolution de 1830. L’armature du siège du cocher est cachée  par une housse de drap richement décorée.

 voyage hollande 09 2009 180

 

Calèche :

Ce nom est souvent  utilisé à contre sens comme terme générique de la voiture hippomobile. Il désigne en fait un véhicule  hippomobile qui correspond à un type précis de voiture d’une rare élégance. « Voiture découverte de luxe à deux fonds contenant chacun un siège pour deux personnes. On y accède par deux petites portières ouvertes au centre des panneaux latéraux. Seul  le siège arrière est abrité par une capote » Jean louis Libourel (opus en référence).

voyage hollande 09 2009 174

Celle-ci construite par Ehrler  appartenait au comte Mollé, premier ministre de Louis Philippe.

voyage hollande 09 2009 175

Voici une grande calèche réalisée par Lowe.

voyage hollande 09 2009 140

Landau :

C’est une sorte de berline dont les panneaux de custode et le pavillon ont été remplacés par 2 capotes.

voyage hollande 09 2009 181

 Celui-ci a été construit par Hooper § Cie à Londres

voyage hollande 09 2009 183

Nous vous présenterons dans une deuxième partie une série de voitures de promenade et de sport

Texte  et photos :figoli

Bibliographie :

« Voitures hippomobiles : vocabulaire typologique et technique » de Jean Louis Libourel

« Kutschen Europas » 1 § 2 de A.Furger

« Les équipages : Vaux le Vicomte » de patrice Vogüé

….

Partager cet article

Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 18:18

 2008-8-16-Haras-de-blois-039-copie

Les voitures des haras sont elles vraiment en danger de vente comme certaines rumeurs le font craindre.
"...qu'adviendra t il du patrimoine exceptionnel qu'abritent ces Haras nationaux abritent ? La rumeur court. Il se dit que la grande maison procède actuellement à un inventaire exhaustif de ses biens et leur estimation, celle notamment de son parc hippomobile. Pour quelle raison? Affirmer que la dote de la mariée est belle ou plus prosaiquement trouver quelques subsides, si daventure l'argent venait à manquer en cette période de disette pour l'état? "
Extrait de;Attelage Magazine, éditorial de  François Durand

En tout cas, de nombreuses fermetures de Haras sont  prévues, le patrimoine immobilier et hippomobile risque de faire le bonheur de requins affairistes.
Attelage-patrimoine veut rappeler cette situation et mettre à l'honneur ceux qui parlent de  l'histoire de cette instittution et de ceux qui y ont oeuvré.
C'est pour celà que nous mettons en lien le blog d'un "Blaisois"qui a édité un 2°superbe article sur la fermeture du Haras de Blois.

 "Feu le Haras National de Blois suite et fin"link

Voir photos pleine page dans l'Albumharas-de-blois haras-de-blois

Partager cet article

Repost0